Accueil » Gouvernance » L’accord Macron sur les migrants est un défi pour les ports fermés de Salvini
Des migrants sauvés le long de la route entre le Maroc et l'Espagne arrivent à Malaga, en Espagne, le 20 juillet 2019. (Jesus Merida, Sopa Images / LightRocket / Getty Images)
Des migrants sauvés le long de la route entre le Maroc et l'Espagne arrivent à Malaga, en Espagne, le 20 juillet 2019. (Jesus Merida, Sopa Images / LightRocket / Getty Images)

L’accord Macron sur les migrants est un défi pour les ports fermés de Salvini

Quatorze pays européens ont trouvé un accord pour activer “un mécanisme de solidarité” qui sert à relocaliser les migrants sauvés en Méditerranée. C’est ce qu’a annoncé le 22 juillet le président français Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse à Paris, après avoir reçu le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, et le Directeur général de l’Organisation mondiale pour les migrations (OIM), Manuel de Carvalho Ferreira Vitorino, à l’issue d’une réunion informelle entre les ministres de l’intérieur et des affaires étrangères des pays européens.

Parmi les quatorze pays ayant déclaré être disponibles pour l’accord souhaité par Paris et Berlin, huit sont particulièrement actifs dans le projet: France, Allemagne, Portugal, Luxembourg, Finlande, Lituanie, Croatie et Irlande. Le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, n’a pas assisté au sommet convoqué à Paris et a déclaré qu’il n’avait pas l’intention de signer la proposition française.

Partager les responsabilités 
L’objectif de la réunion informelle était de trouver une entente préliminaire à un accord réel qui devrait être stipulé à Malte en septembre, afin d’adopter un système structurel de partage des responsabilités entre les pays européens en matière de secours et de relocalisation des migrants sauvés en mer le long de la route centrale de la Méditerranée. L’objectif est d’empêcher une négociation sur chaque navire qui sauve des migrants au large des côtes de la Libye, comme c’est le cas depuis un an maintenant.

Pour Macron, ce mécanisme devrait permettre aux demandeurs d’asile d’être relogés “le plus rapidement possible”, tandis que les pays offrant un abri demanderaient en retour à l’Italie et à Malte d’ouvrir leurs ports aux navires humanitaires. “Nous avons consolidé le mécanisme de distribution dans le pays. à court terme, mais nous voudrions aller plus loin et rendre tous les gouvernements et les institutions européennes plus responsables “, a déclaré Macron, qui souhaite également améliorer le mécanisme de rapatriement librement consenti vers les pays d’origine.

En ce qui concerne la proposition de Macron, les signaux en provenance de Rome ne sont pas réconfortants

Le président français a également évoqué la situation en Libye, demandant aux autorités de mettre fin à la détention de migrants. “La situation en Libye est extrêmement préoccupante”, a déclaré Macron, qui a condamné les attentats à la bombe contre les centres de détention.

Selon les organisations internationales, au moins 5 200 réfugiés se trouvent dans des centres de détention gouvernementaux, tandis qu’il n’existe pas de chiffres sur le nombre de personnes détenues dans des centres non gouvernementaux.

Le président français a déclaré qu’il souhaitait associer tous les pays européens au programme pouvant être financé avec des fonds de l’UE. Mais les signaux venant de Rome ne sont pas réconfortants. “La réunion sur les migrants organisée à Paris était une erreur de forme et de fond. L’Italie a relevé la tête, ne prend plus des ordres et ne fait pas la dame de compagnie: si Macron veut discuter des immigrés, qu’il vienne à Rome “, a déclaré Matteo Salvini, commentant les déclarations du président français. “Le sommet de Paris recherché par les Français et les Allemands s’est révélé être un échec et a été en grande partie abandonné par les ministres européens”, a-t-il conclu.

Alors que la France et l’Allemagne, à l’instar de ce qui a été annoncé par la nouvelle présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, semblent rechercher des tables multilatérales pour résoudre le problème de l’immigration, l’Italie apparaît de plus en plus isolée sur ses positions.

Retour dans la mer 
Dans le même temps, les ONG Sos Méditerranée et Médecins Sans Frontières (MSF) ont annoncé lors d’une conférence de presse qu’elles étaient retournaient à la mer avec un navire de sauvetage, l’Ocean Viking. Le navire battant pavillon norvégien sera opérationnel à partir du mois d’août. “Pendant sept mois, nous avons cherché un navire. Il nous a fallu beaucoup de temps pour trouver un armateur capable de nous soutenir et un pavillon respectant les lois de la mer”, a déclaré Frédéric Penard, directeur des opérations de Sos Méditerranée.

Le navire Ocean Viking mesure 69 mètres de long et 15 mètres de large. Il a été construit en 1986 pour venir en aide aux plates-formes pétrolières de la mer du Nord et pouvait accueillir entre 200 et 300 naufragés. Le garder en mer coûtera 14 000 euros par jour. Il aura un équipage de neuf personnes, une équipe de dix sauveteurs Sos Méditerranée et du personnel médical de MSF, y compris une sage-femme. Le navire est parti de Pologne et se dirige vers Marseille, d’où il naviguera vers la Méditerranée centrale dans les prochaines semaines pour patrouiller sur ce qui est considéré comme la voie de migration la plus dangereuse au monde.

Les ONG ont assuré qu’elles ne ramèneraient pas les migrants en Libye, un pays considéré comme dangereux. “Nous retournons en mer parce que des gens meurent”, a déclaré Joanne Liu, présidente de MSF, qui a accusé des États d’avoir “une logique de la mort” et de vouloir “faire disparaître les sauvés”, en proposant une “solution” pour le retour en Libye. En trois ans d’activité, l’ancien navire Sos Méditerranée, le Verseau, a sauvé 30 000 naufragés mais a été contraint de mettre fin à ses activités en décembre 2018 après avoir été privé du pavillon de Gibraltar et du Panama.

Ce billet écrit en italien par la journaliste Annalisa Camilli a été publié sur la revue Internazionale le 23 juillet 2019

À propos konakryexpress

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ut efficitur. felis commodo tristique dictum dolor. leo venenatis amet, suscipit
Distributed by Agence web kindy