Accueil » Droits de l’Homme

Droits de l’Homme

La banalisation des crimes de Sékou Touré, par sa fille Aminata Touré, maire de Kaloum

Dans des déclarations à la presse Mme Aminata Touré, fille de Sékou Touré,  a tenté de mettre tous les crimes de son père sur le dos de la France. Dans un communiqué, l’Association des victimes du camp Boiro et des autres camps d’extermination que la Guinée a connus de 1958 à 1984 s’insurge sur cette affirmation et remet les pendules ...

Lire la suite...

Les étrangers au Camp Boiro: Kapet de Bana

Suite au NON des guinéens au referendum du 28 septembre 1958, les les Français quittent la Guinée emportant tout même les stylos à bille et les cartes géographiques. Les intellectuels africains et autres amis progressistes convergent vers le nouvel état. dans le but de l’aider à s’en sortir. Mal leur en pris! En effet nombreux parmi eux finirent au camp ...

Lire la suite...

Sékou Touré luttait-il pour l’indépendance de la Guinée ?

Dans son livre L’itinéraire sanglant, Almamy Fodé Sylla met en doute l’engagement de Sékou Touré pour l’indépendance, jusqu’à la visite du Général de Gaulle à Conakry. C’est poussé par les circonstances qu’il se résolu, malgré lui,  finalement pour cette option. En voici un extrait.   Tous les anciens cadres de la Guinée, les syndicalistes africains, les animateurs et leaders des mouvements et partis ...

Lire la suite...

“Camp Boiro : “L’Auschwitz des Guinéens” dixit Tierno Monénembo

Pourtant, ça pue déjà la dictature et son cortège de complots et d'exécutions sommaires. Des amis haïtiens, les Dejean, pressent le couple de quitter le pays. Mme Dejean qui est d'ailleurs la secrétaire particulière de Sékou Touré n'y va pas par quatre chemins : "La Guinée sera comme Haïti. Ce que j'ai vu à la présidence me le confirme: vous aurez des tontons-macoutes ici." Les Dejean s'en vont aux USA pour échapper à la mort collective qui s'annonce.

Lire la suite...

Jean-Jacques Muyembe-Tamfum : le scientifique congolais derrière le remède contre le virus Ebola

Sierra Leone : des agents de santé se préparent à pénétrer dans une zone où les patients atteints d’Ebola sont soignés. Photographie sur Flickr par EC / ECHO / Cyprien Fabre, 2 août 2014. (CC BY-NC-ND 2.0) Le 12 août 2019, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé un développement positif dans les tests cliniques de médicaments en cours pour le ...

Lire la suite...

Voilà comment se conçoit, s’exerce et s’applique la “justice” sous le règne de Sékou Touré

Au bout d'un certain temps, Rossignol est parvenu à une macabre constatation : les détenus africains meurent généralement le samedi. Explication : l'infirmier du camp passe la visite le vendredi ; soit inexpérience, soit ordres reçus, il fait à certains détenus des piqûres mortelles dont ils succombent le lendemain... Presque tous des morts sans jugement, des cadavres non enregistrés dans la macabre comptabilité du régime.

Lire la suite...

Burundi : des enquêteurs de l’ONU dénoncent un climat de peur et d’intimidation avant les élections de 2020

Le document décrit comment des autorités locales et des Imbonerakure, les membres de la ligue des jeunes du CNDD-FDD intimident la population locale afin de la forcer à adhérer, soutenir ou contribuer au parti gouvernemental. Il montre aussi comment des Imbonerakure ont commis des meurtres, des disparitions, des arrestations et détentions arbitraires, des actes de torture et des mauvais traitements, ainsi que des viols contre des membres de l’opposition politique, réels ou présumés.

Lire la suite...

Burundi : le paludisme a touché plus de 5 millions de personnes pendant la seule première moitié de 2019

Une mère et son enfant soignés pour le paludisme dans un hôpital du Burundi. Le gouvernement du pays fournit des soins de santé gratuits aux femmes enceintes et aux enfants de moins de cinq ans. Burundi, 12 mars 2009. Photographie utilisée avec l'autorisation du PNUD via Flickr CC BY-NC-ND 2.0.

Au Burundi, en 2019, le paludisme a déjà touché 5 738 661 de personnes, soit environ la moitié de sa population, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA [fr]). À la date du 21 juillet, 1 801 personnes étaient mortes de l'infection, selon le ministère de la Santé publique du Burundi.

Lire la suite...
ut Curabitur ut id neque. odio dolor. justo leo. mi, id
Distributed by Agence web kindy