Connect with us

Camp Boiro

La fin du commandant Ibrahima Sylla  ex-chef d’état-major de l’armée de l’Air guinéenne et probables sacrifices humains du tyran Sékou Touré

Published

on

Dans ce billet extrait du livre de Alpha Abdoulaye Diallo ‘Portos La vérité du ministre. Dix ans dans les geôles de Sékou Touré disponible sur le site du Mémorial campboiro.org, en plus des souffrances subies par les victimes, on fera attention surtout à quel point leurs geôliers avaient perdu toute humanité et aussi à l’allusion faite sur la fin d’Amilcar Cabral. 

Dimanche 13 mars 1977

Après ce quintuple assassinat [il s’agit de ceux de Telli, Dr Barry Alpha Oumar, Alioune Dramé, Lamine Kouyaté et Alhassane Diallo] nous sommes fortement éprouvés dans notre sensibilité. Et sans nous l’avouer les uns aux autres, nous nous sentons découragés. Nous savons que pareille « mésaventure » pourrait nous arriver à tout moment, malgré le temps passé dans cet enfer. C’est une probabilité qui ne nous quitte pas. Et, moins de deux semaines après, nous assistons encore à une tragédie de même nature. La principale victime en sera le commandant Sylla Ibrahima. Commandant militaire chef d’état-major de l’armée de l’Air, il sera arrêté en mai-juin 1973. Et quatre ans après, le 13 mars 1977, il sera mis à la diète noire ! Ce drame était, pour nous, la preuve que le temps passé au bloc ne met pas à l’abri d’un pareil assassinat.

On fera courir le bruit dans le bloc que le commandant Sylla a été mis à la diète sur dénonciation de Kandia qui s’occupait, alors, de l’infirmerie. La réalité est tout autre.
Le commandant Sylla, depuis son arrivée au bloc, supportait mal la prison. Il était toujours révolté par tout ce qu’il voyait et n’admettait pas la façon dont les hommes de garde le traitaient, nous traitaient tous. Plus d’une fois, il avait eu maille à partir avec eux, et plus d’une fois Fadama était venu lui rappeler, nous rappeler à tous : « Ici il n’y a pas ministres, pas gouverneurs, pas officiers. Il n’y a que prisonniers. Vous êtes là pour fermer ! On vous fermera ! Ben, merde alors ! Fermez-les. »

A un moment où un autre, tous les anciens avec lesquels il avait des relations d’amitié, avaient eu à le conseiller. Mais son tempérament ne lui permettait pas d’avaler, sans broncher, les provocations et les « couleuvres » du bloc. Il menaçait et il lui arrivait même de dire : « Quand je sortirai d’ici, je sais ce qu’il me reste à faire…  » Grave menace à l’endroit d’un régime qui a si peur des officiers !

Certes, quelques petites querelles personnelles plutôt mesquines (mais à Boiro, en plus de tout le reste, on est condamné à vivre avec la mesquinerie) opposaient le commandant Sylla et Kandia. Leur ami commun, Thierno Mamadou Saliou Diallo, ancien chef de canton de Yimbéring, gêné par cette situation et se trouvant en position de porte-à-faux entre les deux, m’avait prié de les réconcilier, m’affirmant que l’un et l’autre acceptaient mon arbitrage.

C’est ainsi que le dimanche 13 mars 1977, après l’ouverture des portes, Sylla et Kandia se sont arrangés pour me rejoindre dans ma cellule. Je n’eus aucun mal à les réconcilier : tous deux se firent le serment de redevenir les meilleurs amis qu’ils n’auraient jamais dû cesser d’être.

A peine nous sommes-nous séparés, que fuse, de tous côtés, le cri devenu familier : « Barrage… barrage! » Les prisonniers qui étaient au jardin accourent, les hommes de garde se précipitent de tous côtés, s’abattent sur les portes qu’ils ferment violemment, avec brutalité.

Quelques minutes passent. Un véhicule arrive devant le portail. Le moteur cesse de tourner. On ouvre la porte de la cellule 4 : le chef de poste, accompagné de deux hommes en armes, en extrait le commandant Sylla. Une dizaine de minutes encore. Le véhicule redémarre. De notre cellule, nous n’avons pu rien observer : nous sommes dans un angle mort par rapport à ce qui se passait. Mais un guetteur d’une autre cellule a pu suivre l’essentiel de l’opération. Il affirmera que le commandant Sylla est sorti du bloc. Pour nous, c’est une libération. Elle nous remplit de joie. Nous ne raisonnons plus logiquement : sentimentalement, nous avons besoin de cette libération, après ce que nous venons de vivre, il y a à peine deux semaines.

Bientôt, cependant, nous parviennent d’autres informations. Sylla n’est pas sorti du bloc. Il est devenu hélas ! le locataire de la 49. Nous craignons alors le pire. Nous savons que la 49 est la morgue du bloc: on n’y enferme, en général, que les condamnés à mort ou les prisonniers dont l’état de santé est si déficient qu’on sait qu’ils vont rendre l’âme d’une minute à l’autre. Ils ne doivent pas mourir au milieu de leurs compagnons, mais isolés, surveillés par un prisonnier à la dévotion des autorités.

Plus grave encore : dans ce même bâtiment 5, témoin de tant de crimes et qui venait d’abriter les derniers moments de Telli et de ses compagnons, quatre autres prisonniers sont enfermés avec le commandant Sylla, dans les cellules qu’occupait le groupe Telli. Les malheureux sont tous des Boiro, originaires de la région de Koundara : ce sont trois jeunes navetanes 18, de moins de vingt-cinq ans, travailleurs saisonniers de l’arachide habitués à traverser la frontière avec le Sénégal, à la recherche d’un travail qu’ils ne trouvent pas chez eux, et un vieil ancien combattant sergent de l’armée française qui, tous les trimestres, va toucher sa pension à Dakar. Ils ont été arrêtés, tous les quatre, à la frontière, lors de leur retour.

Au bout de quelques jours, nos craintes se confirment : il s’agit bien d’une diète noire. Nous en sommes tous affectés. Je crois que je ne pourrai jamais m’habituer à la diète noire. Dire que derrière ces portes il y a des hommes qui meurent de faim, de soif ! Pourquoi ne pas les fusiller, s’il faut les éliminer ? Pourquoi recourir à une méthode aussi inhumaine ?

Le vieux sergent commence certainement à comprendre qu’il est dans une situation sans issue.

Fadama se fâche, menace, crie… :

— « Tu n’as pas honte ! Tu crois que tu es seul ici… Si tu n’arrêtes pas je vais te soigner… Je vais te donner le médicament qui te fera rester tranquille…  »

L’ancien combattant tape encore. Il proteste : il n’en peut plus. Il tape encore. Fadama appelle Yandi, un militaire, ou plutôt un tueur froid dont la cruauté ne le dispute qu’à la bêtise, et un autre de ses hommes :

— « Venez avec la corde! »

Il tape à la porte, il tape…

Ils s’avancent vers la 62. Le vieux tape encore et parle en même temps. Fadama introduit nerveusement la clé dans la serrure, l’ouvre, actionne les verrous et ordonne à ses hommes de façon sèche et impérative

— « Attachez-le! »

C’est chose faite : les mains fortement attachées dans le dos, les pieds également ligotés, le « vieux » est jeté au milieu de la cellule. Il gémit, il implore :

— « Fadama, pour l’amour de Dieu, détache-moi. Laisse-moi mourir en paix…  »

Déjà Fadama a refermé la porte de la cellule… les verrous… le cadenas… c’est fait… Il ricane de satisfaction, laissant apparaître une bouche aux rares dents noircies et rougies par le tabac à chiquer et la cola. Il triomphe :

— « Maintenant, tu as ton médicament et puisque tu es un homme, tape encore ! »

Il s’éloigne avec ses hommes, au milieu de commentaires cyniques. Les plaintes, les gémissements du « vieux » montent de la cellule et nous vont droit au cœur et je suis sûr qu’à ce moment-là, chacun de nous, à sa façon, se sera tourné vers le Créateur et aura murmuré une prière, non seulement pour ces malheureux qui se mouraient ainsi, lamentablement, mais encore pour lui-même.

Bientôt les plaintes ne seront plus audibles, ne monteront plus. Le « vieux » rendra l’âme avec ses liens qu’on ne lui retirera que pour l’enrouler dans la vieille couverture qui lui servira de linceul.

Les trois jeunes Boiro

Nul n’entendra jamais aucune plainte des trois jeunes Boiro. Petits paysans de leur état, habitués à faire face à toutes sortes de difficultés de la vie qu’ils n’arrivent pas toujours à comprendre, ils sont là, résignés, attendant que s’accomplisse leur destin. Ils ne comprennent pas le pourquoi de leur arrestation, eux pour qui la faculté d’aller et venir est un « don » naturel du Tout-Puissant. Ils ne comprennent pas qu’on leur interdise le droit d’aller au-delà de cette ligne imaginaire appelée frontière, alors qu’ils y ont des parents et la possibilité d’y trouver du travail. Ils n’ont même aucune idée de ce qu’est une frontière. Ils comprennent encore moins qu’on les enferme et qu’on les prive de tout, même de nourriture, même d’eau.

Ils ne comprennent pas mais ils sont résignés à subir et… subissent ! On leur a toujours expliqué que l’homme, toujours, contre vents et marées, suit et suivra inéluctablement la courbe de son destin. Ils sont musulmans : ils ont la foi. Ils prient. Et c’est dans cette attitude que leur jeune destin les surprendra et les emportera à jamais.

Le 31 mars 1977

Au lendemain de la mise à la diète noire du commandant Sylla Ibrahima, Fadama était venu ramasser ses affaires. Et, devant les yeux interrogateurs et angoissés des compagnons de Sylla, il avait déclaré, voulant les rassurer : — Vous croyez qu’on va faire du mal à votre camarade ! On ne lui fera rien du tout, on l’a seulement changé de cellule.

Il portait, déjà, les chaussures de Telli, la montre d’Alpha Oumar, et, certainement, le reste des fouilles de ces victimes — piètre butin de guerre — avait déjà rejoint son domicile.

De la 49, où était enfermé le commandant, aucun bruit, aucune plainte. Juste, à l’heure de la prière, sa voix, puissante au début, de plus en plus faible au fil des jours, et qui implore le Très Clément et le Très Miséricordieux !

Une seule et unique fois cet homme, qui ne supportait déjà pas la prison, se révoltera contre l’injustice dont il est victime, et, du fond de son âme tourmentée, jaillira ce cri que nous entendrons tous de nos cellules : « Ouvrez ! Vous êtes des lâches ! Vous n’osez pas me regarder en face ! Je suis soldat et n’ai pas peur de la mort ! »
Et ce sera le silence !

Et pendant qu’il se meurt, devant sa porte, les hommes de garde jouent aux dames, éclatent de rires sonores, se raclent bruyamment la gorge, crachent, crient, chantent, vocifèrent, profèrent des injures grossières sans aucun souci, sans aucun respect du drame qui se joue là, sous leurs yeux. Ils agissaient de la sorte au moment où Telli, Alpha Oumar, Dramé vivaient leurs derniers instants. Ils ont agi ainsi plus d’une fois, avant ceux-ci ! Et ils agiront encore ainsi à l’avenir ! Ils sont déshumanisés, tout comme ce régime, ces hommes au pouvoir qu’ils ont mission de servir. Un homme qui meurt ? Qu’importe ! Après tout, c’est le « carnaval de Conakry » qui continue… Et, aujourd’hui 31 mars 1977, la victime s’appelle Ibrahima Sylla, commandant de l’Armée populaire guinéenne, ex-chef d’état-major de l’armée de l’Air !

Qu’a-t-il payé ce jour ? Est-ce le fait d’être au courant de trop de choses ? Il laissera clairement entendre qu’il était au courant de l’assassinat de Cabral, et qu’il était sur les lieux du crime, moins de cinq minutes après que celui-ci eut été perpétré.
Il sera arrêté moins de six mois après.

Lamine Kouyaté, avant sa mort, avait eu le temps de faire la même confidence. Ou n’a-t-il payé que sa trop grande confiance en lui-même ? Il n’hésitera pas, un jour, à rappeler à l’ordre le si puissant commandant du Camp Boiro — alors capitaine —, et à l’obliger à se mettre au garde-à-vous devant lui qui était commandant. C’est une « petite » blessure d’amour-propre qui se pardonne difficilement sous les épaisseurs de susceptibilité et de rancune des responsables du P.D.G.

A peine l’ambulance disparue avec, à son bord, « le voyageur », que des rumeurs circulent, malveillantes et méchantes. C’est un autre prisonnier qui serait responsable de l’assassinat de Sylla. Comme de coutume, ce n’est pas le régime ! Ce serait Kandia. Ces rumeurs me parviennent. Elles parviennent aussi aux oreilles de Sylla Mohamed — plus connu sous les initiales de S.M. —, un frère du commandant Sylla mais dont les liens de parenté avec ce dernier étaient très peu connus.

Un jour, nous avons l’occasion d’échanger quelques mots :

— « Tu vois combien certains de nos compagnons sont méchants et dangereux. Pour de petites querelles, me dit-il, qui les opposent à Kandia, ils passent par certains de nos compagnons pour faire circuler le bruit que c’est lui qui aurait dénoncé et fait tuer mon frère…

— Je l’ai entendu dire

— Mais si cela était vrai, qui a dénoncé les quatre pauvres types qui ont été assassinés avec lui, et qui n’ont pas été interrogés ?

Il marque un petit temps d’arrêt. Il a du mal à parler. La douleur l’étreint. La paralysie des muscles faciaux dont il vient d’être victime, le gêne. Je sens et respecte sa douleur. Pourtant, il est resté parfaitement lucide. Ce jour-là, je l’admire et mon amitié pour lui en sort renforcée, car seul un grand cœur peut surmonter les pièges d’une douleur aussi forte et rester lucide …

— « Non! Dès le départ mon frère n’avait aucune chance … aucune. Que veux-tu, c’était son destin. C’est notre destin. »

En fait, nous sommes troublés par un certain nombre de coïncidences. Le 12 février avec le groupe Telli il y avait cinq personnes à la diète noire : Telli, Alpha Oumar, Dramé, Lamine Kouyaté et Alhassane Diallo. Un mois plus tard, le 13 mars, il y en aura encore cinq : le commandant Sylla et les quatre Boiro. Pourquoi les Boiro ? En fait tous les Boiro qui étaient au bloc à l’époque seront mis à la diète, à l’exception d’un seul qui ne sera libéré qu’en 1982 après huit ans de détention. Pourquoi, enfin, les nouveaux « diétards » 19 ?

Tout cela relevait-il de la pure coïncidence ? C’est possible, mais pour qui connaît Sékou Touré et son régime, cela ne pouvait en aucun cas être le fruit du simple hasard. En réalité, toutes ces diètes noires étaient des sacrifices humains recommandés par les voyants et féticheurs du régime. Et, si logiquement, on peut estimer que les ministres Telli, Alpha Oumar et Dramé Alioune, les officiers commandant Sylla Ibrahima, capitaine Lamine Kouyaté, lieutenant Alhassane Diallo et même l’ancien combattant Boiro, pouvaient être à un titre ou à un autre, une menace ou un danger pour le régime, on ne voit vraiment pas comment les trois jeunes Boiro auraient pu constituer, à quelque titre que ce soit, un danger pour lui !

Notes
18. Travailleurs frontaliers, qui vont au Sénégal s’embaucher pour la récolte de l’arachide.
19. Barbarisme forgé à Boiro pour désigner ceux qui sont mis à la diète.

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Camp Boiro

Le 27 août 1977: La révolte des femmes contre Sékou Touré

Published

on

Les femmes de Guinée sont spéciales. Chaque fois que le pays se trouve dans une situation difficile, ce sont elles qui se sont levées pour y faire face, aujourd’hui contre les abus pour imposer le 3ème mandat d’Alpha Condé, hier contre les colons et ensuite contre la dictature de Sékou Touré. Contre Ebola elles furent également en première ligne dans les foyers et les hôpitaux ce sont elles qui poussèrent le sacrifice jusqu’à en perdre la vie. C’est pour cela qu’elles furent plus nombreuses à être infectées. Il y a 43 ans, le 27 aout 1977, elles se levèrent pour faire face au tyran Sékou Touré lorsque sa politique démagogique avait détruit les bases de l’économie guinéenne.

Le peuple souffrait d’une faim chronique, les denrées et divers condiments étaient rationnés. Dans les hôpitaux, où on était soigné par d’anciens infirmiers promus docteurs en médecine par décret présidentiel, les malades devaient apporter de chez eux une bassine d’eau et la nourriture. Les prescriptions médicales devaient comporter le choix entre plusieurs médicaments car les pharmacies étant mal approvisionnées. Les médecins devaient faire ainsi car si le malade ne trouvait pas de médicaments, ils étaient accusés de créer eux la pénurie et ils pouvaient être taxés de saboteurs de la révolution. Et surtout la production de riz, denrée alimentaire de base des Guinéens avait dégringolé de 282 700 tonnes en 1957—veille de l’indépendance—à moins de 30 000 tonnes. 

Fatiguées des tracasseries de toute nature que la population subissait, les femmes sont sorties pour crier leur ras-le-bol à Nzérékoré  Macenta, Gueckédou,  Kissidougou,  Beyla et Kankan. Le responsable suprême de la révolution et de nos malheurs, Ahmed Sékou Touré, tente de récupérer la situation.

À l’occasion de ce 43ème anniversaire, l’association des victimes du camp Boiro a publié le communiqué de presse suit:

On dit souvent que « l’histoire est têtue » surtout quand elle est cousue de faits poignants comme cette révolte des femmes guinéennes un certain 27 août 1977.

Comment oublier cette date qui marqua le début de la fin de la dictature sanglante de Sékou TOURE ? Non elle ne peut être occultée tant elle constitua le début de la décadence du pouvoir exterminateur de Sékou TOURÉ pendant 26 ans. 

Pour rappel, la révolte des femmes partit le 27 août 1977 de la résistance de l’une des commerçantes face aux exactions des sbires du régime, les agents communément appelés « Police économique ». Une bagarre entre un agent et cette commerçante devint virale et embrasa l’ensemble du pays. Ce fut la goutte d’eau de trop qui entama la descente aux enfers d’un régime qui détruisit très tôt les espoirs de développement de tout un peuple. Combien de femmes tombèrent ce jour-là ? On l’ignore. Mais ce qui est certain, c’est que le rouleau compresseur, la machine à tuer du régime, le camp BOIRO se mit en marche et fit d’innombrables victimes parmi nos braves femmes. Ironie du sort, celles qui avaient fabriqué le dictateur étaient désormais, ce 27 août les victimes désignées pour le CAMP BOIRO.

Comment oublier ces faits si douloureux où des femmes se battant pour leurs libertés se retrouvent par dizaines broyées par le régime de celui qui les avait toujours trompées ?

L’Association des Victimes des Camps Boiro se souvient et appelle à commémorer ce 27 août 2020 sous le signe de « l’honneur de ces femmes » qui ont par leur bravoure fragilisé un régime moribond qui ne s’illustra que par le crime pour se maintenir au pouvoir.

Braves femmes de Guinée, souvenez-vous de ce que vous avez accompli en mettant fin au mythe du Syli intouchable. Vous avez par cette révolte sauvé vos enfants, vos maris et avez montré que mensonge et duplicité seront toujours mis à nus. Ce combat restera dans la mémoire collective comme celui qui montra à la face du monde les horreurs bien dissimulées de Sékou TOURÉ. Enfin il était démasqué. En s’attaquant aux femmes de Guinée, il avait commis un sacrilège de trop. La chute commença et se poursuivit jusqu’au 26 mars 1984 date de sa fin sur cette terre.

En cette date anniversaire, honorons nos braves FEMMES de Guinée disparues dans les geôles des CAMPS BOIRO. Honorons celles qui y furent exécutées. Honorons celles qui y furent violées ; Honorons celles qui connurent l’opprobre pour avoir résisté. Honorons-les toutes. Ne les oublions pas car elles ont payé cher le prix de notre liberté d’aujourd’hui.

 

Continue Reading

Camp Boiro

Sékou Touré en Aout 1976 aux Guinéens « EGORGEZ LES PEULHS, NOUS ASSUMONS ! »

Published

on

Ce discours nous a trouvé à Abidjan, étudiant à l’Institut d’Ethnosociologie de Cocody. Nous, Guinéens nous retrouvions en masse à la Cité Universitaire du Plateau, alors en activité. Autour du thé/café et de la belote. En compagnie de nombreux Ivoiriens. 

Dans notre génération on ne parlait pas d’ethnies ou de tribalisme… 

Il y a plus de 44 ans, les 6, 21 et 27 Août 1976, Sékou Touré, à travers des discours radiodiffusés, reproduits dans les Journaux du PDG/RDA et déclamés lors de Conférences à travers toute la Guinée, déclarait la guerre aux Peulhs ! Rien que ça ! Une guerre qui, à l’image de sa Révolution fut globale, multiforme et transcroissante…

  • Ce qui suit est l’extrait d’une analyse sommaire des discours qui sont le point culminant des crimes commis par le PDG. Les discours sont indigestes et typiques de la propagande du PDG. 
  • Cependant, même dans l’abondante logorrhée de Sékou Touré, ils constituent un témoignage éloquent de la faillite politique du PDG et de la nécessité d’extirper son héritage de notre pays.

 Malgré leur caractère irrationnel et les raisons qui les expliquent, ces discours ont une portée historique profonde dans la mesure où ils ont permis de révéler sa vraie nature.

Ils contredisent et ruinent pour toujours la propagande dont se gargarisait Sékou Touré – révolution, nation, unité et émancipation africaine.

Ils sont antiscientifiques car la notion de race ne tient pas surtout quand on parle d’une ethnie africaine.

Leurs postulats historiques sont mensongers et montrent l’ignorance que Sékou Touré avait réussi à masquer par ses logorrhées verbales.

Les mensonges qui parcourent les discours montrent une ignorance totale de l’histoire des interactions nationales et des luttes hégémoniques dans l’Afrique de l’Ouest voire de l’histoire tout court.

Les motivations qui animent Sékou Touré sont au-delà des antagonismes politiques. Elles révèlent une mauvaise foi intrinsèque de l’homme et un esprit rongé par des phobies maladives. Elles sont fondées sur des complexes psychologiques que, ni la fonction de premier président du pays, ni les acclamations de l’Afrique ignorante de sa nature, n’avaient en fin de compte pu tamiser.

Si ces discours ne sont pas enseignés et expliqués de façon continue, toute ces significations vont être perdues

LA « SITUATION PARTICULIERE DU FOUTAH »

  • Le vocable « Situation Particulière du Foutah » singularise et indexe la région et ses habitants.
  • Il se veut un euphémisme pour minimiser les attaques de Sékou Touré contre les Peulhs.

                        EXTRAITS ET ANALYSES

Extrait #1 : Le Foutah était une région de débauche, d’alcooliques et de voleurs avant l’arrivée du PDG « …….En effet, l’on sait qu’à la naissance du Parti Démocratique de Guinée, le Foutah était menacé, tragiquement menacé de nombreux travers sociaux. Nous avions visité cette province guinéenne de long en large et nous nous étions aperçu que l’alcoolisme menaçait, réellement la population du Foutah, y compris les marabouts qui remplissaient leurs bouilloires de bière ou de vin. Ne parlons pas des jeunes et encore moins des intellectuels : consommer l’alcool était devenu alors, le critère de l’évolution à l’époque. C’est le Parti Démocratique de Guinée qui a mis fin à ce mal, qui l’a dénoncé sans pitié. C’est également le Parti Démocratique de Guinée qui, sans arriver à la détruire, a beaucoup atténué, la débauche dans le Foutah. C’est le Parti Démocratique de Guinée qui a dénoncé le vol devenu alors chose courante. A Conakry, à cette époque, lorsque dix voleurs se trouvaient devant un commissaire ou devant le tribunal, l’on comptait au moins 8 ressortissants de la Moyenne-Guinée. C’est un fait vécu et vous pouvez consulter la statistique des condamnés pour vol.

Il faut sauver le voleur, la prostituée, l’alcoolique, le navétane : c’est un devenir qui sera assumé». La «Situation Particulière du Foutah  » pose donc des devoirs à la Révolution….. »

Lire également: Seize ans avant le Rwanda: L’appel au genocide de Sékou Touré

Commentaire #1 :

Sur le mensonge de la débauche au Fouta-Djallon.

  • L’hôpital se moque de la charité !
  • On sait que c’est avec la mainmise du PDG que furent introduites la prostitution et la débauche politiques au Foutah et dans tout le pays.
    • Des jeunes filles à peine pubères étaient enrôlées dans les services protocoles de force, contre le gré de leurs parents, pour le plaisir des dignitaires du parti.
    • Des femmes sont encouragées à se prostituer pour nourrir leur famille et à dénoncer leurs maris s’ils osent contrevenir.
  • Sékou se livre à une falsification des us et coutumes de la communauté du Foutah où l’on sait que l’alcoolisme et la prostitution étaient sévèrement punis.
  • Sékou Touré recourt à l’amalgame habituel. Il travestit des blagues entre « Sanakou » en armes. Il est en effet courant au Foutah que quelqu’un dise à son « sanakou » que sa bouilloire est remplie d’alcool au lieu d’eau.

Extrait #2 : « comme [les Peulhs] n’aiment pas le respect, nous leur présenterons ce qu’ils aiment, la force brutale ! »

Nous disons donc que toutes les Régions de la Moyenne-Guinée doivent vivre désormais l’atmosphère de la Révolution populaire et démocratique. En plus de la force de nos arguments que partagent les intellectuels militants honnêtes de la Moyenne-Guinée, nous utiliserons la force brutale contre ceux qui ont des yeux pour ne pas voir et des oreilles pour ne pas entendre. Ils sauront qu’on n’a jamais eu peur d’eux, qu’on les respectait, mais que, comme ils n’aiment pas le respect, nous leur présenterons ce qu’ils aiment, la force brutale ! 

Lire également: Les jugements étaient conditionnés et dits populaires

Puisque c’est le racisme qui est utilisé pour mettre le pays à la disposition de l’impérialisme néo-colonialiste, nous devons tout faire pour la déraciner. Nous ne prions plus personne, nous nous imposons ; cela est clair ! Ceux –qui croient que les responsables du P.D.G. ont peur, n’ont rien compris à l’histoire. La peur réelle qui nous étreint, la peur que nous avons partout, c’est la peur d’avoir peur ! Et c’est pourquoi, l’adversité des racistes, nous la recherchons désormais ! Nous voulons, partout, croiser le fer avec eux !

Commentaire #2 :

  • Ce passage est bien du voyou que fut Sékou Touré
  • La tradition et les coutumes du Foutah sont fondés sur le respect. Dans le Pulaaku, les Peulh disent que quand quelqu’un te respecte, il t’a vaincu.
  • Le passage est une rengaine de psychopathe et une incantation contre la peur d’avoir peur ! En réalité, Sékou était un poltron qui masquait sa peur. En outre il savait que l’honneur de diriger la nation était une imposture due à l’aide de Cornut-Gentil son amant.
  • D’où ces menaces publiques et ces bravades. On sait comment il a réagi le 22 Novembre 1970.
  • Cette forme de paranoïa et de peur est très dangereuse. Elle a nourri ses phobies imaginaires et son penchant pour la répression préventive avec des complots fictifs.

Extrait #3 : Devons-nous continuer à leur accorder des bourses ?

Puisque dans plusieurs familles peuhles, le pays a attribué des bourses à 1, 2, 3, voire 4 de leurs enfants qui, au terme des études, ont trahi la Nation pour se réfugier ailleurs et combattre le régime guinéen. Devons-nous continuer à leur accorder des bourses ?
Réponse unanime de l’assistance : NON !

Alors, nous proclamons sans détour : racisme = RACISME, et pour l’illustrer, nous vous rappelons ce proverbe africain qui dit : « lorsque vous dansez avec un aveugle, de temps en temps, piétinez-le pour qu’il sache qu’il pas seul » !

Ainsi nous réaffirmons notre position qu’en Guinée, et, jusqu’à la fin de l’université, tous les camarades sont à égalité : Peulhs, Soussous, Malinkés, Guerzés, Kissiens, Tomas, Bassaris, Koniaguis, etc… Cependant, pour l’extérieur, il ne sera plus attribué de bourses aux Peulh aussi longtemps que ceux restés à l’extérieur n’auront pas rejoint la patrie.
(Applaudissements enthousiastes et prolongés de l’assistance)

Camarades, nous vous remercions de cette approbation enthousiaste et unanime qui traduit «la prise de conscience de notre Peuple face à ceux qui veulent détruire son régime. En effet, nous n’allons pas continuer à multiplier les moyens entre les mains de l’ennemi de la Guinée. »

Commentaire #3 :

  • La culpabilisation collective d’un groupe ethnique et punition collective
  • Ceci est un chantage éhonté au retour forcé des étudiants exilés, dans le paradis de « la dignité et de la pauvreté » du PDG.
  • Presque la totalité des étudiants étrangers refusèrent de retourner en Guinée après la répression de 1961.
  • Mais Sékou indexe les étudiants peuls, et décrète un pogrom intellectuel et l’exclusion de l’ethnie entière.

Extrait #4 : Si aujourd’hui, la Guinée ne peut s’entendre ni avec la Côte d’Ivoire, ni avec le Sénégal, la responsabilité principale en incombe [aux] seuls, cadres Peulh.

Ce sont ces traîtres qui induisent toujours en erreur les autres Peuples, les Peuples d’Afrique, les Peuples européens, les Peuples américains quand il s’agit d’apprécier la situation guinéenne. Ils font plus de mal à la Guinée que l’impérialisme et le néocolonialisme, parce que se réclamant de la Guinée, ils donnent un semblant d’authenticité à leurs mensonges flagrants. Ce sont des traîtres à leur Patrie, rien d’autre.
Mais disons-nous la vérité. Il faut que la trahison soit extirpée et bannie définitivement du comportement du Peulh. Il faut enfin sauver cette partie de la Guinée, car il s’agit d’un problème de fond. Le mal que font ces traîtres-là est profond. Si aujourd’hui, la Guinée ne peut s’entendre ni avec la Côte d’Ivoire, ni avec le Sénégal, la responsabilité principale en incombe vraiment à qui ? A eux seuls, cadres Peulhs !  Mais soyez sûrs que lorsque le Peulh ivoirien (sic !), le Peulh sénégalais accèderont à la liberté, ils écraseront et conduiront à leurs tombeaux tous les cadres racistes Peulhs qui habitent Abidjan ou Dakar ! Soyez en sûrs !

Ce sont eux également qui induisent toujours en erreur les gouvernements français, américain, allemand. Tous les gouvernements désireux de traiter avec la Guinée sont intoxiqués par leurs informations mensongères débitées à longueur de journée, à la seule fin de décourager ces pays dans leurs intentions louables vis-à-vis du Peuple guinéen.

Ils sont sans Patrie, ces racistes Peulhs forcenés, parce qu’ils se disent ne pas être des Noirs.
Ils sont encore et toujours à la recherche de leur Patrie. Ils ne peuvent pas avoir de Patrie, parce qu’ils n’ont pas une ligne de conduite exigeant l’accomplissement de devoirs sacrés. Aliénés qu’ils sont, ils ne pensent qu’à l’argent, et pour eux. C’est pourquoi, nous devons être d’accord de ne plus accorder de pitié aux traîtres. Plus de pitié pour les racistes, plus de pitié pour les saboteurs !

Commentaire #4 : 

  • Un autre trait de Sékou : refuser de tout temps à prendre la responsabilité pour son incapacité politique et sa faillite économique. C’était toujours la faute des autres ! Les Blancs, les fonctionnaires, les commerçants, la diaspora et les Peulhs en particulier !
  • Aucun Guinéen n’a du plaisir à diffamer son pays.
  • Nul ne choisit avec joie d’être un apatride.
  • Les Guinéens de la diaspora (qualifiés d’« anti-guinéens ») avaient fui l’enfer du PDG.
  • Ils se recrutaient dans toutes les ethnies et parmi toutes les couches sociales !
  • Ils ne sont pas des saboteurs.
  • Les vrais saboteurs sont ceux qui après, des décennies de responsabilité, ne surent pas augmenter le standard de vie des populations.
  • Les vrais comploteurs sont ceux qui, face au fiasco par eux créé, décidèrent de faire porter le chapeau à des innocents par des complots inventés de toutes pièces.

Lire également: Après 20 ans de révolution, la production de riz est tombée de 282 700 tonnes en 1957—veille de l’indépendance—à moins de 30 000 tonnes

Extrait #5 : [Les Peulhs] ne voulaient pas de l’indépendance- ils ont humilié notre Peuple avec un vote massif de « OUI- C’est la déclaration de guerre.

Ils ne voulaient pas de l’indépendance, ces Peulhs et ils ont humilié notre Peuple avec un vote massif de « OUI ». Au lieu d’en avoir honte, ils veulent encore détruire notre indépendance. Cela ne se fera plus jamais, et s’il faut que toute la Guinée se mette encore debout, couteaux, marteaux et fusils en mains pour les supprimer, les amener au tombeau et les ensevelir, la Guinée assumera ses responsabilités ! C’est la déclaration de guerre ! Ils veulent d’une guerre raciale ? Eh bien nous nous sommes prêts; quant à nous, nous sommes d’accord, et nous les anéantirons immédiatement, non par une guerre raciale, mais par une guerre révolutionnaire radicale. 

Nous disons donc que ces racistes ont présenté les traits de « Cheytane » avec la trahison, le mensonge, la division et puisque le combat est engagé contre « Cheytane », que nous voulons à tout prix enterrer, nous saurons enterrer ce qui reste de racistes au Foutah. Nous sommes déterminés à libérer le Foutah. Nous répétons que si le Foutah n’a pas été libéré le 28 Septembre 1958, désormais il sera libéré par la Révolution. 

Quiconque violera désormais les consignes de l’honnêteté sociale, de la justice sociale en se livrant à des manifestations racistes, vous avez le pouvoir, Camarades militants, de l’égorger sur place et nous en assumons la responsabilité devant le Peuple de Guinée.

Bah Mamadou Lamine

Continue Reading

Camp Boiro

Le 3 aout 1971, arrestation de Diallo Abdoulaye Porthos

Je me laisse aller à mes pensées. Toutes ces arrestations… Les rangs des ministres de plus en plus clairsemés. A qui le tour ? Je me sens malheureux, car je ne peux pas intervenir auprès du chef de l’Etat, qui a envoyé une lettre-circulaire confidentielle aux ministres, pour leur interdire toute intervention en faveur d’un membre de la « cinquième colonne » : quiconque enfreindra cette interdiction sera lui-même arrêté.

Published

on

 

Ce 3 aout 2020, cela fait 49 ans depuis que Abdoulaye Diallo dit PORthos fut arrêté. À cette occasion je vous propose ce billet extrait de son livre La vérité du ministre. Dix ans dans les geôles de Sékou Touré.

Dans ce billet l’auteur explique comment après avoir eu l’honneur de participer à la reception du Président Moctar Oul Dada et passer une séance de travail avec le tyran, il est lâchement arrêté et conduit au Camp Boiro.

Mardi 3 août 1971

Depuis hier, il pleut sur Conakry, une pluie forte et continue, parfois intermittente et faible. Temps normal du mois d’août. Mon programme est chargé. Dans la matinée, je procède à la distribution des instruments de musique que j’avais commandés pour les trois orchestres nationaux : Kélétigui Traoré et ses Tambourinis, Balla et ses Baladins, Hamidou et son Bembeya Jazz national.

L’atmosphère gaie de mon bureau transformé en dancing contraste avec la tension qui règne en ville : les arrestations se multiplient et déjà une bonne partie des membres du gouvernement est enfermée à deux pas, au Camp Boiro où la garde a été renforcée depuis le début des événements. Personne ne comprend grand-chose à ce qui se passe.

On m’annonce le journaliste togolais Polycarpe Johnson. Impossible de le recevoir au milieu de ce vacarme. Nous nous retirons dans un coin. Je sais que je suis surveillé, comme tous les membres du gouvernement.

« Au Togo, nous ne comprenons rien à ce qui se passe en Guinée, dit-il. Les amis togolais de la Guinée m’ont demandé de venir m’informer à la source sur la situation. J’ai une audience avec le président mais j’aurais voulu m’entretenir avec toi soit avant, soit après cette audience. »

Nous convenons de nous retrouver après son audience avec le président.

Je retourne à mon bureau. Le protocole m’informe de l’arrivée du président Mokhtar Ould Daddah de Mauritanie, et me prie de me rendre directement à l’aéroport. Le président mauritaniens’efforce d’améliorer les relations, actuellement très mauvaises entre la Guinée et le Sénégal. Les entretiens auront lieu en Bureau politique, les membres du gouvernement n’y étant pas admis.

L’hôte repartira l’après-midi, et, après son départ, je suis du nombre des ministres qui raccompagneront le président Ahmed Sékou Touré à son palais. Nous nous installons dans le petit salon. Le président retire ses chaussures, ses chaussettes, les place à côté de lui. La conversation porte sur la courte escale du président mauritanien et sur l’objet de sa mission. Je suis le dernier à prendre congé :

— « Président, je vais rentrer.
— Oui ! Merci mon cher.  »
Il se lève et me serrant la main, il ajoute
— « Que Dieu te protège!
— Merci, président.  »

Je ne laisse rien paraître, mais je suis intrigué. Il n’a pas l’habitude de se lever pour me dire au revoir. Et cette formule , « Que Dieu te protège », que signifie-t-elle ? Et cette lueur fugace que j’aperçois, une fraction de seconde, dans ses yeux, comment l’interpréter?

Dans l’escalier, je rencontre Fily Cissoko qui me serre chaleureusement la main. Je remarque en lui quelque chose d’inhabituel : le geste ? l’intonation de la voix ? le regard ? Il a quelque chose d’indéfinissable. Je cherche un instant, intensément. Je ne trouve pas. Je renonce.

Je me rends au ministère du Développement économique où j’attends, dans le hall, mon ami MBaye Cheik Omar, alors directeur de cabinet du ministre d’État Lansana Béavogui. Il pleut légèrement, un fin crachin plutôt qu’une véritable pluie.

Je me laisse aller à mes pensées. Toutes ces arrestations… Les rangs des ministres de plus en plus clairsemés. A qui le tour ? Je me sens malheureux, car je ne peux pas intervenir auprès du chef de l’Etat, qui a envoyé une lettre-circulaire confidentielle aux ministres, pour leur interdire toute intervention en faveur d’un membre de la « cinquième colonne » : quiconque enfreindra cette interdiction sera lui-même arrêté.
— « Tu n’es pas gentil. »

Le ministre Béavogui m’arrache à mes pensées. Il poursuit :

— « Tu viens jusque-là et tu ne montes même pas me dire un petit bonjour.
— Si, si, je suis monté mais votre planton m’a dit que vous étiez occupé.
— Tu sais bien que je ne suis jamais occupé pour toi. »

Pendant près de dix ans, j’avais été son plus proche collaborateur au ministère des Affaires étrangères. Je pensais pouvoir m’ouvrir à lui et lui dire mon sentiment sur l’affaire de la « cinquième colonne ». Peut-être, pourrait-il intervenir, lui, auprès du président, son ami intime, son collaborateur de longue date, avec lequel il passait le plus clair de son temps ?

— « Vous savez, je suis de plus en plus perplexe, de plus en plus sceptique, quant à cette histoire de « cinquième colonne ».

Il sembla surpris.

— « Actuellement, on arrête à tort et à travers. Des ennemis se sont glissés dans nos rangs pour y semer la confusion et salir les meilleurs d’entre nous. Je ne crois pas à la culpabilité de beaucoup de ceux qui ont été arrêtés.

— Et pourtant, mon cher, tous ceux qui ont été arrêtés sont effectivement coupables, ils ont trempé dans cette affaire.

— J’en doute en ce qui concerne Cissé Fodé. Nous le connaissons bien vous et moi. Il a été notre collaborateur à tous deux. Il ne peut pas être comploteur. La peur physique à elle seule l’en empêcherait.

— Pourtant il est bien dedans. Et il l’a reconnu.

— Et Kassory ? Comment pouvez-vous admettre qu’il fasse partie d’un complot contre son ami de toujours ?

— Lui aussi, il est dedans, nous avons toutes les preuves. C’est pour cela que le président a autorisé son arrestation.

— Et Mamadi ? Vous le connaissez, et moi aussi, de très longue date. Son tempérament …

— Il a reconnu les faits. Il a avoué que c’est Zoumanigui qui l’a recruté, qu’il était le dépositaire des armes à Bofossou .

— Alors, Koro, je suis vraiment surpris, mais très surpris…

— Ah ! Mon cher, il y a des choses encore plus surprenantes. »

Ma dénonciation

Alors que nous dînions mon épouse et moi le speaker de la radio, Oumar Diabaté, débite sa litanie d’une voix imposante :

« Ici la Voix de la révolution, radio-diffusion de la république de Guinée, émettant de Conakry sur l’ensemble de son réseau. Camarades militants du P.D.G., aimables auditeurs d’Afrique et d’ailleurs, bonsoir. Nous vous proposons d’entendre la suite des dépositions des éléments de la cinquième colonne, ces hommes tarés qui ont vendu leur âme au diable, leur pays à l’impérialisme et hypothéqué l’avenir du peuple. Aujourd’hui nous commencerons par le sinistre Diallo Souleymane Yala, ex-directeur des Prix et Conjonctures au ministère du Commerce… »

J’écoute, mais j’entends à peine ce qu’il dit. Je ne distingue rien. Je n’y suis vraiment pas et pourtant je ne veux pas fermer le poste. Mon esprit est ailleurs. Je pense à la famille de Kassory qui a été arrêté la veille. Je me propose d’aller rendre visite aux siens pour leur apporter le réconfort de ma sympathie et de mon amitié.

Brusquement me voici tiré de mes rêveries. C’est bien mon nom qui est martelé avec force. On dirait que Yala qui lisait d’une voix monocorde, monotone, se réveille brusquement :

« … il y avait encore à cette réunion le Dr Accar Najib Roger, El hadj Fofana Mamoudou, Modi Oury Barry, Diallo Alpha Abdoulaye Porthos, secrétaire d’Etat à la Jeunesse…»

Je regarde un instant le poste, comme si c’était Yala. Je souris. Quelle ânerie ! Ce mensonge est trop énorme. Je continue de manger. Ma femme s’est levée de table. Elle pleure. J’essaie de la consoler, de lui faire entendre raison. Tout cela est tellement facile à détruire. Elle murmure :

— « Ils ne te donneront pas l’occasion de t’expliquer. Je sais que c’est un mensonge, mais cela leur importe peu. Ils t’arrêteront et ce sera dur. De toute façon, je t’attendrai aussi longtemps qu’il faudra. »

Le téléphone. Je décroche. C’est MBaye, mon ami MBaye. D’une voix étranglée, il me dit :
—  « J’arrive.
— Non. Non… MBaye, reste où tu es, auprès de ta famille. Avec les barrages qu’il y a sur la route, tu n’auras pas le temps d’arriver ici avant qu’ils viennent me chercher. Tu sais que tout cela est mensonger. Tu t’occuperas de ma famille, que je te confie. A bientôt. »

A peine ai-je raccroché que le téléphone sonne à nouveau. C’est mon père. Sa voix qui semble cassée est pourtant très claire :

— « Je sais que tu es innocent de ce dont on t’accuse, mais la volonté de Dieu est insondable. Ses voies et moyens insoupçonnables et Ses décrets imprescriptibles. Je L’implorerai nuit et jour pour ta survie et pour ta libération, mais je ne verrai pas âme qui vive à ton sujet. Ma seule recommandation, c’est que si tu dois mourir là-bas, il faut tâcher de mourir en homme, avec courage. »

Ils sont enfin là, ces « camarades » chargés de m’emmener, envoyés par la section de l’arrondissement. Ils bavardent, font des commentaires, rient aux éclats. Ils garent la voiture devant la porte de la villa. Ce n’est pas une jeep soviétique mais une Peugeot 203. Quel honneur ! Le chauffeur en descend, suivi de deux miliciens armés de P.M. AKA. Tous, en treillis. Je suis sur le perron de la porte :
— « Bonsoir, m’seu.

— Bonsoir. Vous venez me chercher?

— Oui, m’seu.

— Alors allons-y, je suis prêt! »

Sans me retourner, sans faire un signe, je monte dans la voiture sur la banquette arrière, encadré par les deux miliciens.

Ils garent la voiture non loin de là, chez le Dr Nanamodou Diakité. Il habite derrière l’hôtel de France. Les miliciens vont le chercher. Il sort, brisé, visiblement bouleversé. Des cris, des pleurs s’élèvent de la maison comme à l’occasion d’un décès. J’aperçois des femmes qui se roulent par terre, comme prises de convulsions. Elles pleurent, crient, s’arrachent les cheveux, lancent en malinké des paroles indistinctes. Le Dr Nanamodou s’installe à côté de moi, répétant :

— « Yala aussi. Pourquoi ment-il de façon si éhontée ? »

Continue Reading

Camp Boiro

Cinquante mille tombes qui ne seront jamais profanées. 

Published

on

Dans la journée 14 juillet  2020, la tombe du sanguinaire Sékou Touré, a fait l’objet de profanation au cimetière de la  Camayenne, dans la commune de Dixinn.

Voici ce que geste a inspiré à Ourouro Bah, membre de l’Association des victimes du Camp Boiro, comme publié sur sa page Facebook.

D’un fait divers bizarre de profanation du catafalque de Sékou Touré, resurgissent les fantômes de l’assassin avec ses corollaires, l’ombre de ses victimes qui n’eurent droit ni à des sépultures, ni à des prières, ni à des tombes. Les fosses communes où ses victimes furent jetées sont encore des tabous dans la conscience lézardée de la nation. 

Mais, sombre ironie de l’histoire déboussolée de la Guinée, ces victimes sont immunisées contre toute profanation. 

Néanmoins, il reste un inexorable constat : après l’imposture d’une révolution, Sékou Touré n’aura rien trouvé de mieux à léguer que des supputations sur un cénotaphe. Sous terre, à la Camayenne, y a-t-il un corps ou une caisse vide ? Questions incongrues et tragiques, mais si révélatrices de la vie damnée de Sékou Touré. L’âme retorse avait bien conscience de ses honneurs immérités, au point de ne pouvoir résister à jouer à cache-cache avec la nation, par-delà la mort. N’est-ce pas là les caractéristiques des zombies ou des émules de Satan ? Ce constat doit être explicité, quand les esprits se seront assagis. Il servira de point d’appui pour expliquer les aberrations de ce règne diabolique.  

Quant aux victimes de la barbarie de Sékou Touré, contrairement à ce qu’avait chanté le poète (note 1), elles ne sont ni dans le feu qui crépite, ni dans le vent, ni dans l’eau qui coule….  Il serait vain d’écouter les choses pour chercher à les entendre… 

Ces victimes ne sont pas enfouies sous nos pieds. Elles sont plantées dans nos consciences. Elles sont des stèles de nos prières et les inspirations de nos refrains de regrets ; elles sont les sources de notre soif de justice qui marine dans la mélancolie empoissonnée d’une Guinée en faillite. Elles tiennent en otage les promesses de lendemains meilleurs. Avec la sérénité et la patience dont les morts ont le secret, elles perturbent la marche de l’histoire de notre pays. De l’olympe de Dieu, elles n’ont cure de nos lamentations. Elles ne demandent rien. Sauf de n’être pas mort en vain et d’être reconnues pour ce qu’elles sont : des sacrifices à la construction d’une nation, des sanctuaires pour ériger le droit et des cénacles pour approfondir les leçons sur les intentions criminelles et les négligences coupables qui ont ruiné tant d’espérances. 

À défaut, elles nous laissent nous vautrer dans les mêmes bêtises. 

 

Note 1 :  Birago Diop – le souffle des ancêtres 

 

Continue Reading

Camp Boiro

Trente minutes après le meurtre d’Amilcar Cabral à Conakry le 20 janvier 1973, Sékou Touré recevait ses assassins

Published

on

Ce billet est extrait du 7ème chapitre d’une lettre que le Prof. Charles Diané a adressée au President français François Mitterand au moment où celui-ci s’apprêtait à recevoir Sékou Touré à Paris en septembre 1982. Le titre complet est Sékou Touré, l’homme et son régime. Lettre ouverte au Président Mitterand. Paris : Editions Berger-Levrault. 1982, 106 pages. 

Dans cette partie, le Prof. Diané nous dévoile comment le tyran guinéen cherchait à mettre sous sa botte le Parti Africain pour l’Indépendance de la Guinée et du Cap Vert (PAIGC) dirigé par Amilcar Cabral et les tensions que ces tentatives avaient fini par créer entre les deux hommes. Il nous décrit aussi la duplicité du tyran dans la libération des prisonniers portugais, détenus par le PAIGC à Mamou. Sékou Touré les avait fait transférer de Mamou à Conakry sans le consentement de Cabral, juste quelques jours après la fameuse attaque du 22 novembre 1970 et la libération des autres prisonniers du Camp Boiro. 

Le Professeur Charles Diané était un chirurgien Guinéen qui a servi en France, au Libéria, au Gabon et en Guinée et même en Guinée. Il est l’auteur de « Feanf et les Grandes Heures du Mouvement Syndical ». 

Monsieur le Président, vous me permettrez de vous rappeler un souvenir douloureux, mais c’est pour mieux cerner le “nationalisme” de Sékou Touré.

Le 20 janvier 1973, Amilcar Cabral a été assassiné à Conakry même. C’était le Secrétaire Général et fondateur du PAIGC (Parti Africain pour l’Indépendance de la Guinée et du Cap Vert). A la date du 22 janvier 1973, dans La Paille et le Grain vous écriviez :

« Cabral, à son tour. J’apprends sa mort. Sékou Touré accuse le Portugal. Caetano s’en défend. Je n’ai pas d’éléments pour juger. »

Amilcar Cabral était votre ami. Il avait eu l’occasion, en Guinée même, de vous “confier ses luttes, ses espoirs”. Il avait engagé la lutte de libération de son pays et son mouvement; il contrôlait les deux-tiers du territoire de la Guinée Bissau. Comme vous le dites justement “le mouvement de libération disposait d’écoles de brousse, d’hôpitaux de campagne et de structures administratives”.

Comme vous même, Monsieur le Président, l’Assassinat d’Amilcar Cabral en plein Conakry, dans les conditions troubles que l’on sait, ont laissé plus d’un observateur sceptique.

Je vais vous apporter des éléments, dont certains vous sont connus, pour vous dire que de Caetano et de Sékou Touré, le plus coupable n’est pas celui que l’on a cru. La PIDE a été accusée à tort. Amilcar Cabral, que j’ai eu l’honneur de connaître, était un grand intellectuel. Vous avez écrit que le Portugal a perdu en lui “l’adversaire le plus sensible, le mieux formé à ses valeurs”.

C’était un nationaliste vrai, un combattant de la liberté, les armes à la main; à qui son courage, son autorité, sa rigueur intellectuelle et sa culture avaient conféré un grand rayonnement et une très grande notoriété en Afrique et une envergure internationale.

C’était là une première tare aux yeux de Sékou Touré, qui n’a jamais ni tiré un coup de feu ni armé qui que ce soit, pour ce faire, contre quelque colonialisme que ce soit. Vous êtes mieux placé que moi pour savoir qu’il s’accommodait fort bien du colonialisme français.

Amilcar Cabral était ingénieur agronome. C’était là, je l’ai suffisamment montré, une autre tare aux yeux du dictateur de Conakry.

Amilcar Cabral avait autant de charisme mais beaucoup plus de relations et surtout de crédibilité que Sékou Touré.

Sékou Touré, certes, par la force des événements, a donné asile au PAIGC dès 1958. Quand les autres pays limitrophes sont devenus indépendants, Sékou Touré apparaissait déjà comme le “tuteur” du PAIGC et la Guinée comme la base des combattants de la liberté de la Guinée Bissau. Personne n’attribuera en cela un mérite particulier à Sékou Touré. D’autres l’ont fait, la Tunisie et le Maroc pour l’Algérie, le Zaïre et le Congo pour l’Angola, le Gabon pour Sao Tomé et Principe, la Zambie pour le Mozambique, le Mozambique pour le Zimbabwe, l’Angola aujourd’hui pour la Namibie; pour ne citer que quelques exemples en Afrique.

Aussi, Sékou Touré avait-il consenti à Cabral toutes les facilités pour l’aider dans sa lutte: détaxes de toute sorte, fréquence spéciale pour ses émissions à la radio nationale guinéenne, avantages diplomatiques et surtout deux camps militaires à Conakry réservés aux combattants du PAIGC.

Mais tout cela n’allait pas sans conflits. Sékou Touré recevait et gérait pratiquement tous les fonds envoyés de l’extérieur pour le PAIGC. Il contrôlait leurs mouvements et tentait de contrecarrer les relations qui ne lui plaisaient pas.

Ces conflits étaient de notoriété publique en Guinée. Ainsi, nul n’ignorait que Sékou Touré détournait, au bénéfice de ses milices, armes et munitions pour la défense de son pouvoir. Parfois, il s’appuyait directement sur certaines fractions des forces PAIGC stationnées à Conakry pour sa police intérieure et la répression.

Ainsi, tout opposait ces deux hommes sauf la géographie qui allait paradoxalement devenir la plus grande pomme de discorde.

Les deux Guinée Occidentales ont des problèmes de frontière que le PAIGC, alors engagé dans sa lutte de libération n’a pas voulu agiter lorsqu’en 1964 Sékou Touré publia un décret reprenant un accord passé en 1960 entre la France et le Portugal, et fixant unilatéralement les frontières maritimes des deux pays. Ce conflit éclata au grand jour en 1980 lorsque Sékou Touré accorda à la Compagnie pétrolière américaine Union Texas des droits de prospection en mer, précisément dans cette zone frontalière litigieuse. On se souvient de la déclaration sèche du Conseil Supérieur du PAIGC, publiée à Praia le 14 août 1980 et dans laquelle il est dit clairement que “toute initiative unilatérale allant dans le sens de l’exploitation des ressources naturelles des zones en litige est illégale et ne peut qu’envenimer et aggraver les relations entre les deux pays”. C’est dire à quel point ces relations étaient déjà tendues.

En plus des zones maritimes, la région frontalière sud de la Guinée-Bissau a toujours fait l’objet de convoitise de la part de Sékou Touré à cause de la bauxite déjà largement exploitée par les multi-nationales en Guinée.

Tout cela explique les appréhensions d’Amilcar Cabral qui ne manquait pas de s’en ouvrir à ses intimes. Sékou Touré avait ses hommes au sein du PAIGC qui attisaient les moindres contradictions, y compris les oppositions entre Cap-Verdiens et Guinéens, métis et noirs.

Bruno Crimi rapporte, dans le Continent du 26 mai 1981, ses dernières conversations avec Cabral, deux semaines avant son assassinat:

« Amilcar m’avait fait part de ses soucis. Son parti, disait-il, était secoué par de profondes divisions. Le conflit toujours latent entre Cap-Verdiens et Guinéens était devenu très aigu.
Nous aurons un jour l’indépendance. C’est sûr. Mais aujourd’hui, je ne peux pas dire que la Guinée et le Cap Vert resteront unis… Je ne sais pas non plus si je serai encore là pour assister à la proclamation de l’indépendance de mon pays. »

Quelles prophéties ! Oui Cabral fut tué quinze jours plus tard.

Aujourd’hui, Guinéens et Cap Verdiens sont séparés par quelque chose qu’Amilcar craignait le plus, le coup d’état militaire. L’on sait avec quelle précipitation et quels délices Sékou Touré s’est jeté dans les bras des militaires de Bissau, sacrifiant par là même le frère d’Amilcar, Luis Cabral, qui n’avait jamais pardonné à Sékou Touré le meurtre de son frère. Parce que Luis Cabral savait. Il savait que, depuis 1970, son frère s’était confié à des ministres de Sékou Touré sur la trahison de ce dernier. C’était avant le débarquement de novembre 1970.

Il savait que, contrairement à ce que les services de propagande de Conakry et les différents bureaux du PAIG affirmaient, Amilcar Cabral avait été tué par des éléments guinéens du PAIGC, appuyés par le stratège de Conakry lui-même.

Il savait que la fameuse police politique portugaise, la PIDE, n’était en rien mêlée à cet assassinat.

Il était au courant du conflit aigu qui avait opposé Amilcar à Sékou Touré avant le fameux débarquement du 22 novembre 1970, qui fut la meilleure aubaine pour la remise en selle du régime de Conakry.

Les Portugais avaient en effet tenté sans succès de faire un échange de prisonniers avec le PAIGC, qui détenait dix-huit prisonniers, dont le fils du richissime Maire de Lisbonne, pilote d’hélicoptère, tombé entre les mains des forces de libération de Cabral. Ce dernier était prêt à miser au maximum pour récupérer son fils. Après le refus catégorique de Cabral, il mit Sékou Touré dans son jeu en y mettant le prix. Toute la classe politique guinéenne sait que le Ministre de l’Armée, Diané Lansana, a été chargé par Sékou Touré de prendre contact avec Amilcar Cabral pour l’amener à accepter l’échange de ce fils à papa.

Prisonniers de guerre portugais du PAIGC, détenus d’abord à Manou, puis transférés à Conakry par Sékou Touré, contre l’avis d’Amilcar Cabral

Devant l’intransigeance de Cabral, l’opération du 22 novembre vint à point, financée en partie par la PIDE et le Maire de Lisbonne.

On sait aujourd’hui que Sékou Touré était informé de l’opération “Enlèvement des prisonniers”. Il ne savait cependant pas, peut-être, qu’elle serait combinée avec celle de la tentative du renversement de son régime. Des faits précis étayent cette affirmation .

Au début de l’année 1970, Sékou Touré avait décidé d’éliminer près de six cent cadres nationaux. Le congrès de son Parti, réuni en janvier 1970, avait pour thème l’épuration du Parti et de l’Etat. Pendant six mois, ce thème sera diffusé à travers tout le pays.

En juin 1970, Sékou Touré réquisitionne toute la toile bleue venue de Chine pour en faire des tenues de prisonniers. C’est cette toile qui servira effectivement au Camp Boiro et dans les différentes geôles du pays.

En juillet 1970, il commande mille menottes au directeur d’Unicomer M. Boris, qui sera arrêté par la suite.

Une édition du journal Le Monde de mai 1970 relate que Sékou Touré s’apprêtait à effectuer une épuration d’une ampleur sans précédent dans son pays.

Sékou Touré savait tout le bénéfice qu’il tirerait d’une opération portugaise pour “épurer” son parti, son état et asseoir dans la terreur un régime enfin élagué et “radicalisé”.

Prévenu vaguement de l’opération début novembre, il décide de transférer les prisonniers portugais. Jusque là, ces derniers étaient détenus à Mamou, sous la surveillance de Habas Diallo, à 350 kilomètres de la capitale.

Le PAIGC, contre l’avis de qui le transfert est décidé à Conakry, demande au moins leur garde dans l’un des camps de la capitale. Sékou Touré refuse. Il les met dans une villa privée, celle de M. Fodé Mangaba Camara, à un kilomètre de la plage. Sur l’insistance du PAIGC, il fait la concession de les laisser garder par seize soldats du PAIGC.

Ce transfert a été effectué le mercredi 9 novembre 1970. Les commandos portugais qui en furent informés, n’auront aucune peine à massacrer les seize malheureux gardes et libérer leurs compatriotes dans la nuit du 21 novembre.

Sékou Touré, qui ne s’attendait pas à une opération combinée visant aussi son régime prend peur, et se réfugie hors de son palais, chez une amie. Pour ce déplacement, il est déguisé en femme par celui-là même qui a pris en main la riposte, qui sera arrêté quelques mois après, le ministre Alassane Diop. Il ne sera relâché qu’après huit ans de détention.

Lire la version, plus fiable, par Alpha Abdoulaye Portos Diallo sur l’évacuation secrète de Sékou Touré cette nuit-là.
— T.S. Bah

Le régime est une fois encore sauvé. Dans son cerveau machiavélique, Sékou Touré prépare la riposte … contre le peuple de Guinée.

Il met en oeuvre la résolution qu’il avait fait adopter par le congrès de son parti en janvier 1970, l’épuration du Parti et l’Etat. Il ressort sa liste de six cents cadres à liquider, les mille menottes et déclenche la répression par une machine mise en place depuis plus d’un an. Six mois plus tard ce sont près de 30.000 Guinéens, hommes, femmes et enfants de toutes conditions qui se retrouvent dans les prisons.

Monsieur le Président,
Dans les enquêtes de ce genre, on demande à qui profite le crime. L’amoncellement des faits désigne l’homme à qui l’assassinat de Cabral a profité. D’ailleurs, d’autres faits ne laissent aucun doute sur l’identité du commanditaire de l’odieuse opération.

On sait à Conakry que trente minutes après leur forfait les cinq assassins ont été reçus au palais de Sékou Touré qui les attendait seul dans son bureau.

Les meurtriers auraient donné comme seule raison de leur forfait le fait que le gouvernement, mis en place par Cabral, ne comportait que des Cap-Verdiens, pas de Guinéens.

L’enlèvement simultané d’Aristides Pereira, le numéro deux du PAIGC, n’aura été qu’une diversion. Après l’assassinat, Sékou Touré a refusé catégoriquement, dans un premier temps, de livrer les coupables au PAIGC, qui se proposait de les juger lui-même. Ils ont été mis sous protection dans le fameux Camp Boiro après un semblant de procès radiophonique dont Sékou Touré a le secret.

Au dire de nombreux compagnons de détention, aujourd’hui libérés, les meurtriers d’Amilcar Cabral protestaient quotidiennement de leur détention par Sékou Touré, qui les avait engagés à commettre leur forfait.

Deux officier guinéens, arrêtés en même temps que l’ancien Secrétaire Général de l’OUA, Diallo Telli, ont déclaré avoir participé à cet assassinat, sur les instructions du “Guide Suprême”.

Selon de nombreux anciens détenus, le capitaine Lamine Kouyaté, ancien garde de corps de Sékou Touré, a en effet déclaré, au sixième jour de diète, quelques jours avant sa mort, qu’il a participé à l’assassinat de Cabral à la demande de Sékou Touré. Le commadant Ibrahima Sylla, ancien chef d’état-major de l’armée de l’air de Sékou Touré a fait le même aveu. C’est ce qui aurait précipité son assassinat par diète noire un mois aprè son arrestation.

Monsieur le Président,
Ce sont là les motifs et les faits que j’apporte au dossier de ce crime contre l’Afrique et l’humanité. L’évolution de la situation dans la sous-région ne fait que corroborer
l’accusation. Après une succession de conflits de tous ordres, Luis Cabral a été écarté le 14 novembre 1980 par le Commandant Nino Vieira, que Sékou Touré a accueilli à bras ouverts.

Conakry vient encore d’envoyer des “coopérants” à Bissao. Nous savons que cette coopération est fortement entachée par l’ambition dominatrice de Sékou Touré, qui s’est toujours posé en champion d’un confédéralisme à sa dévotion.

Les métis et leur Cap-Vert sont écartés. Les conflits sont enterrés. Pourvu que notre renard n’attende pas trop longtemps le fromage du corbeau de Bissau.
Il serait capable d’ingérence surtout que de gros intérêts économiques (bauxite et pétrole) semblent sous-tendre son ambition annexionniste.

Continue Reading

Blog konakryexpress

Abdoulaye Bah konakryexpress

Je concentre mes articles surtout sur les violations des droits humains sous le régime de Sékou Touré, le Camp Boiro et les autres camps de concentration qu’il avait semés dans tout le pays en publiant des extraits et des témoignages des nombreux ouvrages qui ont été écrits par d’anciennes victimes qui ont survécu aux tortures.

Facebook konakryexpress

Suivez moi sur Twitter

Advertisement

Actualité