Source: Le Lynx
Cette caricature du tyran Sékou Touré est extraite de l'article Alphagouvernance publié par Le Lynx

L’Alphagouvernance: C’est Sékou sans Touré

Ce billet de Bah Mamadou Lamine a été publié par Le Lynx 23 décembre 2020. Je le reprends ici avec l’autorisation de l’auteur. Je m’excuse avec les lecteurs non habitués au langage de cet hebdomadaire satyrique qui est assez particulier.  
Après avoir récupéré tous les reliquats délinquants de Conté, de Dadis et autre Konaté, Alpha Grimpeur s’est collé-serré avec les rares survivants du 4 Juillet 85. Pour parachever son OPA, Opération prédatrice et assassine qui  est en train de bousiller la Guinée.Ces pdgistes, il les a placés à tous les niveaux de la déconcentration administrative et dans les ambassades, des pdgistes purs et durs. Qui continuent à idolâtrer le triste sire, à le défendre, à le déifier. Et ils poursuivent la politique anti-guinéenne du tyran. Notamment la Guerre contre les fils du Fouta héritée de Samory. Déclenchée en 1949, cette guerre, il l’a officialisée en août 1976. Pire. Alpha Condé désormais s’en prend à tous les Guinéens. Pour lui, un Malinké qui vote pour un Soussou est un batârd; les Forestiers ne sont plus seulement des «Toukoromoo», mais aussi et surtout des Buveurs de Sang. Quant aux Peuls, ce ne sont que des poux, des tortues… A travers son homonyme de préfet de Siguiri, il chasse les Peulhs et les Soussous de Haute-Guinée. Avec destruction de leurs biens. Nous sommes en juin-juillet 2019 !Des indicateurs très visibles de cette façon de diriger un pays frappé du sceau de l’infamie, du non-respect des lois et des valeurs fondatrices de toute coexistence entre les hommes et les femmes d’un pays. C’est une véritable gouvernance voyou.Le RPG ne réinvente pas la Roue. Il pique les idées et pratiques de Sékou commencées à peine l’Indépendance obtenue en 1958. Sékou hérite d’une Constitution qui reconnait le pluripartisme. Tous les Guinéens qui ont voulu s’infiltrer dans ce créneau en voulant créer des Partis Politiques se sont retrouvés dans les fosses communes ! Le plus connu parmi eux c’était Petit Touré. Il a déposé les Statuts d’un parti politique dans les locaux du Ministère concerné. Il est kidnappé dans des conditions et circonstances inconnues par les lois, nos lois de l’époque. Lieu du kidnapping: Rond- Point de Moussoudougou, en pleine nuit. Le kidnappeur ? Le Camarade Damantang Camara, le grand-père de notre précieux, cynique et cruel Ministre de la Sécurité et de la ProtectionCivile ! Nous sommes à la veille du 8 novembre 1964.

Pour casser les opposants, surtout peulhs et forestiers, on peut compter sur notre Damantang actuel. Pour doter le pays de Corps de Sapeurs-Pompiers et protéger les citoyens, revenez demain, tous les jours demain…

C’est très tôt que le Tyran du PDG a détruit la Démocratie et placé ses hommes et femmes, même nuls, illettrés à tous les postes. Par ex. il nomme comme ministre en charge des TP, Sékou Chérif. Un chauffeur illettré, ancien maire de Macenta. C’est lui l’auteur de la célèbre expression: «La gare-voiture de avions de Labé». Pour remercier les «Cubanais» qui l’avait offerte à la Guinée ! Il avait des compétences avérées ailleurs. Dans l’art de torturer avec sadisme et cruauté au Camp Boiro. Il a dirigé par exemple, l’équipe de tortionnaires qui nous a interrogé dans ce camp dans la journée et la nuit du 29 avril 1981 ! Son meilleur diplôme ? il était marié à la sœur du monstre. C’est lui qui a élevé Aminata Touré, l’actuelle maire, mémère et merde de Kaloum…

Lire également: Guinée: Le gouvernement, une affaire des familles Touré et Keita

Et le Grimpeur a singé son mentor Sékou. Il nomme des Ministres qui ne savent pas lire surtout les nombres. Et lui-même, pendant que dans tous les pays voisins, les présidents bâtissent maisons et immeubles, lui, il s’est spécialisé dans «La construction d’arbres !» Et son président du Parlement, il est tellement nul qu’il plagie même ses discours.

Retenons quelques-uns des indicateurs de la rétro gouvernance plus délinquante que révolutionnaire de Sékou :

  • Refus systématique de mettre en place la Haute Cour de Justice;
  • Non jugement de l’affaire du 28 septembre 2009; pire on récupère dans l’Administration des individus soupçonnés d’y être impliqués;
  • Refus de poursuivre en justice les auteurs et complices de l’affaire de Siguiri de 2010 liée à l’eau empoisonnée. D’ailleurs les personnages impliqués dans l’affaire sont devenus des piliers de la Gouvernance Alpha.
  • Le parti au pouvoir, le RPG et ses alliés ont phagocyté l’Etat et récupéré ses ressources humaines, matérielles, financières, diplomatiques, organisationnelles…, les moyens publics de communication de masse comme les TV et radios, les journaux…
  • Ce parti ayant ses bases en Haute-Guinée, tous les ministères régaliens, le Commandement militaire, les FDS, la Douane, les Administrateurs territoriaux… sont tous Malinkés.
  • Les Finances publiques sont exclusivement gérées par  cette même ethnie, en dehors de tout critère compétence.
  • La disparition des mécanismes de contrôle et d’Inspection administrative.
  • L’Opposition démocratique, criminalisée voit ses leaders et ses militants jetés en prison et/ou tués ou violés par la CMIS.
  • Liquidation des contre-pouvoirs comme les syndicats, la société civile, elle-même maninkalisée.
  • Le Parlement monocolore est privatisé, parce que soumis aveuglément à la volonté des Mandés Mansa !
  • Cette justice est sourde, muette et aveugle lorsqu’il s’agit de dire le droit en faveur des non militants du RPG.
  • Des élections toujours truquées ou purement et simplement volées.  Cette CENI est depuis sa naissance entre les mains de ces mêmes Malinkés.
  • Le retour du culte du vol, du pillage et des assassinats… Désormais après le pillage des ressources foncières en Forêt, c’est le tour de la Basse- Guinée et ses ressources minières d’être accaparées par des fils de la Haute-Guinée.
  • Depuis un an l’interdiction d’accès au Camp Boiro pour les victimes.
  • La pratique de sacrifices humains.

Le retour des Camps Boiro et des Ardoises !

  • Incapacité de l’Etat de mettre en place une Commission de Réconciliation Nationale ! Réconcilier les Guinéens n’est pas une priorité… Pour poursuivre cette politique du PDG, des hommes et des femmes ont été récupérés et placés. Parmi eux il y a des visibles et des invisibles !Parmi les invisibles notons tous les tortionnaires tapis dans les Services soi-disant de Sécurité, spécialistes des aveux extorqués, de la douleur et du mal. Des agents des services secrets.  Ils se sont illustrés tout récemment à l’occasion des arrestations des leaders de l’opposition à qui on a imposé les sinistres ardoises des camps de la mort de Sékou Tyran !C’est le retour de la complotite, des mercenaires cachant des armes sous leurs lits, des Camps Boiro… Les opposants transformés en ennemis, diabolisés et bons pour la taule et/ou les fosses communes, des sacrifices humains…
  • Il y a quelques années, un ancien Maire de Kankan du nom de Camara S. avait proposé à Alpha Condé de lui faire le sacrifice humain d’une femme pour qu’il devienne Président de la Guinée ! Celle-ci avait été identifiée; c’était une réfugiée libérienne qui errait dans la ville !Bien sûr, comme d’habitude, la Justice n’a rien dit et rien fait. Des pratiques typiquement pédégistes.
  • Le centre pour handicapés de Hamdallaye près de Jean Paul II était un réservoir pour Sékou et ses complices pour venir ramasser des handicapés, principalement des Albinos. En pleine nuit des pick-up venaient les prendre pour les cérémonies rituelles dont raffolait le Tueur en Chef de Guinéens.
  • Sans oublier le Mont Kakoulima où les détenus égorgés, on recueillait leur sang dans des bouteilles, destination le Palais Présidentiel ! Ces pratiques perdurent. Aujourd’hui, c’est un douanier du nom de Soumahoro qui est soupçonné de collectionner des cadavres séchés d’Albinos, à Coyah…

Lire également : En deux semaines, les prisonniers virent entrer au bloc plus de trente ministres et ambassadeurs, sans compter de nombreux hauts fonctionnaires de tout rang.

Parmi les acteurs visibles:

– Ahmed Tidiane Traoré (ATT) maître d’œuvre du «Racisme peulh» d’août 1976. Ancien directeur de la Conserverie de Mamou, il a été nommé Ingénieur chimiste à l’issue d’un stage en Italie. Il devient directeur des Constructions métalliques de Dixinn. Il fut membre du Bureau fédéral de Conakry III. Le «Racisme peulh» de 1976 éclate. Ce bureau s’implique dans l’enquête. Il procède à l’arrestation de Mamadou Lamarana Diallo, 16 ans. ATT fait remettre un pistolet et l’installe sur les branches d’un manguier à Donka. C’est le démarrage de la sinistre machination. Avec ATT ce dossier a été monté au Commissariat des Chemins de fer alors dirigé par M. Sakhomady Doumbia alias Malin.

ATT est tellement zélé qu’il finit par intégrer la redoutable machine à tuer que fut le Comité révolutionnaire et ses cruels tortionnaires-assassins.

Sékou meurt. Les militaires prennent le pouvoir. ATT est le premier civil à s’introduire dans le Camp Samory pour féliciter et soutenir les putschistes ! Il se colle à Diarra Traoré dont il se réclame frère, ayant le même patronyme. Ce dernier, en Côte d’Ivoire, lui remet des sous à verser dans son compte. On le désigne pour aller consulter les marabouts au Burkina Faso sur les chances de succès de la tentative de coup d’état et identifier et faire les sacrifices nécessaires. De retour à Conakry il est commis pour la même chose en Mauritanie. Après l’échec de la tentative, arrêté, il est condamné à perpète avec confiscation des biens. Il va être libéré. Mais ses deux villas situées non loin du Carrefour Constantin dans Matam, Conakry, sont pillées et rasées par les voyous du 4 juillet.

A sa libération, avec Damaro, il va à Abidjan pour retirer les sous de Diarra Traoré. La banque s’oppose. On fait appel au frère de ce dernier à Bamako, M. Dona Diawara (DIVERMA).

-Les victimes du 4 juillet et du Camp Boiro reçoivent des fonds de l’ONU. M. Touraman Sory Dioubaté, bénéficiaire, malade est hospitalisé à Coyah. Un montant est dégagé et remis à ATT pour le malade.

L’argent n’arrive pas à destination. Coincé, ATT promet de rembourser. Zéro et rideau ! Membre fondateur de l’Association des Victimes de la Répression, il en est sorti pour créer l’Association guinéenne des Victimes de la Répression. Sous la gouvernance grimpante du sinistre Condé, après avoir dirigé le ministère des Transports, il est aujourd’hui ministre d’Etat conseiller à la Présidence de la République.

-Aminata Touré, fille du tyran, élevée par le satanique et tortionnaire du Camp Boiro, l’indigne fils de Konindou/Dabola, Sékou Chérif: Elle est la mairesse de Kaloum, la commune qui abrite l’épicentre de l’administration centrale de l’état, donc du Parti-Etat, le RPG. C’est elle qui abrite Sékhoutoureya et ses sinistres mystères. La vieille Andrée Duplantier veuve de l’affreux Pendeur de Guinéens, PDG, habite à un jet de pierre de là. Il ne faut pas se leurrer. Organiser et réussir une manifestation publique apaisée à Kaloum, c’est impossible. C’est une propriété exclusive du RPG-PDG, du Mandingue.

-Parmi lesPédégistes qui ont le pays en mains et qui le sucent sans gêne, notons la femme de Kassory le faux Soussou et vrai Malinké de Forécariah. Cette femme est une nièce d’assassins redoutables à savoir Mamadi Kéita et Seydou Keita.-Le premier avait égorgé de ses propres mains Tidiane Keita au Camp Boiro. Ancien professeur de philosophie au lycée classique de Donka, il a vite fini de remplacer la spéculation transcendantale et la craie par le coutelas du boucher. Pour mieux s’infiltrer dans le clan familial, le PDG, une véritable propriété des Kéita et des Touré.
A Kindia le tortionnaire Emile Cissé l’a appris à ses dépens. Il a voulu semer la zizanie entre les Touré et s’est vite retrouvé au trou, via la Diète Noire qu’il avait ouverte à tant de détenus !-Le second, ancien ambassadeur de Guinée à Rome, a fini par prendre six mois de congés pour revenir au pays. Et torturer. Pour aider sa sœur et son mari à détruire la Guinée et ses fils.En prison, il s’est particulièrement occupé d’Adolf Marx. Sur qui il a sorti toutes sortes de cruautés: lui arracher les ongles avec des pinces; portant des souliers, il lui arrachait les dents à coups de pied ! Marx, ce fils d’Aix-la-Chapelle en Allemagne dirigeait une brasserie à Conakry. Nous avons recueilli le témoignage de M. Abass Bah de l’Association des Victimes du Camp Boiro. Ils étaient détenus dans la même cellule. D’autres infos sont disponibles sur la toile.-En 1981, dans l’Affaire dite Bah Lamine, l’homme qui aurait jeté une grenade sur Sékou Touré en fin d’année 1980, c’est lui qui a orchestré notre arrestation/déportation au Camp Boiro depuis Abidjan. Avec Sadan Moussa Touré, Lansana Kouyaté, le Kou-Raté du Lynx alors Consul à l’ambassade de Guinée à Abidjan et …Siradiou Diallo ! Le Bah Lamine de la grenade travaillait pour lui. Pour protéger celui-ci, M. Diallo a tout fait pour orienter les recherches de la flicaille ivoirienne sur notre personne. Ancien journaliste à Horoya et journaliste à Fraternité-Matin et enseignant, nous étions plus connu et avions plus de raisons d’en vouloir à Sékou Touré. En effet, Sékou avait fait arrêter et tuer notre père Bah Amadou Bailo, Commerçant, dix ans plus tôt, jour pour jour.Libéré et de retour à Abidjan, nous avons rencontré le Sieur Sira de Novembre chez M. Baldé Ibrahima alias «Peuple», aux 220 Logements d’Adjamé. Il nous a promis des explications que nous n’avons jamais eues. Jusqu’à sa mort.

Les deux Kéita, Mamadi et Seydou sont de la même famille que la vieille métisse Duplantier.

Damantang Camara, le petit fils de l’autre. A l’issue de “l’agression du 22 Novembre 1970”, le régime du tyran avait identifié des «mercenaires» gambiens, léonais et guinéens. Les premiers sont rendus à leurs pays.

Quant aux Guinéens, Damantang grand-père qui faisait partie de la nomenklatura politique du Pendeur de Guinéens, est dépêché par Sékou pour Bathurst, l’ancien nom de Banjul. Qui lui donne un avion soviétique, un Antonov 24.

Il y embarque les Guinéens, les fait ligoter et les balance un à un dans l’Atlantique ! Sans escale, l’An 24 part plein de Gambie et arrive presque vide à Conakry…

Ce même Damantang avait procédé à l’arrestation  de Petit Touré au lieu-dit Rond-Point Moussoudougou à Conakry. Juste à l’endroit où est plantée actuellement la statue de Samory Touré, l’Empereur du Wassoulou et marchand d’esclaves malinkés. Nous étions en 1964. Petit Touré avait commis «le crime» de déposer les statuts et règlement intérieur d’un parti politique. Conformément à la Constitution en vigueur à l’époque !

Aujourd’hui son petit-fils de ce même Damantang récupère le flambeau. Recruté par le Grimpeur pour bousiller la Démocratie en tuant les Guinéens, tel grand-père tel petit- fils ! Pour le malheur des Guinéens. Sacrifiés pour le bonheur et le plaisir des gangsters qui nous dirigent vers le néant.

Aujourd’hui, il se livre à un véritable génocide à Wanindara ! Avec Keira, le fils de Karim, c’est comme s’ils avaient dans leur ADN, l’inhumanité, la cruauté, la férocité.

Justement, Ibrahima Kéïra, le fils de son père Karim, l’un des plus sinistres tortionnaires de Sékou Touré. Non seulement il tue, mais c’est aussi un voleur. Un audit du Chemin de fer Conakry-Niger avait été réalisé au cours de la Transition. Il a révélé le niveau très élevé d’implication de ce Monsieur dans le pillage de cet inestimable morceau de notre Patrimoine infrastructurel et historique. Une véritable honte nationale, s’était plaint un journal en 2011.

Les résultats de cet audit sont publiés par l’Agence Guinéenne de Presse et des extraits paraissent dans le Journal Le Globe No 166 en date du Lundi 23 Mai 2011. Ils sont sans appel. M. Ibrahima Kéïra à travers son épouse Mme Kéïra Marie Seth Camara y sont profondément impliqués. Le Président Alpha Condé, à la recherche de délinquants, la cible et en fait son ministre de la Sécurité !

Ces vampires fils de vampires ont la brutalité et la haine dans leur ADN. Ils sont nés pour tuer, piller, voler et violer.

Lansana Conté en refusant de juger leurs parents après le 3 avril 1984 a condamné notre pays à répéter les mêmes conneries que le Tyran de 1958.

Il les a fait arrêter et les a laissés avec les tortionnaires de la Commission Nationale d’Enquête du CMRN. Cette Commission était composée essentiellement des mêmes individus qui «interrogeaient» sous la Révolution. Détenus à Kindia, il y avait notamment Aminata Touré, André Touré, Damantang Camara grand-père, Siaka Touré, Ismaël Touré, Kéita Seydou, Kéita Mamadi, Kéïra Karim, etc.

Cruauté de l’Histoire !

Ils se sont tous mis à table et ont porté les ardoises ! Ces dépositions sont archivées. Nous avons parcouru quelques-unes. Parmi eux, il y en a qui ont payé des sous pour se faire libérer. Comme Andrée Touré. Cet argent elle savait où son assassin de mari l’avait planqué sans vergogne non pas à Moscou ou à Cuba ou en Chine mais quelque part dans une banque new-yorkaise. En plein dans le capitalisme sur lequel il a passé son temps à aboyer !

La plupart ont été bousillés et jetés dans des fosses communes à Kindia. A côté des dépouilles de nos parents qu’ils avaient massacrés. C’est bien fait pour ces monstres. Mais nous aurions préféré une autre justice ! Conté n’a pas eu le courage d’une justice contradictoire. Et pour cause ! A la veille du coup d’Etat du 3 avril 1984, il était le Régisseur du Camp Boiro ! Nous continuerons pendant longtemps encore d’en payer les pots cassés.

Qu’on se rappelle : après la Deuxième Guerre Mondiale, il y a eu les procès de Nuremberg. Ce n’est qu’à la suite de cela que les nations du monde se sont relevées. Pire, lui-même a continué à employer ses anciens collègues tortionnaires dont les plus connus sont Hervé Vincent Bangoura et Madifing Diané.

Le premier, aujourd’hui décédé avait orchestré notamment l’arrestation de Diallo Telli. Le second, aujourd’hui Gouverneur de Labé, continue de sévir contre les Peulhs. Sous Fory Coco, il a participé à la transformation de la Base Vie de Soronkoni dans Kouroussa en camp de concentration. A l’époque, c’était pour «Casser du Malinké». En 2020, c’est pour «Terroriser et casser du Peulh et du Forestier». Sous la Révolution, ce flic formé à Alger a régné sur Boffa. Nous avons recueilli les aveux d’un de ses complices, ancien Ministre de Conté. Ils prenaient des citoyens, les ligotaient et les jetaient dans la Fatala ! Rien que ça…

En remettant ces individus ou leurs rejetons en selle, le Président Alpha Condé est en train de réussir une de ses promesses majeures: ramener la Guinée ou Sékou Touré l’a laissée.

Laisser un commentaire avec Facebook

About konakryexpress

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

Check Also

Source: Leguepard.net

Petit Touré partisan d’une politique économique libérale finira par être exécuté

  Ce billet est extrait du livre de Mahmoud Bah Construire la Guinée après Sékou …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.