Accueil » Camp Boiro » Keita Fodéba, d’ambassadeur de la culture guinéenne à sa tragique fin le 26 mai 1969

Keita Fodéba, d’ambassadeur de la culture guinéenne à sa tragique fin le 26 mai 1969

 Le régime criminel de Sékou Touré ne tenant pas d’archives fiables, les familles souvent ne connaissent pas même la date de la mort de ses victimes. C’est par le recoupement des témoignages de différentes victimes ou de manière fortuite qu’on arrive à définir la date probable du décès de nos martyrs.
Pour Keita Fodéba, on trouve plusieurs dates, mais la plus sure est probablement celle que son fils Sidiki Keita, Président de l’Association des victimes du Camp Boiro, révèle dans cette conversation que j’ai eue avec lui sur Facebook, il y a quelques jours. Extrait:
Bonjour koto
Moi: Est-ce que tu as une idée au moins du mois qu’il a été assassiné? Je vois plusieurs dates différentes
S. Keita: Il est mort de diète noire le 26 mai 1969. Cela fera 47 ans dans quelques jours….Il n’a pas été fusillé, d’après une confidence de Lansana CONTÉ.
Moi: Il y a une, pourtant, une source qui soutient qu’il fut fusillé avec Barry Diawadou au Camp Boiro dans la nuit du 27 mai 1969
S. Keita: C’est effectivement Kaba41 qui a rapporté cette version inexacte. La mort par diete de Fodéba est restée un secret très bien gardé jusqu’à cette confidence de CONTÉ. C’est effectivement Kaba41 qui a rapporté cette version inexacte.
 Sidiki Keita: Lansana CONTÉ s’est laissé porter à cette confidence autour d’une bouteille de whisky. En se confiant à Damou SACKO, originaire de Siguiri, comme Fodéba. C’est ce dernier qui a rapporté la conversation.. Qu’il a eue avec CONTÉ. À l’époque, CONTÉ était chef du PA militaire du poste frontière de Sansale, à Boké. C’est lui qui a mis Fodéba à la diete noire du 13 au 26 mai 1969…Bien dommage. À l’arrestation de KEITA Fodéba, tous ses dicuments, journaux et autres furent saisis pour une destination inconnue.
Moi: Comme fréquemment cela arrive. Nous par exemple nous ne connaissons pas avec certitude la date du décès de notre père.
Ton papa aurait-il pu publier un poème en peul? Mes souvenirs me trompent certainement, mais il me semble que parmi ses poèmes il y avait un “adhè gnamakou”
S. Keita: Il s’agissait de la traduction de Aube Africaine en poular, après son interdiction par l’administration coloniale sur tout le territoire de l’AOF.
Moi: Au séminaire de Dixin, un de nos copains qui avait été surpris à le lire fut expulsé illico
S. Keita: Il s’agissait de la traduction de Aube Africaine en poular, après son interdiction par l’administration coloniale sur tout le territoire de l’AOF. Ce poème circulait sous le manteau, mais malheureusement, il n’y a plus d’exemplaire à ma connaissance. KEITA Fodéba finançait la diffusion du texte sous diverses formes et formats
Tout à fait. Je veux dire qu’il n’y a plus d’exemplaire de la version en poular….C’est autour la diffusion de ce texte d’ailleurs que Fodéba et Sekou Touré se sont connus…par échange de lettres.
Moi: Merci pour toutes ces confidences
Dans le texte suivant,

Keïta Fodéba naquit en 1921 à Siguiri. Après l’école primaire de son village, il entre en 1937 à l’EPS (Ecole Primaire Supérieure) de Conakry. En 1940, on le trouve à l’Ecole normale William Ponty (Sénégal) d’où il sortira instituteur en 1943. Il enseigne successivement à Tambacounda et à Saint-Louis du Sénégal.

A la fin de l’année 1948, Keïta Fodéba arrive en France et s’inscrit à la Faculté de droit de Paris. Après l’obtention d’un premier certificat, il décide de se consacrer au théâtre et crée le « Théâtre Africain de Keïta Fodéba » en 1949.

Cette année-là, il fait venir à Paris le très célèbre Kanté Facély qui devint ensuite son adjoint quasi permanent. Mais très tôt, Fodéba réalise qu’à travers le théâtre il lui sera difficile de se faire comprendre en dehors des pays francophones.

En 1959-51 naissent les « Ballets Africains de Keïta Fodéba », qui parcourent le monde entier. La France d’abord, la Suisse, la Belgique, la Hollande, la Suède, la Roumanie, la Tchécoslovaquie, la Pologne, la Hongrie, la Norvège, le Danemark, l’Espagne, la Yougoslavie, l’Italie, l’Autriche et l’Allemagne ensuite, pour ne citer que ces pays en Europe. Puis les Ballets de Keïta Fodéba sillonneront presque toute l’Afrique noire avant de conquérir les Etats-Unis, le Canada, l’Australie, le Mexique, la Bolivie, le Pérou, la Colombie, le Venezuela, l’Argentine, etc.

Avant Keïta Fodéba, des artistes inoubliables, comme Joséphine Baker, Catherine Dunham, ont révélé à l’Europe dans les années vingt le Ballet noir et le folklore d’origine négro-africaine. Mais c’est Keïta Fodéba qui, le premier, eut l’idée de génie d’explorer la folklore noir sous toutes ses formes pour en présenter la synthèse au monde entier grâce justement à ses célèbres Ballets Africains. A propos de Fodéba, Jean Silvant, critique de théâtre, écrivait : « Keïta Fodéba, chaque année, retourne en Afrique noire. Cet ancien instituteur, qu’une prise de conscience de sa valeur nationale dirige et soutient, ne recherche pas le succès pour le succès. Celui-ci ne vaut pour lui qu’en tant qu’approbation de ce qu’il veut faire connaître et aimer : la vie africaine dans toutes ses formes multiples, non seulement traditionnelles mais aussi ses évolutions… Il puise à pleines mains dans la vie quotidienne, et c’est ainsi qu’il réussit, chaque fois, à nous émerveiller.

“Il a parcouru trente mille kilomètres en AOF (Afrique Occidentale Française), enregistré dix mille mètre de ruban de magnétophone de chants et de musique les plus variés. « Il a vu, entendu des centaines de chanteurs et de danseurs dans les villages les plus reculés et a recruté les meilleurs. Il a su adapter ce qui lui a paru le plus apte à donner l’idée exacte, authentique, de ce pays qui est le sien, qu’il aime et qu’il veut faire aimer… C’est la raison pour laquelle sans doute le message africain de Keïta Fodéba nous touche si vivement et exalte ce qu’il y a de plus foncièrement vrai dans l’âme de chacun.”

Keïta Fodéba était un créateur aux dons innés, un organisateur exceptionnel qui avait su réunir au sein de ses Ballets Africains les meilleurs artistes, chanteurs, danseurs du Mandingue et d’ailleurs. Des noms célèbres comme Kandia Kouyaté, ce chanteur à la voix d’or surnommé “Mario Del Monaco noir” par la presse française en 1955, Bakary Cissoko et Daouda Diabaté, deux magiciens de la kora, cet instrument à 21 cordes originaire du Mandingue; des ballerines comme Fanta Diéli, Awa Diawara, Massaba Camara et des artistes de grand talent comme Lamine Traoré, Achkar Marof, Maninka, Yansané Kerfala, Sylla Martin, Raphaël Wigbert et enfin des danseuses Alfrédine Darius, Guy Mondor, Madiana.. ne pouvaient se rencontrer que sous l’égide de Keïta Fodéba, ce grand poète malinké.

En effet, les Poèmes africains de Keïta Fodéba présentés ici, avec notamment le fameux « Minuit » et l’inoubliable « Aube africaine », ont conquis jadis le monde noir francophone. Le monde la culture doit également à Keïta Fodéba, cette fois associé au talent du photographe Michel Huet, un livre qui est un véritable chef-d’oeuvre, Les Hommes de la danse. Lisez la préface et les différents textes de ce livre et vous comprendrez aisément les raisons qui, jusque-là, continuent de justifier les succès connus partout par les Ballets Africains de Keïta Fodéba, devenus Ballets Africains de la République de Guinée.

Dès 1956, la carrière artistique de Keïta Fodéba devait connaître de profonds bouleversements. En effet, à partir de février 1956, Sékou Touré, alors secrétaire général du syndicat des PTT de la Guinée française, multiplia les voyages à Paris afin de convaincre Keïta Fodéba de rentrer au pays pour participer personnellement à la lutte pour l’indépendance de la Guinée. Finalement, agissant par l’intermédiaire de son père, le « Vieux Mory » comme on l’appelait affectueusement, Sékou Touré parvint enfin à faire revenir Fodéba en Guinée.

C’est ainsi que le patriotisme l’emportant sur les intérêts artistiques et culturels, Keïta Fodéba rentra définitivement en Guinée, fin 1956. A partir de cette époque, il mit à la disposition de son pays son talent, son intelligence, son argent et les « Ballets Africains », dont il ne devait conserver que les droits d’auteur.

Keïta Fodéba décida de se présenter aux élections du Conseil général. Il est élu sur la liste RDA (Rassemblement démocratique africain). Devenu ensuite député de la Guinée en 1957, il est nommé ministre de l’Intérieur dans le premier gouvernement de la loi-cadre. Après l’accession de la Guinée à l’indépendance, le 2 octobre 1958, Keïta Fodéba devient ministre de la Défense nationale et de la Sécurité.

Les années passant, l’influence grandissante dont jouissait Keïta Fodéba au sein des Forces armées devenait gênante. C’est ainsi qu’en 1965, il quitte le ministère de la Défense nationale et de la Sécurité pour celui de l’Economie rurale. Mais cet éloignement n’entama nullement sa popularité.

Déjà le 22 octobre 1968, Marof Achkar , ancien administrateur des Ballets Africains, ami de Fodéba, était arrêté. Et le vendredi 21 mars 1969, Keïta Fodéba, son jeune frère Bakary Keïta et bien d’autres personnalités furent arrêtés. Dans la même période, le camp de la Garde Républicaine devenait le Camp Boiro. Pour l’Histoire, il est à signaler que ce camp de la Garde Républicaine a toujours organiquement dépendu de la Présidence de la République, qui en désignait le commandant.

C’est dans cet endroit tristement célèbre que Keïta Fodéba disparut en 1969.

Repose en paix ! Tant que les homme te liront ; tant que les Ballets Africains continueront de sillonner le monde ; tant que des hommes se mettront au garde-à-vous devant l’exécution de l’hymne national de la Guinée, dont tu es l’auteur avec Jacques Cellier; tant que les “Amazones” de l’orchestre féminin de la Gendarmerie Nationale, fruit de ton imagination, nous inviteront à la danse ; tant que l’Ensemble instrumental de la Radiodiffusion nationale, autre preuve de ton génie créateur, continuera d’émerveiller les hôtes de notre pays, tu vivras et feras vibrer nos coeurs.

À propos konakryexpress

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie. Elle est vieille de bientôt 4 ans, mais entretemps il n'y a pas eu beaucoup de changement: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

2 plusieurs commentaires

  1. J apprécie parfaitement vos analyses sur l histoire récente de la Guinée. A présent, je souhaite que les guineens réfléchissent beaucoup plus sur la résolution des difficultés qui assaillent leurs quotidiens et particulierement sur les conséquences de la male gouvernance…

    • Merci pour l’appréciation de ce que je fais. Pour votre souhait de voir traiter “beaucoup plus sur la résolution des difficultés qui assaillent leurs quotidiens…”, tel n’est point mon objectif sur ce blog et sa page Facebook, mais plutôt de contribuer à la lutte contre l’oubli et les mensonges de l’état guinéen qui érige en héros les fripouilles et les assassins alors que les victimes gisent dans des fosses communes.

      Cependant, j’ai contribué au renforcement d’un journal satirique, publié à Conakry depuis trois décennies ainsi qu’à la création d’une association de blogueurs qui suit de près l’actualité de notre pays.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Distributed by name369.com