Accueil » Diabète » Diabète, tueur silencieux, ce 7 avril est ta journée!

Diabète, tueur silencieux, ce 7 avril est ta journée!

La Journée mondiale de la santé célébrée chaque année le 7 avril, est consacrée cette année au diabète.

Le diabète est surnommé le tueur silencieux, ensemble avec l’hypertension. Il fait partie des 4 maladies non transmissibles (MNT) prioritaires identifiées par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), les autres étant les maladies cardiovasculaires, le cancer et les maladies respiratoires chroniques. Cette bande de tueurs cause la mort de 36 millions de personnes par an, soit plus de 60 % des décès dans le monde.

L’OMS estime que la mortalité due à ces maladies non transmissibles augmentera de 17% dans les dix prochaines années au niveau mondial et de 27% dans la région Afrique, faisant d’elles en 2030 les premières causes d’invalidité.

Au niveau global, selon le site santediabete.org:

Le diabète est une condition chronique qui touche aujourd’hui plus de 382 millions de personnes dans le monde.

Dans le monde, plus de 5,1 millions de décès par an sont dus au diabète, soit 14 000 morts par jour et 1 mort toutes les 7 secondes. En comparaison, on estimait, en 2012,que 1,6 millions de décès étaient dus au VIH (1,4- 1,9 millions)5. 

Le diabète est une maladie en forte progression en Afrique. Elle est très invalidante et couteuse au niveau individuel et national. En plus de facteurs héréditaires, elle dépend du comportement individuel de chacun de nous. Elle n’est donc pas une fatalité car on peut diminuer les risques d’en être victime.

D’après l’ONG Santé Diabète, fondée en 2001, dans le but d’améliorer la prévention et la prise en charge du diabète en Afrique:

Les problèmes de surpoids ont très largement dépassé les problèmes de sous poids. Ce phénomène frappe principalement les villes où une femme sur quatre et un homme sur six sont touchés. Cette explosion de l’obésité, impliquant autant les classes aisées que les classes populaires, est essentiellement liée à l’apparition d’une transition nutritionnelle (consulter le dossier thématique “Transition nutritionnelle”) qu’on peut définir comme une modification progressive des régimes alimentaires, contemporaine d’une forte baisse de l’activité physique.

En cause, la très forte augmentation de matières grasses végétales et plus encore d’origine animale (viande, oeufs, produits laitiers) et l’accès à l’huile industrielle, avec, en parallèle, l’introduction de nombreux produits industrialisés très gras, salés et sucrés venant s’ajouter à une alimentation traditionnelle très riche en glucides (céréales).

Dans cette analyse, il manque les facteurs culturels comme cause de diffusion de ce tueur. Presque partout en Afrique, l’embonpoint est considéré comme signe extérieur de richesse. En outre, une personne respectable ne doit pas courir, selon la mentalité de nombreux africains. C’est mal vu! A mon retour en Guinée, à ma retraite, lorsque je marchais à vive allure sue la terrasse au dessus du 3ème étage de notre bâtiment, les vendeuses de nourriture en face me considéraient comme devenu fou. Chez nous, meme parmi le personnel de santé ou militaire, l’obésité est courante.

Pourtant, l’OMS prévient, dans un document sur sa stratégie contre le diabète, écrit par M. Boureima Hama Sambo, que le combat contre le diabète doit commencer dès l’enfance. Le dépistage des personnes susceptibles de développer le diabète de type 2 doit être encouragé dans les centres de santé et par le biais de campagnes lors de rassemblements sociaux. Le test de la glycémie à jeun aidera à diagnostiquer les cas inconnus et qui sont souvent découverts à travers des complications. Le diagnostic précoce est très important pour identifier les personnes les plus exposées afin de permettre une prévention et une gestion efficaces.

Appliquons le dicton “mieux vaut prévenir que guérir”. Luttons contre les facteurs à risque:  l’obésité, l’inactivité physique, le tabagisme et l’abus d’alcool. Mangeons de manière saine, sans trop de graisses. Convainquons-nous que l’embonpoint n’est pas un signe de richesse, mais plutôt d’ignorance des risques que nous courrons et des horribles déformations de notre corps qu’il provoque.

Informons-nous sur les conseils qu’il faut mettre en pratique pour éviter une prise excessive de poids. L’OMS a fixé des normes de comportement en matière d’alimentation, d’activité physique et de santé ainsi que du contrôle du tabagisme et de prévention de l’abus d’alcool que chaque médecin traitant peut vous donner dans votre cas spécifique. si votre médecin est en surpoids ou bien il fume, il faut le changer car il n’a pas pris conscience de la gravité de son état. Il ne peut donc pas nous être utile!

Voici note publiée par l’OMS à cette occasion de la Journée mondiale de la Santé 2016: le diabète

Les faits

Une femme se soumet à un test sanguin afin d'évaluer le taux de sucre dans le sang

OMS/OPS/S. Oliel

En 2008, on estimait à 347 millions le nombre de diabétiques dans le monde et la prévalence augmente, en particulier dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

En 2012, le diabète a été la cause directe de 1,5 million de décès, dont plus de 80% sont survenus dans des pays à revenu faible ou intermédiaire.

L’OMS prévoit qu’en 2030, le diabète sera la 7e cause de décès dans le monde.

Le diabète est une maladie chronique qui apparaît lorsque le pancréas ne produit pas suffisamment d’insuline ou que l’organisme n’utilise pas correctement celle qu’il produit.

L’insuline, hormone qui régule la glycémie, nous donne l’énergie dont nous avons besoin pour vivre. S’il ne peut entrer dans les cellules pour être transformé en énergie, le sucre se concentre dans le sang à des niveaux dangereux.

Il y a deux types principaux de diabète. Les personnes atteintes d’un diabète de type 1 ont en général un organisme qui ne produit pas d’insuline, ce qui les oblige à recourir à des injections pour survivre. Les personnes souffrant d’un diabète de type 2 – 90% des cas – ont un organisme qui produit de l’insuline mais en quantité insuffisante, ou qui l’utilise à mauvais escient.

Les personnes présentant un diabète de type 2 sont le plus souvent en surpoids et sédentaires, deux paramètres qui augmentent les besoins d’insuline.

Avec le temps, un indice glycémique élevé peut gravement nuire aux principaux systèmes organiques du corps, provoquer des crises cardiaques, des AVC, des atteintes nerveuses, une insuffisance rénale, une cécité, l’impotence ou des infections risquant d’entraîner des amputations.

Ce qu’il faut savoir

L’OMS consacre au diabète la prochaine Journée mondiale de la Santé, prévue le 7 avril 2016, car:

  • L’épidémie de diabète progresse rapidement dans de nombreux pays, l’accroissement le plus spectaculaire étant attesté dans des pays à revenu faible ou intermédiaire.
  • Les cas de diabète sont, dans une forte proportion, évitables. L’expérience a montré que des mesures simples de modification du mode de vie pouvaient être efficaces pour prévenir ou retarder un diabète de type 2. Le maintien d’un poids normal, la pratique régulière d’un exercice physique et une alimentation saine peuvent réduire les risques de diabète.
  • Le diabète peut être traité. Il peut être contrôlé et pris en charge afin de prévenir les complications. Un meilleur accès au diagnostic, l’apprentissage de l’autoprise en charge et un traitement d’un coût abordable sont les éléments décisifs de la riposte à la maladie.
  • La prévention et le traitement du diabète supposent une action d’envergure pour réaliser l’objectif 3 de développement durable, à savoir réduire d’un tiers d’ici à 2030 la charge de mortalité prématurée liée aux maladies non transmissibles. Bien des secteurs de la société ont un rôle à jouer : pouvoirs publics, employeurs, éducateurs, producteurs, société civile, secteur privé, médias, sans oublier les intéressés eux mêmes.

Objectif : élargir la prévention, renforcer les soins et intensifier la surveillance

La campagne menée à l’occasion de la Journée mondiale de la Santé pemettra de:

  • sensibiliser davantage à la progression du diabète, à l’énorme charge qu’il représente et à ses conséquences, en particulier dans des pays à revenu faible ou intermédiaire;
  • lancer une série d’actions spécifiques, efficaces et abordables pour s’attaquer au diabète, parmi lesquelles des mesures visant à prévenir le diabète, à diagnostiquer, traiter et soigner les personnes qui en souffrent; et
  • lancer le premier rapport mondial sur le diabète, lequel exposera la charge et les conséquences de la maladie et plaidera en faveur de systèmes de santé plus solides permettant d’améliorer la surveillance, de renforcer la prévention et de prendre en charge le diabète avec plus d’efficacité.

Voir aussi

À propos konakryexpress

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

efficitur. Praesent amet, sem, Aenean pulvinar id felis dapibus eleifend elit. dictum
Distributed by Agence web kindy