Accueil » Droits de l'Homme » Violences à l’encontre des migrants en Libye: un réseau d’ONG demande à la Commission africaine des droits de l’homme d’enquêter

Violences à l’encontre des migrants en Libye: un réseau d’ONG demande à la Commission africaine des droits de l’homme d’enquêter

Le 23 juillet, la rédaction du blog altreconomia.it a publié cet article en italien. Avec sa permission, je l’ai traduit en français et je vous le propose à présent.

Le 22 juillet 2019, le Cairo Institute for Human Rights Studies, Associazione per gli studi giuridici sull’immigrazione (l’Association d’études juridiques sur l’immigration) et ARCI [Association italienne de loisirs et de culture] ont présenté une demande conjointe à la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples pour qu’elle enquête sur de graves violations des droits de l’homme. dont sont victimes les réfugiés et les migrants dans les centres de détention libyens. “Violences effrayantes” prouvée par les informations publiques et les déclarations de personnes détenues à Tajoura, Zawiya et Zintan

Une inspection du HCR au camp de Tariq al-Sikka

Une coalition d’organisations non gouvernementales demande à la Commission africaine des droits de l’homme d’enquêter sur les violences contre les migrants en Libye. Le 22 juillet 2019, l’diritti dell’uomo di indagare le violenze ai danni dei migranti in Libia. Il 22 luglio 2019 le Cairo Institute for Human Rights Studies, l’Associazione per gli studi giuridici sull’immigrazione e ARCI [Association italienne de loisirs et de culture] ont présenté une demande conjointe à la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples pour qu’elle enquête sur de graves violations des droits humains que les réfugiés et les migrants subissent dans les centres de détention libyens.

Les trois ONG ont également demandé à la Commission, à titre de mesure provisoire en attente d’une enquête approfondie, d’ordonner au gouvernement d’union nationale libyen de cesser immédiatement toute agression contre les réfugiés et les migrants détenus dans des centres de détention dispersés dans différentes villes de Libye, notamment Tajoura, Zawiya et Zintan.

“La demande présentée aujourd’hui – expliquent les organisations – est le résultat de la collaboration étroite et de l’unité d’intention née entre les ONG africaines et européennes, et s’inscrit dans une campagne plus vaste visant à lutter contre les politiques illégitimes de limitation des flux migratoires, campagne entreprise par l’Institut du Caire en coopération avec la Libyan Platform Coalition, par ASGI par le biais du projet Sciabaca et par ARCI par le projet #externalisationpolicieswatch. D’autres actions en justice, déjà engagées devant des tribunaux nationaux et internationaux, concernent la responsabilité de l’Union européenne et de différents États, en particulier l’Italie, pour des actes tels que la délégation aux garde-côtes libyens des refoulements de migrants en mer et le soutien au système de camps de détention pour étrangers en Libye “.

Les accusations contenues dans la demande reposent à la fois sur des informations accessibles au public et sur des déclarations de personnes actuellement détenues dans les centres de Tajoura, Zawiya et Zintan. “Leurs témoignages parlent de torture, de prisons dans des conditions inhumaines et où l’eau, la nourriture, les soins médicaux et l’assistance juridique font défaut.” Les trois centres sont officiellement gérés par le ministère de l’Intérieur du gouvernement d’union nationale libyen basé à Tripoli et reconnu par la communauté internationale. En Libye, outre un réseau de plus de vingt centres officiels, il existe un nombre inconnu de lieux de détention contrôlés directement par des milices armées, dans lesquels les migrants subissent systématiquement des actes de torture et d’autres formes de violence “. 

Les actes de “violence effroyables” commis contre des étrangers en Libye ont déjà été largement documentés et condamnés par toutes les grandes agences internationales, y compris le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et celui des droits de l’homme (HCDH), mais aussi par des organisations non gouvernementales telles qu’Amnesty International, Médecins sans frontières et Human Rights Watch.

“La demande présentée le 22 juillet – concluent l’Institut du Caire, ASGI et ARCI – met en lumière de multiples violations des droits fondamentaux garantis par la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, y compris l’interdiction de la torture et des traitements inhumains et dégradants (article 5).” ), le droit à la liberté individuelle et à l’interdiction des arrestations arbitraires (article 6) et le droit à un procès équitable (article 7). Les trois ONG attribuent au gouvernement d’union nationale libyen à la fois les violences commises dans les centres de détention officiels et son incapacité de prévenir ou de réprimer les personnes commises par des milices dans des centres non officiels “. 

La Commission africaine, qui se réunit actuellement à Banjul, en Gambie, pour sa vingt-sixième session extraordinaire, pourrait décider d’ouvrir officiellement une enquête et éventuellement porter la situation à l’attention de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples .

À propos konakryexpress

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Distributed by Agence web kindy