Accueil » Politique » Des innovateurs tanzaniens relient tuteurs et étudiants sur une nouvelle plate-forme numérique
Adam A. Duma, cofondateur de Smartclass, une plate-forme d'apprentissage en ligne, présente la vue mobile de Smartclass lors d'une interview. Photographie de Goodhope Amani, reproduite avec autorisation.
Adam A. Duma, cofondateur de Smartclass, une plate-forme d'apprentissage en ligne, présente la vue mobile de Smartclass lors d'une interview. Photographie de Goodhope Amani, reproduite avec autorisation.

Des innovateurs tanzaniens relient tuteurs et étudiants sur une nouvelle plate-forme numérique

Ce billet écrit par Goodhope Amani que j’ai traduit de l’anglais a été publié sur le réseau globalvoices.org.

Adam A. Duma, cofondateur de Smartclass, une plate-forme d’apprentissage en ligne, présente la vue mobile de Smartclass lors d’une interview. Photographie de Goodhope Amani, reproduite avec autorisation.

Le gouvernement tanzanien a annoncé la gratuité de l’enseignement  primaire et secondaire, mais obtenir une éducation de qualité reste un débat intense dans la société tanzanienne.

Les innovateurs espèrent améliorer la qualité de l’éducation grâce à la technologie en tenant compte du fait qu’environ 45 % des Tanzaniens sont maintenant connectés et que ce nombre est en augmentation.

En janvier 2019, M. Adam A. Duma, un de ces innovateurs, a lancé Smartclass, une plate-forme éducative en ligne qui met en relation des tuteurs privés et qualifiés, des étudiants et d’autres personnes souhaitant acquérir toutes sortes de connaissances. M. Duma, cofondateur de la plate-forme, a déclaré que celle-ci était le résultat d’une recherche intensive qui avait révélé que la plupart des parents avaient du mal à trouver des tuteurs qualifiés pour enseigner à leurs enfants diverses matières, notamment les matières primaires et secondaires. Il explique que :

Smart class est une plate-forme en ligne qui connecte les meilleurs tuteurs qualifiés et de confiance à différents étudiants dans plusieurs domaines. Les étudiants des écoles, de l’entrepreneuriat, du secteur de la santé, de l’agriculture et de plus de trois cents domaines.

La plateforme, en cours d’incubation à l’Université de Dar es Salam, offre aux tuteurs qualifiés l’occasion de vendre leurs compétences à un minimum de trois mille shillings tanzaniens (environ 1,17 euros) par heure. Il a déjà attiré cinq mille tuteurs et sept mille étudiants depuis sa création.

Pour garantir l’authenticité et les qualifications d’un tuteur, la plateforme se connecte à d’autres établissements d’enseignement pour vérifier les informations des candidats.

“L’intelligence artificielle (IA) permet d’évaluer les qualifications des tuteurs, car nous ne pouvons pas vérifier physiquement les certificats de chaque tuteur. Nous avons une base de données reliée au Conseil national d’examen de Tanzanie (NECTA) et à l’Université de Dar es-Salaam, ce qui permet de vérifier les informations. Nous travaillons pour connecter de nombreuses institutions afin d’accueillir le plus de personnes”, a déclaré M. Duma.

M. Duma travaille également avec son équipe pour résoudre certains problèmes qui se posent entre des tuteurs qualifiés et leurs étudiants. Par exemple, certains étudiants demandent des tuteurs et annulent soudainement la demande lorsque les tuteurs sont déjà sur le chemin pour se rendre chez eux.

Un autre problème [auquel nous sommes confrontés] : les élèves ne réagissent pas bien [lorsqu’ils apprennent], nous leur demandons donc d’être attentifs. Nous faisons face à des défis avec les étudiants et les tuteurs parce que tous les deux […] nos clients. N’oubliez pas qu’une fois que vous êtes tuteur, vous devenez automatiquement un étudiant, car vous ne pouvez pas arrêter […] d’apprendre.

Le co-fondateur de Smartclass, Adam A. Duma, fournit des explications sur la plate-forme à un participant lors de la foire commerciale internationale de Dar es Salam, juillet 2019. Photographie utilisée avec l’autorisation de Adam A. Duma.

Changer la manière d’apprendre

Internet a changé la façon dont les gens apprennent en Tanzanie. À mesure que les gens se connectent, les tutoriels YouTube, Slide Share, Google Scholar et Academia leur ouvrent de nouvelles méthodes d’apprentissage, mais ils ne remplacent pas les avantages de se rencontrer face à face avec un tuteur qualifié, en plus de l’apprentissage en ligne.

Ces dernières années, le gouvernement tanzanien a investi dans la motivation des jeunes pour qu’ils utilisent la technologie et Internet pour innover dans des projets contribuant à la résolution de problèmes sociaux et économiques.

La Commission tanzanienne pour la science et la technologie (Costech), par exemple, gère divers centres d’innovation tels que Buni Hub, qui promeut l’innovation dans les domaines de la technologie et des affaires. Au début du mois d’octobre 2018, Sahara Sparks, une société de technologie et d’innovation, a organisé un grand événement à Dar es Salaam, capitale culturelle de la Tanzanie, où de nombreuses start-ups ont pu présenter leurs idées et obtenir de l’aide pour résoudre des problèmes sociaux.

Selon un rapport de 2017 de la Tanzania Communication Regulatory Authority (TCRA) sur l’utilisation d’Internet, 45 % des Tanzaniens utilisent activement Internet et plus de 51 % (vingt-trois millions de citoyens sur une population de quarante-cinq 45 millions) y ont actuellement accès. M. Duma et son équipe de quatorze personnes estiment que l’avenir de la Tanzanie est prometteur, sachant qu’un plus grand nombre de personnes se connectera pour rechercher des moyens d’améliorer leurs compétences et d’accroître leur productivité.

L’utilisation d’Internet est très faible. vous n’utilisez pas beaucoup de données pour accéder à Smartclass, le problème demeure pour les personnes qui n’ont pas accès à Internet. Nous nous concentrons maintenant sur la création d’une fonctionnalité hors ligne qui permettra à de nombreuses personnes d’y accéder.

M. Adam A. Duma dans son bureau. Photographie de Goodhope Amani, utilisée avec autorisation.

La politique nationale tanzanienne destechnologies de l’information et de la communication (TIC) de 2016 vise à transformer la Tanzanie en une “société fondée sur la connaissance” grâce aux TIC. L’entreprise de M. Duma s’efforce de résoudre tous les problèmes liés à sa nouvelle plate-forme afin que les tuteurs et les étudiants soient satisfaits.

Smartclass, accessible gratuitement via l’inscription en tant que tuteur ou étudiant, modifie la manière d’apprendre en Tanzanie. Avec de nombreux citoyens maintenant sur leurs smartphones, les tuteurs peuvent plus facilement vendre leurs compétences et gagner leur vie, et les étudiants peuvent littéralement devenir plus intelligents… en utilisant leur téléphone.

Goodhope est un journaliste multimédia ayant un vif intérêt pour l’environnement (changement climatique), l’innovation et les informations relatives au genre.

À propos konakryexpress

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ut non eget libero neque. id,
Distributed by Agence web kindy