Accueil » Droits de l'Homme » Les militants angolais continuent de faire face à la répression
Le drapeau de l'Angola, photo de Vanessa Lollipop_Flickr. 07.20.2018
Le drapeau de l'Angola, photo de Vanessa Lollipop_Flickr. 07.20.2018

Les militants angolais continuent de faire face à la répression

Ce billet est le deuxième et dernier volet d’un reportage spécial sur les réformes introduites sous João Lourenço (JLO) qui, bien que limitées, affectent la liberté des médias et l’activisme en Angola. Vous pouvez lire la première partie ici [fr].

[Sauf indication contraire, tous les liens mènent vers des sites en portugais]

Lorsque M. João Lourenço [fr] est devenu président de l’Angola en 2017, il a lancé de manière inattendue des réformes d’envergure axées sur la lutte contre la corruption, avec toutefois des limites [fr], ce qui le distingue de son prédécesseur autoritaire du même parti, le Mouvement populaire populaire de libération (MPLA). Bien que ces changements semblent avoir amélioré l’espace médiatique, les militants en ligne risquent toujours d’être réprimés par les autorités, en particulier lorsqu’ils sont également impliqués dans des actions de terrain.

Médias indépendants

Les médias indépendants en Angola ont une approche militante : ils émettent des critiques et contestent les abus de pouvoir. Le gouvernement autoritaire de l’ancien président José Eduardo dos Santos (dit JES) avait restreint la liberté des médias et contrôlé les médias traditionnels, poussant les journalistes indépendants à utiliser les publications en ligne. En ce sens, les médias en ligne constituent un outil de sensibilisation et de défense des droits fondamentaux. Le célèbre site Web anti-corruption Maka Angola est dirigé par le journaliste Rafael Marques, qui a été harcelé à plusieurs reprises par les autorités sous le régime de JES.

Le journal Folha 8 est un organe de presse qui, tout comme Freedom House [en], publie principalement en format papier, mais qui possède également un site Web animé et une présence active sur les médias sociaux. Ses articles critiquent et font la satire des autorités, avec par exemple un éditorial rebaptisant l’Angola “MPLA Republic” (République du MPLA), une approche qui perdure sous JLO. Le directeur de Folha 8, William Tonet, est un ancien militant du MPLA qui a été arrêté à plusieurs reprises.

Lire plus: Les réformes du président angolais ont un impact positif sur les médias – mais des limites persistent [fr]

Fondé en 2000 par des Angolais de l’étranger, le Club-K est un autre site qui propose des publications régulières et communique de façon dynamique sur les médias sociaux. Le site Rede Angola a quant à lui suspendu ses publications en 2017 en raison de problèmes financiers, selon sa page d’accueil.

Organiser des manifestations

Les groupes militants ont commencé [en] à utiliser les espaces en ligne pour critiquer et s’organiser sous le régime plus répressif de l’ancien président. Central Angola 7311 est un collectif de militants fondé en 2011 par des manifestants, et très présent sur les médias sociaux. Ce groupe offre un espace permettant de signaler des cas de violence et d’abus de pouvoir, mais aussi de garder une trace des discussions. Le musicien [en] Luaty Beirão, militant influent sur les médias sociaux, où il dénonce la corruption et l’autoritarisme, est membre de ce collectif.

Les médias sociaux ont également été un outil de mobilisation pour les manifestations. Rafael Marques a récemment déclaré que sous JLO, il y avait “plus de liberté et moins de pain”, évoquant les difficultés économiques persistantes de ces dernières années. De nombreuses manifestations, notamment en octobre, contre le fort taux de chômage et la pauvreté endémique, ont rappelé les promesses de création d’emplois pendant la campagne électorale de JLO.

Les manifestations, qui font partie d’un mouvement en cours, ont été amplifiées par le groupe Central Angola 7311, ainsi que par d’autres associations telles que Laulenu. Central Angola 7311 a répertorié en ligne les noms des manifestants arrêtés et a critiqué les mesures répressives prises par la police en partageant des vidéos et des images, y compris pendant les manifestations. Le collectif partage également des informations sur l’organisation de manifestations sur diverses questions, telles que les droits des femmes, la collecte de fonds pour soutenir les détenus, et fait circuler des pétitions demandant par exemple que les directeurs d’un hôpital soient licenciés pour mauvaise gestion.

Ces tweets proviennent d’une manifestation du 15 octobre, pendant laquelle des personnes semblent avoir été temporairement arrêtées par la police, pour menace à l’ordre public:

Central Angola 7311@Central7311

ACTIVISTAS DETIDOS
Hitler
Dago
Laurinda
Geraldo
Alemão
Mwangola
Jaime mc
Em actualização………

MILITANTS ARRETES

Hitler
Dago
Laurinda
Geraldo
Alemão
Mwangola
Jaime mc
Chargement en cours………

Central Angola 7311@Central7311

“Polícia está agredir os manifestantes q pretendiam protestar na Assembleia Nacional onde o presidente @jlprdeangola vai discursar.
Há muitos feridos e detidos.
A activista Laurinda Gouveia, q está grávida, foi fortemente espancada.
Jornalistas tb foram intimidados.” B. Ndomba

Voir l'image sur Twitter

La police frappe des manifestants voulant protester devant l’Assemblée nationale, où le président prononcera un discours.
Il y a beaucoup de blessés et d’arrestations
La militante Laurinda Gouveia, enceinte, a été sévèrement battue.
Les journalistes ont également été intimidés.

En octobre, le militant Jeremias Benedito a déclaré à la radio DW África que, bien qu’il ressente une certaine amélioration de la liberté d’expression depuis l’arrivée au pouvoir de JLO, le gouvernement reprenait de plus en plus “la même tactique que son prédécesseur”, avec la répression policière des manifestations, l’utilisation du gaz lacrymogène, les morsures de chiens et les arrestations. Par exemple, des manifestants ont été blessés et arrêtés à la mi-octobre à Luanda. Les militants ont déposé des plaintes officielles contre les violences policières.

Le président et d’autres dirigeants ont déclaré que les manifestations étaient liées à des tentatives corrompues de déstabilisation, ce que Luaty Beirão a critiqué, qualifiant cette rhétorique comme “tout à fait” semblable à celle du passé. En septembre, JLO a également averti “les jeunes de ne pas utiliser les médias sociaux pour désinformer et déformer” des faits afin de créer un “désordre social”.

L’arrestation de Samussuku

L’arrestation cette année du militant “Samussuku”, mais aussi de sa tante pendant une courte durée, indique que les autorités sont disposées à agir même contre des contenus en ligne. L’ONG Human Rights Watch a rapporté [en] que le 10 mai “des policiers en civil ont violemment contraint Hitler “Samussuku” Tshikonde à monter dans une voiture non identifiée” le détenant “illégalement pendant 72 heures sans inculpation ni accès à un avocat”. Il faisait l’objet d’une enquête pour avoir “insulté le président” dans une vidéo diffusée sur YouTube le 8 mai, dans laquelle il déclarait que les militants étaient prêts à “s’opposer au [président] de la même façon qu’ils s’opposaient à Dos Santos s’il continuait à cibler des militants pacifiques”. Selon l’analyste Mme Ida Sawyer (qui travaille pour Human Rights Watch), la police angolaise “devrait cesser de traiter des militants pacifiques comme une menace pour la sécurité de l’État”.

Un article de l’ONG américaine Radio Angola souligne que, même si certains qualifient ces arrestations arbitraires de “cas isolés” sous ce gouvernement, le président précédent a tenu le même genre de propos. En effet, la vidéo de Samussuku réagissait aux arrestations de militants lors de manifestations contre des expulsions forcées.

Il a été libéré le 13 mai à l’issue d’une audience, sous réserve de se présenter régulièrement à la police. Le 26 septembre, le Service des enquêtes criminelles, qui était à l’origine de son arrestation, l’a convoqué pour une audience, le priant de s’excuser auprès du président, ce qu’il a refusé de faire.

Samussuku est un critique de longue date du gouvernement qu’il qualifie de “structure pourrie“. Ils soutient le parti d’opposition UNITA,  et a déjà été arrêté et blessé lors de manifestations. Il est actif sur Facebook, où il s’est indigné du fait que le gouvernement obtienne plus d’argent des amendes infligées aux militants que du rapatriement des biens mal acquis, en se référant à sa campagne anti-corruption. Il est également impliqué dans la gestion de Handeka, une organisation de défense des droits civiques qui a créé “Jiku“, un projet en ligne de suivi citoyen des élections de 2017.

Accès à Internet et impact des militants

Les espaces numériques militants ont gagné un nouveau souffle ces dernières années, bien que leur accessibilité soit limitée. Selon Internet World Stats, l’accès à Internet en Angola était évalué à 22,3% de la population en 2019, mais moins encore selon d’autres sources [en]. Pour la période 2018-2019, l’organisation DataReportal a enregistré un taux de pénétration de 66% pour la population urbaine, dont 45% via un téléphone portable et 11% d’utilisateurs actifs sur les médias sociaux, principalement sur des connexions portables, avec une utilisation en augmentation. Facebook arrive nettement en tête [en] par rapport aux autres plateformes.

Le ministre de la communication, Celso Malavoloneke, a déclaré [en] en novembre 2019 que l’Angola avait le plus faible taux d’accès à la télévision et à la radio de la Communauté de développement de l’Afrique australe, en particulier dans les zones rurales, reflétant les disparités entre les zones urbaines et rurales du point de vue des infrastructures et de l’accès aux médias. Bien que le faible taux d’accès à Internet ait freiné leur impact, les espaces médiatiques et militants en ligne se sont dynamisés [en].

Cependant, l’utilisation des médias sociaux a sensiblement augmenté, ce qui pourrait renforcer l’efficacité de l’organisation et de la mobilisation de certains publics, sans pour autant réussir à atteindre de nouveaux publics ou des zones moins accessibles, par exemple en cas de sécheresse grave et d’accaparement [en] des terres dans les régions rurales méridionales du pays.

L’information partagée en ligne est également transmise hors connexion, et le faible accès à Internet ne signifie donc pas nécessairement que les personnes ne disposant pas d’une connexion Internet régulière n’auront pas accès à l’information ou n’entendront pas parler de manifestations organisées en ligne. L’effet de la communication hors ligne permet lui aussi d’augmenter l’impact des actions. À titre de comparaison, toutefois, en Tunisie en 2011, lorsque les manifestants du Printemps arabe avaient eu recours [en] à des plateformes en ligne, l’ONG Freedom House avait noté un taux de pénétration de 39% [en], ce qui est nettement supérieur à celui de l’Angola, et ce dans un pays plus petit. Cependant, d’autres réseaux, tels que les syndicats et les principaux médias étrangers, ont démontré leur importance, ce qui permet de comprendre la complémentarité de l’activisme en ligne et hors ligne, selon des articulations différentes en fonction du contexte.

Malgré les améliorations apportées à l’espace médiatique sous le gouvernement JLO, des militants ont déclaré que ce dernier avait de plus en plus recours à la tactique de son prédécesseur contre les manifestants et les opposants. Le gouvernement dispose toujours d’outils juridiques restrictifs, tels qu’une législation floue sur la diffamation. L’arrestation de Samussuku pour des propos tenus en ligne montre que la volonté des autorités de réagir aux défis sur des questions sensibles, telles qu’un “excès” de critique, s’applique également aux espaces en ligne.

À propos konakryexpress

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

dolor. Donec nec libero ut quis, ante. consectetur
Distributed by Agence web kindy