Droits de l'HommeEducationGouvernancePolitique

Le jour où le Liberia mit fin à la liberté d’expression, en pleine manifestation de masse

[Sauf mention contraire, tous les liens mènent vers des sites en anglais, ndt.]

Cet article fait partie d’UPROAR, une initiative de Small Media [petits médias] qui exhorte les gouvernements à relever les défis des droits numériques lors de lExamen périodique universel (EPU) [fr]. 

Une coupure d’Internet le jour d’une importante manifestation à Monrovia, au Liberia, l’année dernière, continue de générer des tensions entre les citoyens et le gouvernement autour du droit à la liberté d’expression en ligne.

Le 7 juin 2019, un groupe majoritairement composé de jeunes s’est rassemblé dans la capitale, Monrovia, sous le slogan « Sauvez l’État » pour protester contre la mauvaise gouvernance et demander au gouvernement du président George Weah de rendre compte des 16 milliards de dollars libériens manquants (environ 37,7 milliards d’euros).

Tout au long de la journée de la manifestation très médiatisée, le gouvernement libérien interrompu l’accès aux services de médias sociaux pendant des heures.

Les médias sociaux ont pris le pas sur les formes traditionnelles de communication au Liberia depuis la fin des années 2000. Facebook en particulier a ouvert les yeux des Libériens sur le monde. Un rapport de 2018 sur les médias sociaux a montré que 10 % des 3,5 millions de citoyens du pays utilisent les médias sociaux, en particulier Facebook, les hommes représentant environ 60 % des utilisateurs et les femmes, environ 40 %. Les jeunes de 25 à 34 ans représentaient 184 000 de ces utilisateurs.

Ces nouvelles opportunités d’expression libre sur un large éventail de plateformes en ligne ont poussé le gouvernement à adopter des mesures restreignant le droit des utilisateurs à la liberté d’expression et à l’accès à l’information. Selon les critiques, le gouvernement libérien a eu recours à l’interruption de l’accès aux médias sociaux le 7 juin pour empêcher la couverture en direct des manifestations et la mobilisation des manifestants.

Fidel Saydee, journaliste libérien et ancien directeur de Roots FM, a déclaré à Global Voices que les perturbations avaient empêché sa radio de couvrir efficacement les manifestations :

The action, which was condemned by a cross-section of the Liberian society, made it impossible for the services on our website, my tuner and other outlets to be broadcast.

L’action, qui a été condamnée par une large part de la société libérienne, a rendu impossible la diffusion des services de notre site Web, de mon tuner et d’autres points d’accès.

À l’époque, M. Saydee était le co-animateur du « Costa Show », une plateforme en ligne gérée par Henry P. Costa, fervent critique du gouvernement de M. Weah et principal organisateur de la manifestation du 7 juin. M. Saydee a déclaré à Global Voices que « ses auditeurs ne pouvaient se faire aucune idée des événements », continuant :

Onsite reporters could not file in live reports through our social media platform for onward transmission on air. On-air personalities were left to wander in oblivion as to what was happening outside of the studio.

Les journalistes sur place ne pouvaient pas transmettre des reportages en direct via notre plateforme de médias sociaux. Les invités dans le studio ne savaient pas ce qui se passait à l’extérieur.

Boakai Amara Kamara, qui travaille également pour Costa, a qualifié l’action du gouvernement libérien de triste, affirmant qu’elle constituait « un acte contraire à la liberté d’expression ».

Le « Costa Show » était un talk-show radio provocateur également diffusé en ligne via Facebook. L’émission ainsi que la chaîne de radio elle-même sont connues pour avoir critiqué la mauvaise gouvernance des administrations de l’ancienne présidente Ellen Johnson Sirleaf et de son successeur, l’actuel président George Manneh Weah.

M. Saydee a déclaré que leur diffusion en direct sur les réseaux sociaux avait été interrompue à plusieurs reprises, chaque fois que lui et M. Costa commençaient à parler des maux perçus dans la société libérienne. M. Saydee n’a pas précisé combien de fois leur émission a été interrompue. La radio Roots FM a été fermée par le gouvernement l’année dernière en raison de prétendus problèmes de licence. Cette décision a été critiquée par les organisations de défense de la liberté de la presse.

D’autres ont également dénoncé la perturbation des réseaux sociaux lors de la manifestation du 7 juin.

Certains citoyens ont déclaré à Global Voices qu’ils ne pouvaient pas communiquer avec leurs proches à l’étranger via Facebook Messenger et d’autres applications de messagerie et de VoIP. Beaucoup considéraient également la décision du gouvernement comme une violation pure et simple de leur droit à la liberté d’expression et d’information au regard des documents internationaux des droits de l’homme, ainsi que de l’article 15 (a) (b) et (c) de la constitution de 1986 [pdf] du Liberia relative à la liberté de parole, d’information et d’expression.

Diana Teah, résidente du canton de Johnsonville et étudiante de l’Université épiscopale méthodiste africaine (AMEU), a déclaré à Global Voices que la manifestation du 7 juin était vraiment historique :

The government of Liberia, which is supposed to uphold freedom of speech, took on a very bad trend on that fateful day.

Le gouvernement du Liberia, qui est censé respecter la liberté d’expression, a emprunté une très mauvaise voie en ce jour fatidique.

Elle a décrit les perturbations comme une « gêne pour le peuple libérien » et les ressortissants étrangers vivant dans ce pays ouest-africain :

Not only for us but the international observers, those who were present here that day, [they] were all embarrassed, maintaining that social media is one of the important places where we receive and give out information! I advise that the government of Liberia pays attention to the growth and development of our country that is dying rather than focusing on shutting down Facebook.

Non seulement pour nous, mais aussi pour les observateurs internationaux, ceux qui étaient présents ici ce jour-là [ils] étaient tous gênés, affirmant que les médias sociaux sont l’un des endroits importants pour recevoir et diffuser des informations ! Je conseille au gouvernement du Liberia de prêter attention à la croissance et au développement de notre pays qui est en train de mourir plutôt que de se concentrer sur la coupure de Facebook.

D’autres Libériens, cependant, ont défendu la décision de perturber l’accès à Internet, estimant que c’était la prérogative du gouvernement d’assurer la sécurité. Alicemae Kwapo, une Libérienne qui réside actuellement aux États-Unis, a déclaré que « le gouvernement avait raison, il a assumé sa responsabilité  ».

Dans une interview sur Facebook Messenger, Mme Kwapo a indiqué que la coupure des services de médias sociaux “ce jour-là avait en fait beaucoup moins d’impact sur les gens que la manifestation. … Le grand public ne connaissait ni les risques ni la raison pour lesquels le gouvernement libérien a agi ainsi le jour de la manifestation  », a-t-elle ajouté.

Le gouvernement n’a pas fourni de raison pour cette coupure ; quoiqu’il en soit, les interruptions intentionnelles d’Internet sont considérées comme une violation des normes internationales en matière de droits de l’homme.

Le Liberia, État partie au Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), devrait s’abstenir d’ordonner de telles perturbations et prendre des mesures pour garantir le droit des utilisateurs de s’exprimer librement et d’accéder aux informations en ligne.

___

J’ai traduit ce billet écrit pour globalvoices.org par Mark Neywon Mengonfia, un journaliste libérien qui travaille avec le journal New Republic en tant que correspondant législatif. Il a été publié le 7 aout 2019.

 

Laisser un commentaire avec Facebook

konakryexpress

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
venenatis, adipiscing dapibus felis ut justo suscipit Donec velit,