Accueil » Catastrophe naturelle » Comment le changement climatique plonge les bergers du Sénégal dans la pauvreté
Lucinda Rouse / IRIN Des bovins et des ânes maigres boivant au forage de la ville de Ranerou, qui accueille des milliers de bergers et leur bétail pendant la saison sèche.

Comment le changement climatique plonge les bergers du Sénégal dans la pauvreté

Aujourd’hui, c’est la Journée mondiale de l’alimentation, qui commémore la date de la création de la FAO, en 1945. En guise de solidarité, j’ai choisi de publier ce billet qui est une traduction d’un article écrit en anglais par Lucinda Rouse journaliste freelance basée à Dakar pour IRIN. 

Au cours des six derniers mois, IRIN a suivi de façon intermittente la vie dans les communautés d’éleveurs de la région du Sahel frappée par la sécheresse. C’est la première d’une série en trois parties sur les éleveurs et leurs familles, qui doivent faire face à la pire période de soudure que l’on ait connue depuis des années.

Saidou Harouna Ba examine ce qu’il reste de sa seule source de revenus: son troupeau. “Si j’étais resté à la maison, ils seraient tous morts”, dit-il. Ce berger peul retourne dans son village, dans le nord du Sénégal, dans le comté de Podor, après 10 mois, avec seulement la moitié du nombre de moutons, de bovins et d’ânes avec lesquels il était parti.

Perdre la moitié du troupeau signifie que Saidou a perdu la moitié de ses biens. Il y a un an, il n’était pas mal loti et était capable de subvenir aux besoins de sa famille. Maintenant, à cause du changement climatique, il est à la limite de la pauvreté.

Cette semaine, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a prévenu qu’une augmentation du réchauffement de la planète aurait un impact négatif sur la production animale et végétale, en particulier en Afrique subsaharienne. Mais les éleveurs comme Saidou ont déjà vu des conditions météorologiques de plus en plus imprévisibles, des sécheresses, des inondations et la dégradation des terres menacent leur mode de vie.

Au Sahel, six millions de personnes ont été confrontées à de graves pénuries alimentaires pendant une période de soudure prolongée entre janvier et août de cette année; le Sénégal a été l’un des trois pays les plus touchés de la région. La situation pourrait encore empirer, car la FAO estime que 2,5 millions d’éleveurs, ou “pasteurs”, et ceux qui pratiquent l’élevage et la culture au Sahel risquent de perdre leurs revenus.

Dès la fin de la saison des pluies en septembre dernier, il est devenu évident que des précipitations irrégulières avaient entraîné une diminution des pâturages dans le Sahel. Cela a forcé les bergers du Nord, comme Saidou, qui commencent normalement à voyager vers le sud en janvier ou en février, à entreprendre leur voyage annuel jusqu’à quatre mois à l’avance, et en nombre beaucoup plus grand que d’habitude.

La transhumance – qui aide les régions surpaturées à se redresser en transférant temporairement la charge sur des zones moins pâturées – est un mode de vie courant pour les Peuls, l’un des plus grands groupes ethniques du Sahel. Mais à mesure qu’augmentent la période de migration et la distance parcourue, les bergers sont obligées de voyager pour trouver de la nourriture et de l’eau pour leur bétail, leur bien-être économique et leur mode de vie sont menacés.

La vie dans les communautés pastorales s’articule autour de leur principale source de capital financier: le troupeau. Ainsi, lorsque les animaux sont soumis à un stress, le tissu social en souffre également. «La sécurité alimentaire est avant tout assurée par la sécurité du troupeau», explique Aliou Samba Ba, président de la branche sénégalaise du Réseau Billital Maroobé (RBM), réseau d’associations d’éleveurs d’Afrique de l’Ouest.

Sur la route, les enfants accompagnent leurs parents et manquent l’école, alors que les animaux meurent des suites de la recrudescence des maladies. À la maison, les gens ont faim et s’inquiètent de plus en plus de la perte de valeur du peu qu’ils possèdent.

«S’il pleuvait bien, tous nos problèmes seraient résolus», explique Saidou. Cela semble peu probable: au Sahel, les écarts entre les années de difficultés se réduisent et les conditions météorologiques deviennent de plus en plus extrêmes.

Changement climatique, problèmes chroniques

IRIN a rencontré Saidou pour la première fois en mars à Ranerou, une petite ville de la région nord-est de Matam. Accompagné de son épouse et de leurs deux plus jeunes enfants, il leur avait fallu 10 jours de marche pour parcourir les 200 kilomètres au sud de son village de Namarel avec un troupeau de plusieurs centaines d’animaux.

Des milliers de bergers et leur bétail passent la saison sèche à Ranerou chaque année. Mais cette fois c’était différent. Saidou devait stationner les animaux à 10 kilomètres de la ville, où l’on pouvait trouver une maigre réserve d’herbe. Mais avec la route entre leur camp et la ville stérile et dépourvue de végétation, ils ne pouvaient que se rendre au puits de Ranerou pour boire tous les deux ou trois jours. Les animaux ont cessé de produire du lait, un aliment de base essentiel pour la famille.

Map of Senegal showing Ranerou and Namarel

Au cours des cinq dernières années, certaines zones du Sénégal ont enregistré une diminution de 50 à 100% des cultures et des pâturages. Cela a conduit à une montée en flèche de la demande d’aliments pour animaux manufacturés cette année, ce qui a entraîné une flambée de leurs prix. Un sac d’aliments de 40 kg coûtant environ 7 000 FCFA (12 USD) en octobre 2017 était passé à 13 000 FCFA (23 USD) en mars. Les bergers ont dû vendre des animaux pour acheter des aliments pour nourrir le reste de leurs troupeaux, ce qui a fortement entamé leur patrimoine.

Parallèlement, un fonds gouvernemental créé en 2012 pour subventionner les aliments pour animaux n’a pas été suffisamment reconstitué. La dernière injection de fonds remonte à 2015 et, depuis que les éleveurs ont exploité le fonds en 2016 et 2017, les subventions n’étaient pas disponibles au même niveau cette année. «L’État n’avait pas les moyens de mettre en place une opération de sauvegarde du bétail», explique Abba Leye Sall, responsable des secteurs des animaux au ministère de l’Élevage.

En outre, les prix du bétail ont chuté en raison du nombre élevé d’animaux mis sur le marché par des éleveurs désespérés. Les bovins, les moutons et les chèvres ont coûté la moitié du prix qu’ils avaient quatre mois plus tôt; en mars à Ranerou, un sac de fourrage coûtait plus cher qu’un mouton.

«La prochaine fois, je vendrais plus d’animaux à l’avance à un meilleur prix et achèterai un stock d’aliments pour animaux pendant que le prix est stable», déclare Sidy Samba Ba, également de Namarel. Cette année, il a parcouru une centaine de kilomètres plus au sud que Saidou et a subi des pertes similaires.

Mais il est difficile de prévoir les conditions de la saison à venir et, avec les charrettes tirées par des ânes comme principal moyen de fret, le transport de stocks importants d’aliments présente des difficultés logistiques.

Au cours de l’année, les troupeaux ont pataugé dans les rares réserves d’eau et l’incidence des maladies a augmenté. La fièvre aphteuse tue de jeunes animaux et ralentit le rythme déjà faibles des troupeaux, contraints de parcourir de longues distances à la recherche de nourriture.

Puis, le 27 juin, les premières pluies du Sénégal sont arrivées, accompagnées d’un vent exceptionnellement froid. Des dizaines de milliers d’animaux sont morts en l’espace d’une journée lorsque les pluies tant attendues sont devenues tueuses. Certains éleveurs ont tout perdu.

Quand le troupeau est heureux, les gens sont heureux

Les enfants ont été parmi les premiers à souffrir. Beaucoup ont accompagné leurs parents lors de leur voyage vers le sud pour les aider avec le troupeau ou parce que personne ne restait à la maison pour s’occuper d’eux. Pour ceux qui fréquentaient habituellement l’école, cela a signifié manquer une année scolaire. Les soins de santé étaient inexistants lorsqu’ils tombaient malades sous des bâches. «Les services sociaux ne sont pas adaptés à la mobilité», observe Noël Marie Zagré, conseillère régionale en nutrition à l’UNICEF, l’agence des Nations Unies pour l’enfance.

“Pendant 10 mois, nous avons rarement mangé de la viande ou des légumes.”

Pour les quelques-uns qui sont restés à la maison, la vie a également changé. «La société a changé», déclare Mariam Harouna Ba, restée à Namarel. Ça a été très difficile, surtout pour les enfants et les femmes enceintes qui avaient très faim parce qu’il n’y avait pas de lait».

Ce problème était grave dans une région qui connaissait déjà un taux de malnutrition élevé. Les véhicules reliant des villages éloignés tels que Namarel à des villes marchandes telles que Ndioum devinrent de plus en plus rares à mesure que les transporteurs suivaient les bergers. Il était difficile de s’approvisionner en poisson ou en légumes, alors que les prix de la viande augmentaient dans les zones où il n’y avait plus d’animaux.

Lorsque la famille à la maison demandait de l’argent, les éleveurs devaient vendre un autre animal à un prix toujours plus bas. Le repas principal de la journée était réduit à un bol de riz assaisonné d’un cube de bouillon. «Pendant 10 mois, nous avons rarement mangé de la viande ou des légumes», explique Mariam.

Les commerçants ont également enregistré une baisse de leurs ventes et beaucoup ont fermé leurs portes au cours de la période de la transhumance. Aly Amadou Diop dirige un magasin d’articles ménagers dans la ville de Ndioum qui est resté ouvert. «Je n’ai réalisé aucun bénéfice cette année», explique-t-il, entouré de piles de matelas en mousse et de vaisselle recouverte de plastique. Entre octobre 2017 et août 2018, les ventes ont rarement dépassé 25 000 FCFA (44 $) par jour, au lieu d’une moyenne de 500 000 FCFA (880 $). “Je ne veux pas quitter Ndioum”, poursuit-il, “mais s’il y a une autre année comme celle-ci, je serai obligé de chercher d’autres options à l’étranger.”

Dans certaines parties du Sénégal qui ont accueilli des migrants, les affaires se sont améliorées et de nombreux commerçants ont suivi les bergers au sud. Mais les ressources naturelles déjà rares dans les régions d’accueil ont été soumises à une pression extrême. Selon Kalidou Ba, secrétaire général d’une association agro-pastorale locale, la région aurait facilement pu soutenir les troupeaux résidents du comté de Ranerou-Ferlo si les migrants du nord n’étaient pas arrivés. Au lieu de cela, les éleveurs dans les régions d’accueil eux-mêmes ont été forcés de se déplacer vers le sud, comme la demande en eau et en pâturage a augmenté.

Etant donné que les régions hôtes abritent également des agriculteurs, l’inquiétude grandissante était que l’afflux précoce de bétail puisse  endommager les cultures. Heureusement au Sénégal, l’utilisation de corridors pastoraux a gardé les éleveurs sur des itinéraires préalablement convenus. Mais dans d’autres pays de la région, la présence d’animaux hors saison a alimenté les conflits intercommunautaires latents.

A Senegalese man walks away through low-lying greenery

Lucinda Rouse / IRIN Saidou Harouna Ba, éleveur du nord du Sénégal, dans le comté de Podor, a perdu la moitié de son troupeau au cours de la transhumance saisonnière de cette année.

De retour à la maison, mais toujours dans l’insécurité

Six mois après le retour de Saidou à Namarel, il est chez lui entouré de pâturages luxuriants à la suite des pluies dont il avait tant besoin. Les vaches et les chèvres marchent autour de la cour en coexistence facile avec sa famille, parfois chassées de manière bénigne alors qu’elles mâchent les bords d’un tapis de paille.

“Un feu de brousse pourrait tout détruire.”

Saidou semble plus détendu que dans le poussiéreux Ranerou. Bien qu’il ait le cœur lourd avec le bilan de la longue transhumance et qu’il ait vu périr tant d’animaux, il se dit soulagé d’avoir trouvé un bon pâturage à son retour en août.

«Je suis heureux parce que je suis parti pour sauver mes animaux», dit-il. “Même si je n’ai pas pu les sauver tous, j’en ai sauvé une partie.”

À Namarel, les animaux paissent dans des pâturages abondants et de nombreux éleveurs espèrent qu’ils n’auront pas besoin de faire le voyage vers le sud l’an prochain.

Mais même cette année, une autre menace plane toujours: les feux de brousse, qui commencent généralement à la fin du mois d’octobre lorsque l’herbe luxuriante de la saison des pluies devient jaune.

Aliou Samba Ba, du RBM, met en garde: “Un seul feu de brousse pourrait tout détruire.”

(PHOTO EN HAUT: en mars, le coût d’un sac d’aliments pour animaux dépassait le prix d’un mouton à Ranerou. CRÉDIT: Lucinda Rouse / IRIN)

À propos konakryexpress

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie. Elle est vieille de bientôt 4 ans, mais entretemps il n'y a pas eu beaucoup de changement: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Distributed by Agence web kindy