Accueil » Sékou Touré

Sékou Touré

Qui était Ibrahima Barry, surnommé “Barry III”, victime de Sékou Touré

Né vers 1923 à Bantignel (Pita)(Guinée), mort le 25 janvier 1971 à Conakry ; Homme politique et homme d’Etat ; Membre de la Section Française de l’Internationale Ouvrière (SFIO) ; co-fondateur de la Démocratie Socialiste de Guinée (DSG), du Mouvement Socialiste Africain (MSA), de l’Union des Populations de Guinée, section guinéenne du Parti du Regroupement Africain (PRA) ; Secrétaire d’Etat aux finances (oct. 1958-avril ...

Lire la suite...

Devoir de mémoire : Loffo Camara, 1ère femme ministre de la Guinée post-indépendante

Loffo Camara. Un nom qui ne dira pas grand chose à la jeune génération. Enfouie dans certains livres d’histoire, son histoire parfois réécrite ou tout simplement bafouée, cette femme a pourtant été l’une des fiertés de la gente féminine en Afrique. Pourtant… sa mort n’en sera que plus violente. Toutes les histoires à son propos, du moins celles que nous ...

Lire la suite...

Comment l’essence de la culture Kpèlè fut détruite ?

Photo empruntée au site Kpèlè Culture.

Le 25 novembre, l’historien et webdocumentaliste guinéen Paul Théa a publié sur sa page Facebook un commentaire sur la culture kpèlè qui a retenu mon attention.  M. Paul Théa est l’un des plus grands experts de notre temps pour la Traite Négrière au Rio Pongo et au Nunez. Etant donné le peu d’écrits disponibles sur nos cultures, il serait utile que ceux qui ...

Lire la suite...

Le “Carnaval”, soit pendaisons publiques avec exposition des corps des suppliciés, le tout dans une atmosphère d’hallucination collective

Quatre-vingt-onze condamnations à mort dont trente-trois par contumace, soixante-huit condamnations aux travaux forcés à perpétuité, des pendaisons publiques avec exposition des corps des suppliciés, le tout dans une atmosphère d'hallucination collective baptisée "carnaval" par le régime. Tels sont les chiffres officiels et le climat du "procès" qui s'est déroulé à Conakry en janvier 1971. Une date éclaboussée de sang. Comme tant d'autres, avant et après. Le vent de folie né dès le premier "complot"continue de souffler, plus violent que jamais. C'est l'exacerbation de la terreur, de la cruauté mentale depuis longtemps devenue argument politique.

Lire la suite...

Mgr Raymond Marie Tchidimbo, archevêque émérite de Conakry, “On vous a arrêté. Pourquoi?”

Intronisation de Mgr. Raymond-Marie Tchidimbo comme archevêque de Conakry, le 31 mai 1962, à sa droite le tyran Sékou Touré. Source: campboiro.oorg

Mais le fin fond du problème se trouvait ailleurs: jeune missionnaire encore, de retour en Guinée en 1952, Tchidimbo avait épaulé Sékou Touré dans son action syndicale pour l’avènement d’une société plus juste et plus humaine dans le contexte colonial français. Et à la veille de l’indépendance, Sékou Touré croyait trouver en Tchidimbo ce même allié qui exécuterait ses plans machiavéliques pour ses desseins dictatoriaux.

Lire la suite...

 Alpha-Abdoulaye Diallo présente la vie au Camp Boiro, interview de Hassatou Baldé  pour Guineenews 

Cette interview du Dr. Hassatou Baldé publiée a été publiée sur Guinéenews. le 1er mai 2005. Je vous la propose sur konakryexpress pour ceux qui ne l’auraient pas lue. Etant donné sa longueur, elle paraitra en 3 parties. Voici la première partie. Aujourd’hui Guinéenews reçoit Monsieur Alpha-Abdoulaye Diallo, plus connu sous les pseudonymes de “Porto” ou “Portos” qui va nous ...

Lire la suite...

Deuxième arrestation de Lamine Kamara en juillet 71 et transfèrement du Camp Boiro au camp Soundiata Keïta de Kankan, puis Kindia

C’est ce qui est terrifiant là-dedans.Vous êtes quatre dans une cellule. On vient retirer quelqu’un. On dit son nom. La personne s’en va. Et plus rien. Donc la peur est présente à chaque instant. On ne s’habitue pas à cette peur-là. C’est seulement à la libération qu’on a su qui avait été exécuté ou non. Et pour ceux qui mourraient, à l’époque, même les familles n’étaient pas infor-mées. On ne délivrait aucun certi cat de décès. Trente-cinq ans plus tard, il y a des familles quin’ont toujours pas fait leur deuil.

Lire la suite...

Comment un écolier de Dubréka qui a rêvé d’être président … mourra en 1975 au camp Boiro

Les tendances occultes du dictateur guinéen, nous l'avons déjà signalé, se déploient également dans un autre domaine : il semble avoir une prédilection pour les infirmes, les handicapés, les albinos, etc. Bon nombre de ces êtres très particuliers appartiennent à sa police secrète et certains joueront un rôle important dans la vie nationale. C'est ainsi que Bangali, un petit bossu originaire de Faranah, simple planton aux PTT, peut réussir, par des allégations mensongères, à faire destituer le ministre de son département qui avait refusé de lui rendre un service illégal. Si Sékou aime tant les albinos et autres individus bizarres ou anormaux, c'est aussi, dira une rumeur insistante, parce que ceux-ci constituent d'excellentes proies... pour des sacrifices humains.

Lire la suite...
risus dolor. ipsum venenatis ut eleifend
Distributed by Agence web kindy