Accueil » Économie » La paix entre l’Érythrée et l’Éthiopie entraîne une poussée de réfugiés
Mekelle, la capitale de la région du Tigré, à la frontière entre l'Ethiopie et l'Erythrée, connaît actuellement un boom. Source: IRIN

La paix entre l’Érythrée et l’Éthiopie entraîne une poussée de réfugiés

Ce billet a été écrit en anglais par James Jeffrey, un journaliste indépendant basé à Addis Abeba et collaborateur régulier d’IRIN. Je le trouve intéressant parce qu’il nous fait voir les problèmes que provoque la politique d’ouverture du Premier ministre éthiopien dans une région qui était figée depuis plus de deux décennies. C’est pour cela que je l’ai traduit et je vous le propose. 

Un groupe d’Érythréens s’alignant à l’extérieur d’une petite tente verte de l’armée entourée d’une garrigue jaune au sommet d’une crête marquant la frontière entre l’Éthiopie et l’Érythrée.

Après avoir pris note de leurs informations par des soldats érythréens à l’air ennuyé, ils rentrent dans le minibus blanc qui les emmènent de la ville de Mekelle, dans la région éthiopienne du Tigré, à la capitale érythréenne, Asmara. Au moment où ils partent, un autre minibus passe devant eux.

Il y a peu de temps, de telles scènes étaient impensables.

Après avoir été scellée pendant 20 ans – après des tensions croissantes à la fin des années 90 puis une guerre de deux ans – la frontière entre l’Éthiopie et l’Érythrée a finalement été rouverte en septembre.

Pour échapper à la réalité sous le président Isaias Afwerki – conscription militaire obligatoire, service national indéfini, manque de liberté de parole et de mouvement etc plus possibilité d’emprisonnement pour s’être opposé au régime – les Érythréens devaient tout risquer, y compris une patrouille frontalière militaire ayant comme politique de tirer pour tuer.

Avec l’accord de paix historique signé en juillet, ils peuvent désormais traverser la frontière sans passeport ni permis et ils n’ont même pas à confirmer si et quand ils reviendront.

Le manque de restrictions des deux côtés est entrain d’être célébré des deux côtés, mais la soudaine liberté de circulation a également provoqué une recrudescence du nombre de demandeurs d’asile qui traversent la frontière à la recherche de nouvelles vies, apportant une carte additionnelle sur la région éthiopienne du Tigré et au-delà.

Pour certains Érythréens, l’entrée en Éthiopie est le début d’un voyage qui les mènera vers la Méditerranée et vers le rêve de l’Europe. Jeffrey/IRIN

Alors que les arrivées se sont stabilisées depuis, l’ouverture sans restriction de la frontière a initialement entraîné une multiplication par quatre du nombre de passages quotidiens d’Erythréens à la recherche du statut de réfugié. Il y a maintenant environ 175 000 réfugiés érythréens en Éthiopie.

Malgré cela, le gouvernement éthiopien semble s’en tenir à sa politique de la porte ouverte en faveur des réfugiés – bien qu’il y ait des craintes qu’il puisse changer d’avis et fermer la frontière à nouveau s’il a du mal à faire face à leur afflux.

“L’Éthiopie est signataire de la Convention de Genève sur les réfugiés, donc pour l’instant il n’y a pas de changement sur leur statut”, a déclaré Tekie Gebreyesas, coordinatrice régionale à l’ARRA du Tigré, chargée de l’administration des affaires des réfugiés et des rapatriés du gouvernement éthiopien.

“Les relations entre les deux pays se sont améliorées, mais la situation interne en Érythrée est toujours la même”, a expliqué Tekie.

Fardeau croissant

Plus de 15 000 Érythréens ont traversé la frontière depuis son ouverture en septembre, selon les autorités locales éthiopiennes. La plupart ont revendiqué le statut de réfugié: environ 10 000 à la mi-octobre, selon le HCR, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés.

L’Éthiopie accueillait déjà un peu plus de 900 000 réfugiés de divers pays, les Érythréens constituant le troisième groupe par importance.

Le gouvernement éthiopien a également un peu moins de trois millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays, un chiffre qui a gonflé cette année en raison de troubles dans la région somalienne orientale ainsi que dans les zones de Guji et de Gedeo occidental.

Les augmentations présidentes du nombre de réfugiés érythréens arrivant en Éthiopie se sont produites entre 2004 et 2014, alors que le régime d’Isaias se durcissait et devenait de plus en plus oppressif, tandis que les sanctions des Nations Unies contre l’Érythrée – levées mercredi – entrées en vigueur en 2009 ont rendu la vie plus difficile pour les Érythréens ordinaires les incitant en plus grand à essayer de partir.

La chute de l’émigration en 2014 pourrait s’expliquer en partie par le lancement par l’Union européenne du processus de Khartoum, qui a essentiellement donné de l’argent au gouvernement érythréen pour aider à endiguer la migration vers Europe.

“Il n’y a aucun moyen que je retourne”

Depuis l’ouverture de la frontière, des bus auraient envahi la petite ville frontalière éthiopienne de Zalambessa, juste après le point de contrôle érythréen, afin de recueillir des centaines de demandeurs d’asile érythréens qui s’y seraient rassemblés en quelques jours.

Map of Ethiopia showing Eritrea, Tigray, and refugee camps

À Mekelle, premier arrêt pour de nombreuses personnes en route vers la capitale éthiopienne, Addis-Abeba, ou d’autres centres urbains, IRIN a trouvé Yohannes * en train de se détendre avec des amis érythréens.

Un Érythréen Yohannes ayant un des parents éthiopien a été enrôlé à l’âge de 16 ans et a servi pendant 18 ans. Il a notamment combattu lors de la guerre frontalière de 1998-2000, opposant des soldats érythréens apparenté à des éthiopiens (comme Yohannes) à combattre des soldats éthiopiens ayant eux aussi un parent érythréen.

“Il n’est pas question que je retourne en Érythrée”, a-t-il déclaré. “Je ne voulais pas combattre. Nous sommes le même peuple. Mais je n’avais pas d’autre choix que de me battre pour mon pays. Si vous refusiez de vous battre, le gouvernement pouvait arrêter votre famille ”

Yohannes et ses amis ont annoncé leur intention de gagner leur vie en Éthiopie. Si cela ne fonctionnait pas, ils déménageraient dans un autre pays.

Pour certains Érythréens, le passage de la frontière est le début d’un voyage qui les mènera en Méditerranée par le Soudan, puis en Libye, et l’Europe tant rêvée.

Destination Europe

Mais beaucoup d’érythréens, à l’instar de Yohannes et ses amis, essaient d’abord de s’installer en Éthiopie.

Après avoir été enregistrés près du point d’arrivée, ils sont censés résider dans des camps à moins d’une exemption. Mais la majorité des réfugiés érythréens quittent bientôt les camps et se dirigent vers les villes à la recherche de travail. Ils représentent 79% de la population réfugiée urbaine à Addis-Abeba, où des zones résidentielles entières de la ville ont une impression particulièrement érythréenne.

“Le grand nombre de personnes qui quittent les camps pour poursuivre leurs mouvements constitue un défi majeur pour la protection et l’assistance aux réfugiés érythréens”, note le dernier plan de réponse du HCR en Éthiopie.

“En 2016, environ 80% des réfugiés érythréens ont quitté les camps de Tigray dans les 12 mois suivant leur arrivée en Éthiopie”, a-t-il déclaré. “Motivés par le désir d’accéder à de meilleurs services éducatifs, de se réunir avec des parents installés à l’étranger et de gagner un revenu pour subvenir aux besoins de leurs familles en Érythrée, de nombreux enfants et jeunes adultes considèrent que leur seul choix est d’atteindre l’Europe.”

L’Éthiopie s’est engagée dans le Cadre global de réponse pour les réfugiés, ou CRRF, issu de la Déclaration de New York de 2016 sur les réfugiés et les migrants ce qui implique de donner aux réfugiés plus d’occasions de quitter les camps et un meilleur accès aux emplois et à l’éducation.

La force de cet engagement à la lumière des récents événements reste une question ouverte.

“La FCRP était un choix naturel pour le Tigré”, a déclaré le responsable des programmes d’une organisation de réfugiés basée à Addis-Abeba, qui souhaitait rester anonyme en raison de la nature délicate du problème. “Mais maintenant que la situation a considérablement changé, personne ne sait si et comment le gouvernement pourrait repenser sa politique à l’égard des réfugiés érythréens. Recevront-ils les mêmes privilèges que ceux accordés aux réfugiés par le biais de la CRRF?”

 

Réunis après des décennies

Les Érythréens passaient furtivement de l’autre côté de la frontière à la recherche d’un asile ou d’une vie meilleure. Maintenant, ils voyagent pour diverses raisons. Certains vont même dans l’autre sens aussi.

“Je suis allé d’Addis-Abeba à Asmara après l’ouverture de la frontière pour voir mon père pour la première fois en 26 ans. Il est décédé dix jours après mon arrivée”, a déclaré Senait *, l’un des Érythréens aligné devant la tente de l’armée à la frontière.

Senait s’est installée dans la capitale éthiopienne après avoir épousé un Éthiopien, mais elle n’a pu rendre visite à sa famille après le début de la guerre, et la fermeture des frontières. Elle ramène maintenant son oncle à Asmara pour y vivre avec sa famille, mais envisage de retourner dans sa famille à Addis-Abeba après la visite.

De nombreux Érythréens traversent également la frontière pour retrouver des membres de leur famille qu’ils n’avaient pas vus depuis des décennies. D’autres vont simplement faire des emplettes ou profiter de la vie sociale plus dynamique avant de retourner en Erythrée de leur propre chef.

“Nous sommes ici depuis deux semaines pour voir nos familles et nous retournerons à Asmara dans trois jours”, a déclaré Qemer, 24 ans, s’exprimant à Mekelle aux côtés de sa sœur et d’un autre ami qui rendaient visite à des membres de leur famille séparés depuis longtemps. “Nous étions de jeunes enfants lorsque nous les avons vus pour la dernière fois, même si nous sommes restés en contact via Facebook.”

Les hôtels de Mekelle qui luttaient pour survivre sont maintenant complets. Les voitures fatiguées portant la plaque d’immatriculation érythréenne distincte commençant par ER1 sont garées dans toute la ville et peuvent être vues avec les minibus pétaradant le long de la route entre Asmara et Mekelle.

 

Autrefois connu pour accueillir des convois de chameaux transportant du sel du désert de Danakil, le marché animé de Mekelle connaît un commerce en plein essor de céréales, de matériaux de construction et d’essence.

“En Érythrée, il y a des limites sur le montant qu’on peut retirer de la banque chaque mois, mais ici, ils peuvent recevoir de l’argent envoyé par des parents à l’étranger”, a expliqué Teberhe, une femme d’affaires de Mekelle qui dirige des boutiques de vêtements et de cosmétiques et une maison de khat. “Ils reprennent les matériaux de construction au cas où les restrictions de construction seraient réduites à la maison.”

L’accord de paix et la capacité de l’Éthiopie à accueillir autant de nouveaux réfugiés suscitent encore des doutes, mais pour l’instant, les Érythréens et les Éthiopiens ordinaires, en particulier les Tigréens, éprouvent une grande joie à se réunir et à avoir la chance de se réconcilier enfin.

“J’ai vraiment hâte de visiter Asmara. Nous sommes un même peuple. J’ai de la famille là-bas aussi”, a déclaré Teberhe. “Je ne pense pas qu’il y ait une solution pour le gouvernement érythréen; Les Érythréens connaissent la liberté, la socialisation et les affaires – le génie est sorti de la bouteille. ”

(* Note: les noms ont été modifiés pour des raisons de sécurité)

jj/si/ag

À propos konakryexpress

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie. Elle est vieille de bientôt 4 ans, mais entretemps il n'y a pas eu beaucoup de changement: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Distributed by Agence web kindy