Bah Mamadou Lamine

Merci à tous ceux qui ont compati lors de la perte de notre bien aimé Bah Mamadou Lamine

L’héritage qu’il nous a laissé s’articule autour de trois combats : la liberté de la presse, les droits de l’homme, et l’appui à la société civile par la formation.

Je vous transmets ci-dessous le message que mon frère Bah Mamadou Sanoussy a écrit remercier tous ceux qui ont compati à la perte de notre frère commun Bah Mamadou Lamine: « Je viens à travers cette note, moi, Mamadou Sanoussi Bah, jeune frère de Bah Mamadou Lamine ‘BML’, au nom de l’ainé la grande famille de Saikou Sanoussi Gongore Abdoulaye Bah, de la famille BML, de la famille de Modi Amadou Bailo, et de la descendance de notre Illustre Grand Père Saikou Sanoussi Gongore, viens remercier toute la communauté nationale, les associations de journalistes et alliées dont Le Lynx et mon grand-frère Souleymane Tata et ses compagnons, l’Association des Victimes du Camp Boiro (AVCB) et son président, les associations guinéennes au Canada et ailleurs tels que entre autres Thierno Voyage et Pottal Canada , Amadou Barry et le FUCA de l’Ontario, Lamine Diallo Washington et Pottal Fii Bhantal des Etats-Unis, Diallo Petel et l’Assoication des Ressortissants de Gongore et Maci au Canada, Thierno Moussa et la section de l’UFDG de l’Ontario, Diallo Mosquée et la Radio Rurale de Pita, Sidoux Barry ‘Jeune Afrique’ et Thierno Monenembo, écrivain et tous les guinéens qui ont compatit a notre douleur à l’occasion du décès de Bah Mamadou Lamine dit BML à Montréal au Canada, il y a un mois, mercredi 06 juillet 22. Ici je ne peux parler de tous ceux qui ont compatit à notre peine. Il y a eu un monde inouï. Qu’Allahu les récompense de sa Grace Divine.

L’héritage qu’il nous a laissé s’articule autour de trois combats : la liberté de la presse, les droits de l’homme, et l’appui à la société civile par la formation.

BML et toute l’équipe du Lynx ont été menacé et insulté à maintes reprises notamment par Kiridi Bangoura. Kotan Souleymane Tata a été logé à deux reprises au fameux hôtel cinq étoiles de Coronthie. Ils ont continué à élargir les frontières des espaces de liberté d’expression pour tous les Guinéens particulièrement les journalistes guinéens qui exercent ce dur métier en Guinée aujourd’hui.

BML était un fervent militant des droits humains. Il militant dans la plus grande organisation des droits humains en Guinée : Organisation Guinéenne des Droits Humains (OGDH). Il a géré un des plus grands projets de l’OGDH. Il a milité aussi à l’Association des Victimes du Camp Boiro (AVCB).

Dans le cadre de son engagement avec la société civile, et sous la direction du CENAFOD, BML a rédigé et publié plusieurs livrets sur la constitution, les droits de la personne, et la décentralisation. Ces livrets ont été publié sur financement du CECI ou j’étais expert technique canadien en appui à la société civile.

C’est l’occasion de rappeler ici que notre Auguste père, Modi Amadou Bailo Gongore, industriel et commerçant a été exécuté dans la forêt du carrefour de Gomba sur la route Kindia-Mamou en juillet 1971, après des mois de séances de torture, sous de fausses accusations. Ce héros méconnu par son pays, a versé de sa poche les premiers salaires de nos fonctionnaires après l’indépendance. Les Français avaient vidé même les banques avant de quitter le pays. Sékou Touré, fit appel à mon père pour renflouer les caisses et aider le pays à faire face à ses obligations d’Etat nouvellement indépendant.

RIP, DORS EN PAIX KOTOAN MAMAD’ LAMINU, BML ! »

Laisser un commentaire avec Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page