La ‘Censorsure.’ Image crée par Oiwan Lam.
La ‘Censorsure.’ Image crée par Oiwan Lam.

Le mal de la censure la plus banale

Toute censure n’est pas sensationnelle ou spectaculaire. J’ai examiné un ensemble de données de milliers d’ images censurées des manifestations à Hong Kong de 2019 (période de juin à octobre 2019) collectées par The Citizen Lab àpartir de plateformes de médias sociaux chinoises, y compris Wechat de Tenchent . En parcourant la collection de photos censurées, la plupart d’entre elles apparaissent en phase avec le genre d’images qui sont systématiquement censurées : des mèmes idiots de Xi Jinping, mais aussi des photos de brutalités policières [fr] et des appels à des sanctions.contre le gouvernement de Hong Kong et chinois. Je fais des recherches sur la censure chinoise sur Internet depuis plus de deux décennies et je ne suis plus surpris par ce genre de censure. Mais je me rends compte aussi que je commence à normaliser ce genre de censure systématique, ce qui me dérange, car ces photos ne doivent pas être censurées dans une société démocratique, et parce qu’une telle censure est une violation des normes internationales largement reconnues des droits humains.

Cependant, quelques images de cette collection m’ont tout de même pris au dépourvu. Ces images sont pour la plupart des images anodines, presque banales, de manifestants. En regardant ces images, ma première pensée a été « Quel est le problème ici ? Pourquoi est-ce censuré ? » Comme cette image par exemple :

Photo censurée sur Citizen Lab’s Net Alert, publiée sous Fair Use : elle « montre un moment où les manifestants semblent simplement se rassembler, attendre, ne rien faire de particulier… »

Je crois que cette photo a été prise à l’Université chinoise de Hong Kong le 2 septembre 2019, lorsque des étudiants ont organisé un sit-in pour lancer un boycott des cours de deux semaines pour protester contre le projet de loi sur l’extradition. Ce jour-là, leurs représentants ont lu une déclaration commune et hurlé des slogans. Cette photo en particulier montre un moment où les manifestants semblent se contenter de se rassembler, d’attendre, de ne rien faire de particulier. En d’autres termes, il s’agissait d’une photo d’un moment calme lors d’un rassemblement pacifique. Alors pourquoi cela a-t-il été censuré ?

Une possible réponse est que les censeurs ont décidé de censurer cette photo parce qu’ils voulaient effacer toute l’existence de ces événements. L’objectif, dans ce cas, est de gagner du temps pour que le Parti puisse déterminer quels devraient être les points de discussion. Ils voulaient éviter une situation où les gens commenceraient à poser des questions en voyant ces photos, mais où le Parti n’avait pas encore de réponses prêtes.

Une autre possibilité, qui me semble plus probable, est que cette image soit censurée à cause de ce qu’elle montre : un public. Tel que défini par le philosophe américain John Dewey, un public est « un groupe de personnes qui, confrontées à un problème similaire, le reconnaissent et s’organisent pour y faire face » ( The Public and its Problems, 1927). Au lieu de cela, ce que le Parti veut que vous pensiez : ce n’est pas un public, c’est une foule. Au sens de Gustav Le Bon, une foule, contrairement à un public, se caractérise par son « impulsivité, son irritabilité, son incapacité à raisonner, l’absence de jugement de l’esprit critique, l’exagération des sentiments » (The Crowd: A Study of l’esprit populaire, 1895). Le récit de propagande du PCC continue de dépeindre les manifestants comme violents, irrationnels, émotionnels, et cette image ne correspond pas à ce récit.

Photo censurée sur Citizen Lab’s Net Alert, publiée sous Fair Use

Hannah Arendt a parlé de la banalité du mal, et comment ce n’est souvent pas le genre de mal où les hommes font tournoyer leurs moustaches, mais au contraire comment peuvent être des bureaucrates qui font ce qu’on leur demande de faire, qui ne réfléchissent pas à ce qu’on leur demande de faire, qui n’ont aucun dialogue, qui ne sont pas critiques, qui ne pensent pas. De même, je soutiens que cette censure des images banales est malfaisante, dans le sens où elle nous empêche de penser. Le récit de propagande veut que nous acceptions une réalité simpliste où les manifestants sont violents, émotionnels et irrationnels, incités par des forces étrangères, et c’est tout. C’est pourquoi les images de manifestants pacifiques doivent être censurées : elles ne correspondent pas au récit, elles pourraient en fait nous faire réfléchir, nous interroger et poser des questions. Ce type de censure n’est ni nouveau ni surprenant : pensez à la censure d’images apparemment innocentes deWinnie l’ourson.

Mais que cette censure banale ne soit pas surprenante ne signifie pas que nous devons l’accepter comme normale. Ce que nous perdons, c’est la possibilité d’avoir un monde commun, où nous nous voyons comme des êtres humains, dans toute notre complexité, diversité et pluralité, avec des opinions différentes, mais aussi avec la capacité de résoudre nos différences par le dialogue et la conversation. Ce monde commun est ce que le PCC à travers ce genre de censure est en train de détruire. Face à une telle répression, je vous invite à engager un dialogue et à réfléchir aux questions importantes suivantes : comment refuser et rejeter ce type de censure, et comment commencer à reconstruire un monde commun, inclusif, diversifié , qui permet à notre imagination d’aller visiter et qui nous permet de marcher un kilomètre dans la peau de l’autre ?

Lokman est un universitaire et un activiste, membre du Citizen Lab de l’Université de Toronto. Il travaille actuellement sur un livre sur son expérience des manifestations à Hong Kong.

___

J’ai traduit cet article, écrit par Lokman Tsui, de l’anglais en français pour globalvoices.org. Il a été publié dans sa version anglaise le 24 aout 2021.

Laisser un commentaire avec Facebook

About konakryexpress

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

Check Also

Ces victimes des calomnies des tribunaux révolutionnaires de 1971

Après les évènement du 22 novembre 1970, le dictateur a instauré un climat de peur ouvrant la période de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.