Droits de l'HommeÉconomieGouvernanceInternetPolitique

#KeepItOn : Comment l’interdiction de Twitter affecte les jeunes Nigérians 

Deux mois après la fermeture de Twitter par le gouvernement nigérian, de nombreux jeunes propriétaires d’entreprises, influenceurs des médias sociaux et militants ont été touchés. Global Voices leur a parlé pour comprendre l’impact de l’interdiction sur leur vie et leurs entreprises. Les craintes concernant l’extension possible de la suspension à d’autres plateformes de médias sociaux telles qu’Instagram ont exacerbé leurs inquiétudes.

Le choc de l’interdiction [fr] de Twitter par le gouvernement nigérian le 4 juin 2021 résonne toujours. Le gouvernement nigérian a interdit la plate-forme de médias sociaux après que Twitter ait jugé nuisible et ait supprimé un tweet du président Muhammadu Buhari qui suggérait que l’État utiliserait la violence contre le groupe ethnique Igbo.

Depuis lors, beaucoup ont émis l’hypothèse que la suspension par le gouvernement de la plateforme de microblogging était également en représailles au soutien de Twitter au mouvement #ENDSARS dirigé par des jeunes d’octobre 2020 contre la brutalité policière.

Lire plus: Pour les Nigérians, les réseaux sociaux sont devenus un outil vital qu’il leur faut à présent défendre [fr]

Les Nigérians ont résisté à l’interdiction en tweetant avec le hashtag #KeepItOn. La campagne #KeepItOn rassemble plus de 200 chercheurs, militants, médias et organisations, dont AccessNow, « situés dans 75 pays, luttant pour mettre fin aux coupures d’Internet dans le monde ». Le 26 mai 2020, Twitter a publié un emoji spécial pour soutenir la campagne #KeepItOn [en anglais]:

Nous espérons que le nouvel emoji #KeepItOn animera les conversations sur la lutte contre les #InternetShutdowns (coupures d’Internet) à travers le monde. Le design de @AccessNow est universel. Il représente l’ouverture et l’autonomisation. Il reflète également l’importance fondamentale de l’accès [à Internet].

LIRE LA SUITE EN ANGLAIS: Couverture spéciale de Global Voices  #EndSARS : Un mouvement de jeunesse pour mettre fin à la brutalité policière au Nigeria

« Instagram pourrait être la prochaine victime »

Différentes catégories de jeunes ont été affectées par la restriction de Twitter : les jeunes entrepreneurs nigérians qui gagnent leur vie grâce à la plateforme en commercialisant leurs biens et services ; ceux qui utilisent Twitter pour rire et rencontrer de nouvelles personnes ; et ceux qui dépendent de la plate-forme pour le plaidoyer.

Une propriétaire d’une entreprise de bijoux basé à Lagos ( nom non divulgué pour des raisons de sécurité ) est l’un de ces jeunes propriétaires d’entreprise nigérians qui dépendent de la plate-forme pour atteindre leurs clients. « J’ai eu une très mauvaise crise d’angoisse le jour où la nouvelle a été annoncée », a-t-elle déclaré à Global Voices. 

Bien que la propriétaire de bijoux de Lagos ait un compte Instagram pour son entreprise, la plupart de ses ventes proviennent de son compte Twitter. « Obtenir des abonnés sur Instagram est également très difficile. J’avais déjà environ 400 abonnés sur Twitter », a déclaré le jeune de 18 ans à Global Voices. 

Cette jeune chef d’entreprise n’ignore pas la valeur ajoutée que la présence sur la plateforme a ajoutée à ses ventes. Le numéro a aidé à la créditer en tant que propriétaire d’entreprise par rapport aux normes sur Twitter. Elle explique également comment son entreprise est devenue une partie si importante de sa vie car elle avait quelque chose à laquelle elle pouvait consacrer du temps et faire grandir.

La vendeuse de bijoux et d’autres Nigérians sont restés actifs sur Twitter malgré l’interdiction, en utilisant des outils de contournement VPN. Cependant, l’utilisation de VPN pour accéder à la plate-forme n’a pas non plus atténué leur sort. L’acheminement de leurs tweets à travers d’autres pays a déplacé l’audience et le marché de ces jeunes entrepreneurs nigérians.

Cette interdiction de Twitter affecte numériquement la stratégie d’acquisition de clients de nombreuses entreprises, car le VPN des personnes n’est plus désactivé pour de nombreuses plateformes sociales.

Les publicités ne sont que du gaspillage, pas de retours solides, mais certains fous pensent toujours que c’est bien. D’accord oh👍

La propriétaire du magasin de bijoux de Lagos n’est pas étrangère aux VPN, car elle a dû s’appuyer sur eux dans le passé pour obtenir des choses simples pour son plaisir, comme accéder à des films sur Netflix qui ne sont pas disponibles au Nigeria. Elle a depuis essayé de les utiliser pour accéder à Twitter. Elle déplore cependant que cela puisse devenir fatiguant d’avoir les VPN affectant ses autres applications telles que Pinterest où elle est obligée de voir les messages dans une autre langue. 

Mlle Nwalema, une jeune créatrice de contenu, influenceuse sur les réseaux sociaux et mannequin, ressent également l’interdiction de Twitter. Elle a discuté de la situation dans une interview avec Global Voices. Le pays semble être clairement en proie à une « dictature », a-t-elle déclaré. Elle craint que « Instagram soit le prochain [réseau]  » à être interdit par le gouvernement, même si le gouvernement n’a pas dit qu’il interdirait la plate-forme. et d’autres influenceurs, en particulier les étudiants qui gagnent leur vie grâce à la plateforme.

D’autres utilisent Twitter pour exprimer leurs opinions sociopolitiques et faire la différence par le biais du plaidoyer. L’un de ces militants en ligne est Chisom Agbodike, un étudiant de 19 ans à Ekiti, dans le sud-ouest du Nigeria. M. Agbodike milite pour les droits LGBTQ+ et utilise la plateforme pour exprimer ses opinions. Depuis le début de l’interdiction de Twitter, de nombreux jeunes Nigérians, y compris M. Agbodike, sont à cran à cause de l’idée effrayante que le pays devienne lentement autocratique plutôt que démocratique.

La propriétaire de bijoux de Lagos, Mlle Nwalema et M. Agbodike ne sont que quelques exemples des millions de jeunes nigérians qui ont trouvé du réconfort dans les médias sociaux – que ce soit uniquement pour le divertissement, pour faire entendre leur voix ou pour gagner leur vie – et sont maintenant restreints par le gouvernement.

Une chose est sûre, c’est que beaucoup de jeunes ont perdu espoir dans la démocratie que le Nigeria prétend pratiquer. Pour eux, #KeepItOn semble être leur meilleure option de survie. 

Cet article fait partie d’une série examinant les plaidoyers en ligne passés et présents pour la transparence, la responsabilité et la bonne gouvernance par la jeunesse nigériane. Ce projet faisait partie du cours de communication numérique pour les étudiants de deuxième année de Mass Communication, School of Media and Communication (SMC), Pan Atlantic University, Lagos, Nigeria. Il s’inscrit dans le cadre de la formation aux reportages sur les droits numériques et à la salle de rédaction de Global Voices pour les étudiants en communication du monde entier.
______
Ce billet que j’ai traduit de l’anglais en français a été écrit par Victoria Audu, écrivaine et créatrice nigériane pour le réseau globalvoices.org.

Laisser un commentaire avec Facebook

konakryexpress

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
id, nec elementum ut in ante. id adipiscing commodo consectetur