Accueil » Boko Haram » La prison et les tortures sous le régime PDG de Sékou Touré, vues par la LIDH et quatre anciens ambassadeurs américains en Guinée. Partie II

La prison et les tortures sous le régime PDG de Sékou Touré, vues par la LIDH et quatre anciens ambassadeurs américains en Guinée. Partie II

Voici la deuxième partie de la dénonciation des quatre parmi les tout premiers ambassadeurs des USA en Guinée  à savoir: John Howard Morrow, William Attwood, James I. Loeb et Robinson McIlvaine. Ils dénoncent les graves violations des droits humains par le regime de Sékou Touré est une initiative des trois parmi les premiers ambassadeurs des Etats Unis en Guinée.
Considérant le fait que ce document provient de personnalités étrangères qui ont exercé les fonctions d’ambassadeurs dans notre pays au moment où les crimes qu’ils décrivent se faisaient, les informations qu’il contient sont directement puisées à la source. Ce ne sont pas des informations biaisées car ces personnalités n’avaient aucun intérêt à jeter l’opprobre gratuitement sur ce régime criminel.
La documentation était adressée à M. Monsieur Kurt Waldheim Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (par les ambassadeurs John Howard Morrow, William Attwood, James I. Loeb et Robinson McIlvaine.
Vu la longueur de ce document, je vais le diviser en 4 parties dont voici la deuxième partie.  C’est une reproduction d’une publication de guineelibre.over-blog.com.

Partie II: Négation du droit à la liberté et à la sécurité de la personne et de ne pas être soumis à une arrestation arbitraire, à la détention ou à l’exil

Ces droits fondamentaux sont manifestement refusés au peuple de Guinée d’aujourd’hui et ce, depuis au moins cinq ans . Selon nos informations, il y a des milliers de prisonniers politiques, détenus en Guinée , non pas parce qu’ils ont commis des violations de la loi guinéenne , mais parce qu’ils ont été arbitrairement jugés par le président Sékou Touré et ses tribunaux secrets pour être une menace pour la sécurité intérieure. Il n’y a pratiquement pas d’opposition interne au gouvernement actuel, vu que tous ceux qui ne sont pas d’accord avec lui ont été emprisonnés, exécutés ( dont plusieurs anciens ministres ) ou ont été contraints à l’exil.

L’annexe II contient des déclarations faites par d’anciens prisonniers politiques qui ont été arrêtés à toutes les heures du jour et de la nuit et interrogés avant d’être envoyés dans  des camps de prisonniers où ils ont été détenus pendant cinq ans sans procédure régulière et dans des conditions contraires au droit international. Le détenu M. Adolf Marx décrit ainsi son arrestation:

J’ai été arrêté chez moi à 10 heures du soir le 28 Septembre , 1970 par le ministre de l’Intérieur, M. Moussa Diakité, et j’ai été porté devant M. Ismael Touré, frère du Président de la République de Guinée et Président de la Commission révolutionnaire, qui a été implanté au Camp Boiro. Quand je suis arrivé  Ismael Touré n’a demandé mon nom et puis j’ai été enfermé au bloc n ° 6 , où je suis resté pour le reste de mon emprisonnement. Les gardes m’ont déshabillé et m’ont jeté sur le sol, puis m’ont laissé là. Je suis resté dans l’obscurité pendant 8 jours sans nourriture et sans eau.”

Lire aussi: En ce 2 octobre 2018, rappelons-nous les victimes du Camp M. Boiro, l’usine de la mort de Sékou Touré

Les expériences de M. Marx sont similaires à celles décrites dans les autres documents joints. Aujourd’hui, il y a des milliers de ressortissants guinéens détenus dans des camps de prisonniers après de nombreuses années de détention, sans aucun espoir de libération.

Un membre éminent de la communauté guinéenne , M. Fadiala Keita , qui avait été président de la Cour d’appel en Guinée , ancien Secrétaire général des juristes afro-asiatiques et ambassadeur de Guinée en URSS et aux Etats-Unis , a disparu en Septembre 1971. Malgré des tentatives répétées , son épouse a été incapable de communiquer avec lui , et le gouvernement refusera de faire connaitre son sort.

Le droit reconnu comme une personne devant la loi

Le droit, en pleine égalité, à une audition publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera soit de ses droits et obligations et d’accusations criminelles portées contre lui.

Le droit, lorsqu’ils sont accusés d’une infraction pénale, à être présumé innocent jusqu’à ce que sa culpabilité soit établie conformément à la loi dans un procès public, à laquelle il / elle a reçu toutes les garanties nécessaires à sa défense.

Le droit à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la Constitution ou par la loi .

Les prisonniers politiques, comme en témoignent les affidavits à l’annexe II , n’ont droit à aucune chance de faire des déclarations pour  leur défense, ils ne sont pas autorisés à consulter un avocat. Il n’y a pas de présomption d’innocence; plutôt ils sont présumés coupables dès le début de toutes les charges que le tribunal apporte contre eux et ils sont censés automatiquement signer des déclarations préparées confessant leur culpabilité et d’impliquer d’autres sous la menace de la torture.

Les audiences sont tenues à huis clos, et personne d’autre que l’accusé et les membres du tribunal n’est autorisé  à être présent. Beaucoup des ex-détenus ont souligné le fait que il est rapidement devenu clair pour eux que le tribunal n’était pas intéressé par la vérité , que dans ce qu’il voulait entendre, que l’ensemble de ses énergies étaient orientés vers l’obtention de l’accusé d’un aveu de crimes, généralement l’appartenance à un réseau d’espionnage étranger,  la complicité dans l’un des complots présumés sur la vie du président Sékou Touré , ou de crimes économiques, tels que le trafic illégal de devises.

Il est significatif que les détenus ont été rarement traduits devant un tribunal immédiatement après leur arrestation, mais seulement après un moment et après un traitement  tel qu’ils étaient dans un état d’incapacité à se défendre correctement. Il était d’usage que le prisonnier devant être jugé soit condamné après qu’il ait quitté le tribunal. Le procès avait  lieu en secret et par contumace, de sorte que l’accusé ignorait qu’il avait eu lieu . Ils n’ont jamais été informés de leur peine et habituellement seulement mis au courant après qu’ils soient libérés.

M. William Gemayel affirme dans sa déclaration :

(Mon avocat et moi) avons été interdits de parler de cette affaire ( le procès ), même si j’ai appris par la suite que j’avais déjà été condamné .

Pendant quatre ans, ce juriste et l’un de ses collègues sont venus à Conakry une dizaine de fois sans jamais une fois d’être autorisés à me voir ….

Je n’ai jamais su s’il y avait eu un procès ou une sentence. Les gardiens du camp ont pour instruction de  ne rien nous dire. J’ai découvert un autre prisonnier, qui était présent là-bas qu’il ( le procès ) a eu lieu le 18 Janvier 1971 et que j’avais été condamné à la prison à vie et tous mes biens confisqués. Même mon avocat, qui est venu me voir après, n’a pas été autorisé à me le dire.”

À la suite de cela, il est impossible pour les prisonniers de faire appel à une autorité supérieure, qui en Guinée est le président lui-même. Le recours internes de l’absence est manifestement évident en Guinée.

3 . Le droit de ne pas être soumis à des traitements ou peines inhumains ou dégradants.

Au début de 1971, des rapports ont commencé à apparaître dans la presse sur  des exécutions qui ont lieu en Guinée . Les condamnés étaient Guinéens et autres ressortissants reconnus coupables d’implication dans l’invasion de la Guinée Novembre 1970. Dans un rapport du New York Times du 25 Janvier 1971,on peut lire que 92 personnes avaient été condamnées à mort , dont 34 ont été jugés et condamnés par contumace . On ne sait pas précisément combien de personnes ont été exécutées pendant cette période, mais quatre personnes au moins ont été pendues publiquement et les témoins déclarent avoir été entraînés contre leur gré sous le pont où les corps des quatre hommes reconnus coupables de complot ont été laissées pendus . Bien que la peine de mort soit légale dans de nombreux pays, il est généralement considéré que les exécutions publiques sont cruelles, inhumaines et dégradantes et en tant que telles sont une violation de l’article 5 de la Déclaration universelle des droits de l’homme .

___

La traduction de l’anglais a été faite par Thierno A DIALLO

À propos konakryexpress

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Distributed by Agence web kindy