Accueil » Droits de l'Homme » L’Afrique face à de nouveaux systèmes de désinformation et de surveillance qui sapent la démocratie

L’Afrique face à de nouveaux systèmes de désinformation et de surveillance qui sapent la démocratie

spiky triple surveillance“spiky triple surveillance” par we are at war sous license CC BY-NC 2.0

Cet article de Daniel Mwesigwa est paru en anglais sur le site internet de Collaboration sur les Politiques Internationales des TIC pour l’Afrique de l’Est et australe (CIPESA), qui est l’un des deux centres créés dans le cadre de l’initiative Catalysing Access to Information and Communications Technologies in Africa (CATIA), financée par le Department for International Development (DfID) du Royaume-Uni.

Je le reprends ici pour que les internautes, en particulier guinéens soient informés des mauvaises pratiques que des dictateurs adoptent pour contrôler le discours politique afin de le dévier. La situation tendue dans notre pays pourrait inciter le gouvernement à adopter les mêmes pratiques de surveillance et de harcèlement des membres de la société civile et des utilisateurs des réseaux sociaux.

Une gamme de fournisseurs de logiciels espions, dont la firme italienne Hacking Team, l’anglo-germanique Gamma Group et l’israélienne NSO Group, ont trouvé un marché ouvert auprès des gouvernements autoritaires et répressifs en Afrique et ailleurs. De même, des campagnes de propagande systématiques conçues par des acteurs fantaisistes – y compris des agents du gouvernement et des entreprises ambitieuses d’analyse de données telles que Cambridge Analytica travaillant pour le compte d’acteurs étatiques et non étatiques – deviennent de plus en plus visibles en Afrique, en particulier pendant les périodes électorales.

Les outils et tactiques de ces opérateurs, pour la plupart non africains, sapent de plus en plus la démocratie et le respect des droits humains en Afrique, car ils permettent une surveillance de masse et une désinformation qui manipule et sape le discours politique.

Lire également: L’écriture en quête de liberté: politique et droits numériques en Afrique

Par exemple, le quotidien Wall Street Journal a révélé dans le ldétail le 15 aoûut 2019 comment le géant chinois de la technologie Huawei et ses techniciens avaient aidé la police ougandaise à pirater les communications cryptées d’une figure de l’opposition. Les agents de sécurité ont ainsi pu contrecarrer les plans de mobilisation du chef de l’opposition. L’article indiquait également que des techniciens de Huawei avaient aidé les autorités zambiennes à accéder aux téléphones et aux pages de médias sociaux d’un groupe de blogueurs de l’opposition qui avaient été traqués et arrêtés.

Grâce à des failles de sécurité, les outils et logiciels espions confèrent aux gouvernements, notamment aux services de renseignement et d’application de la loi, des pouvoirs immenses pour surveiller l’utilisation de systèmes d’intrusion secrets sur les principales plates-formes mobiles et systèmes d’exploitation. En 2016, le Citizen Lab, un laboratoire interdisciplinaire travaillant à l’intersection des affaires mondiales et de la technologie à l’Université de Toronto, a découvert Pegasus – un malware sophistiqué développé par la firme israélienne NSO Group qui est injecté dans le téléphone d’une cible via du texte ou WhatsApp, l’un outil de messagerie populaire en Afrique. Le Citizen Lab a depuis identifié les opérations de Pegasus dans plus de 45 pays, dont l’Algérie, l’Égypte, la Côte d’Ivoire, le Kenya, le Maroc, le Rwanda, l’Afrique du Sud, le Togo, l’Ouganda et la Zambie. Mais NSO se serait vanté maintes et maintes fois comment elle pouvait pénétrer divers systèmes d’exploitation et applications indépendamment des correctifs de sécurité.

Selon le Rapport 2019 sur l’état de la liberté d’Internet en Afrique, “l’état de surveillance” en Afrique a acquis une notoriété au tournant de la décennie, après le tristement célèbre printemps arabe qui a balayé l’Afrique du Nord en 2011, qui aurait été amplifié par des voix dissidentes sur les réseaux sociaux. Le rapport montre comment des États répressifs tels que la Tanzanie, l’Ouganda, l’Éthiopie, le Botswana et le Rwanda ont depuis renforcé leurs capacités de surveillance en achetant des logiciels espions avancés. En 2015, il a été révélé que l’Ouganda et la Tanzanie avaient acheté le système de contrôle à distance (RCS) premium de Hacking Team pour l’intrusion dans les systèmes des principales plates-formes mobiles et systèmes d’exploitation.

Plus récemment, le Financial Times a rapporté que le Rwanda avait versé jusqu’à 10 millions de dollars américains au groupe NSO pour espionner les critiques et dissidents du gouvernement via WhatsApp – une allégation que le président rwandais M. Paul Kagame a démentie lors d’un point de presse présidentiel tenu le 8 novembre 2019, reconnaissant seulement qu’ils espionnent “nos ennemis” en utilisant “l’intelligence humaine”. Il a ajouté: “Je ne dépenserais pas mon argent pour des non-personne [les exilés rwandais], nous avons des secteurs comme l’éducation pour dépenser cet argent”.

Toutefois le déni de M. Kagame doit être pris avec prudence. En 2016, un tribunal rwandais a condamné un chanteur populaire, M. Kizito Mihigo, à 10 ans de prison pour des allégations de complot en vue de renverser le gouvernement, sur la base de messages WhatsApp et Skype échangés en privé piratés avec de prétendus dissidents en exil.

Les cas présumés du Rwanda semblent être liés à d’autres cas dans lesquels NSO a infiltré des comptes WhatsApp de journalistes, de militants des droits de l’homme, de dissidents politiques, d’éminentes femmes dirigeantes et d’autres membres de la société civile dans jusqu’à 20 pays, ce qui a incité Facebook (les propriétaires de WhatsApp ) à poursuivre NSO en octobre 2019. Le procès intenté par Facebook devant la Cour fédérale des États-Unis accuse le fabricant de logiciels espions d’avoir piraté les comptes WhatsApp de 1 400 utilisateurs dans le monde. Bien que l’on ne dispose que de peu de détails sur l’identité exacte des personnes touchées, 174 personnes sont des avocats, des journalistes, des défenseurs des droits de l’homme et des chefs religieux.

Selon le Financial Times, six des personnes ciblées au Rwanda, ont été interviewées et ont confirmé avoir été alertées par WhatsApp sur la possible surveillance par NSO de leurs communications. Il s’agit notamment d’un journaliste vivant en exil en Ouganda, qui avait adressé une demande au gouvernement ougandais “d’aider à protéger les Rwandais du pays contre les assassinats”,; des personnalités de l’opposition vivant en Afrique du Sud et en Grande Bretagne membres du Rwanda National Congress (RNC), un groupe d’opposition en exil; d’un officier de l’armée qui a fui le Rwanda en 2008 et a témoigné contre des membres du gouvernement rwandais devant un tribunal français en 2017 et d’un membre belge du parti d’opposition FDU-Inkingi.

Pendant ce temps, certaines puissances étrangères testent prétendument, comme l’a récemment rapporté le New York Times “de nouvelles tactiques de désinformation en Afrique pour étendre leur influence”. Le rapport détaille comment le groupe Wagner fondé par l’homme d’affaires Yevgeny Prigozhin, qui aurait des liens étroits avec le gouvernement russe, a mené ces dernières années des campagnes de désinformation agressives sur Facebook.

Il est rapporté que la campagne de Prigozhin a utilisé des comptes Facebook ouverts localement pour dissimuler son comportement et a également utilisé des réseaux de nouvelles factices qui republient régulièrement des articles de l’organisation de presse publique russe Sputnik pour promouvoir les politiques russes tout en sapant les politiques américaines et françaises en Afrique. Le 31 octobre 2019, Facebook aurait supprimé ces comptes qui influençaient les opérations “dans la politique intérieure” de huit pays africains – le Cameroun, la République centrafricaine, le Congo Brazzaville, la Côte d’Ivoire, Madagascar, le Mozambique et le Soudan.

Plus tôt en 2019, Facebook aurait fermé une opération distincte de “fake news” ciblant les élections dans des pays africains tels que le Nigeria, le Sénégal, le Togo, le Niger, l’Angola et la Tunisie, propagée par des comptes “inauthentiques” sur Facebook et Instagram gérés par une société commerciale israélienne , Groupe Archimède. Entre 2013 et 2017, des gouvernements tels que celui du Kenya et du Nigéria auraient engagé Cambridge Analytica pour manipuler électorat dans le but de faire remporter les élections présidentielles par les candidats sortants.

Outre les campagnes de désinformation liées aux acteurs russes et les logiciels espions fabriqués en Israël, il existe également des programmes de surveillance par reconnaissance faciale tels que les “Smart Cities” de Huawei, qui ont été déployés dans 12 pays africains. Certains considèrent ce phénomène comme une exportation de l’autoritarisme numérique.

Il est désormais évident que les gouvernements et des acteurs non étatiques ont la tâche ardue de relever les défis de gouvernance causés par ce phénomène. Par conséquent, avec l’aide de plateformes technologiques, les gouvernements doivent comprendre quelles lois et politiques, y compris les mécanismes de contrôle et d’application, sont nécessaires pour renforcer la protection de la démocratie et des droits de l’homme dans un monde numérique en rapide évolution.

 

À propos konakryexpress

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

tempus fringilla ipsum libero ut mattis Nullam ante. in ipsum elit.
Distributed by Agence web kindy