Accueil » Camp Boiro » Sékou Touré: : "A lu kana n’maluya!" (Tuez-moi mais ne me livrez pas au peuple")

Sékou Touré: : "A lu kana n’maluya!" (Tuez-moi mais ne me livrez pas au peuple")

A travers l’histoire et le monde, les tyrans sanguinaires ont toujours eu un point commun au moment où ils pensent ou bien voient que la machine de la terreur qu’ils exerçaient sur leurs citoyens s’est grippée.

Dans la sale guerre d’Irak, basée sur des mensonges du gouvernement américain, le sanguinaire Saddam Hussein était  tapi au fond d’une cave  dans son fief natal. Quant au dictateur Mouammar Kadhafi c’est dans un tunnel qu’il se cachait. Les moins jeunes se rappelleront la fin peu glorieuse du couple Nicolae et Elena Ceaușescu en décembre 1989 en Roumanie. 

En Guinée, avant de comprendre ce qui se passait à Conakry le 22 Novembre 1970, lors de l’agression portugaise, Ahmed Sékou Touré a eu une peur bleue, en croyant qu’il s’agissait d’un coup d’état militaire. Voici, selon le récit de Alpha Abdoulaye Diallo, dans son livre La vérité du ministre. Dix ans dans les geôles de Sékou Touréle comportement lache que notre dictateur aurait eu en voyant les plus hauts gradés de l’armée guinéenne débarquer chez lui en pleine nuit.

Aux premiers coups de feu, tirés à Conakry II, à la Minière, aux environs de 2 heures du matin, le dimanche 22 novembre 1970, le commandant Zoumanigui Kekoura, commandant la gendarmerie nationale, le général Noumandian Keita, chef d’état-major général de l’armée guinéenne, accompagnés de certains officiers, se précipitent au palais présidentiel. A leur vue, le président Sékou Touré, croyant à un coup d’Etat, perd son sang-froid et, levant les bras en l’air, leur dit en 

Monument aux martyrs du 22 Novembre 1970 à Conakry

tremblant :
— « Tuez-moi, mais ne me livrez pas au peuple. Ne me faites pas honte (en malinké : a lu kana n’maluya!). »

Les officiers répondent :

— « Non Président, nous venons chercher les clés des magasins de munitions. »

Plus tard, le général Noumandian racontera la scène à son vieil ami, le sage El Hadj Sinkoun Kaba, qui lui dira :

— « Vous auriez dû improviser un coup d’Etat, l’arrêter. Vous avez eu tort, bien tort. »

Et, une certaine tristesse dans les yeux, une certaine émotion dans la voix, il ajoutera :

— « Maintenant il vous tuera tous ! Il n’épargnera aucun de vous. »

Effectivement, Sékou Touré les fera tous arrêter et exécuter le 29 juillet 1971.

Camara Loffo, considérée une des pionnières du PDG. Source: Mémorial virtuel Camp Boiro

Dès que le régime a repris le controle de la situation, il a renforcé son système de dénonciations et de terreur, arrêtant, tuant, torturant et volant les biens des victimes. Dès le 21 janvier 1971, parmi les nombreuses victimes de la furie homicide il y a Baldet Ousmane, Gouverneur de la Banque centrale, Barry Ibrahima, dit Barry III, un des artisans de l’indépendance et du Plan triennal, Keïta Kara Desoufiane, jeune commissaire de police dont le fils aîné sera arrêté par la suite et Magassouba Moriba, médecin, compagnon de l’indépendance, ministre.

Accusés de divers crimes les uns aussi fantaisistes que les autres, durant cette horrible période, les hommes qui auraient pu jeter les fondements pour une Guinée viable et propère, de leur vie la folie homicide de Sékou Touré et de sa machine infernale dont l’Allemand, Adolf Marx, directeur de l’unique brasserie de la Guinée, arrêté le 26 décembre 1970, Camara Sékou Ministre du commerce intérieur, ambassadeur à Pékin, ancien gouverneur de Siguiri, frère d’une autre victime, Mme Camara Loffo, Membre -pionnière du Parti démocratique de Guinée (PDG), membre du gouvernement et du Bureau Politique national du PDG, dont tous les guinéens étaient membres d’office de la naissance à la mort, et beaucoup d’autres connus et non.

Dans son livre déjà cité, le doyen Alpha Abdoulaye Diallo fait une longue liste  de personnes qui ont été arrêtées, torturées, assassinées et les biens confisqués par la machine à tuer que fut le PDG. On peut les consulter sur le site du Mémorial du Camp Boiro. Pour les seules années 1970 et 1971, on y trouve 10 ministres, 8 ambassadeurs, 42 hauts fonctionnaires de l’état, 18 gouverneurs de région, 9 secrétaires fédéraux, 20 Officiers et sous-officiers (toutes armes confondues), 13 hommes d’affaires. Mais cette liste est trs partielle.

Le rescapé du Camp Boiro, Maurice Jeanjean, décrit l’atmosphère que le dictateur instaura dans tout le pays après l’agression portugaise, dans son livre Sékou Touré: Un totalitarisme africain, en ces termes:

Sékou Touré va alors passer, à la mi-1971, à un stade supérieur qui permettra d’étendre la sphère des coupables en confiant le soin de les découvrir aux différents échelons du Parti, et en dernier ressort au Peuple. On entre alors dans une phase de dénonciations sans fin orientées par le Comité révolutionnaire, qui permit à Sékou Touré d’éliminer d’autres cadres, mais aussi des milliers de citoyens ordinaires : ménagères, gargotières, paysans, plantons.

Ce n’était pas nécessaire de conduire une activité politique quelconque pour être considéré comme opposant ou bien comploteur. Même le fait d’avoir une belle épouse qu’un des membres du cercle restreint du dictateur convoitait, pouvait constituer une menace pour le mari. Massacrer la classe intellectuelle et les entrepreneurs dont, c’était détruire les bases du développement, au moment où la nation en avait tant besoin.

Alpha M Diallo a publié une partie de cet extrait sur sa page Facebook, le 21 avril 2016, générant plusieurs commentaires, dont celui de la part de Sidikiba Keita, fils de feu Keita Fodéba, créateur des Ballets qui ont porté son nom avant de devenir les Ballets africains de Guinée:

J’ai personnellement entendu le vieux Elhadj Sinkoun KABA rapportant cette scène à mon grand père qui était venu de Siguiri. Le comble est que le Général Noumandian entretenait un rapport filial avec Sekou TOURÉ, qui l’appelait «PAPA», et lui même appelait Sekou «Mon fils».Quelques décennies auparavant, sejournant à Banian (Faranah), il avait forcé l’inscription du jeune Sekou TOURÉ à l’ecole française, avec l’aide de Fodé MAREGA, le père du Dr MAREGA Bocar. Ce que ne raconte pas Porthos, c’est que suite à cette scène, le Général Noumandian s’était personnellement occupé de mettre «son fils» à l’abri en ville, chez la vieille Marie COHEN, une condisciple de Houphouët-Boigny. C’est depuis cette cachette qu’il fera son adresse au Peuple. Faut-il rappeler que le 2 Octobre 1970, Sekou TOURÉ annonçait l’imminence d’une agression impérialiste contre la Guinée. Malgré cela et très curieusement, au lieu de mettre les forces militaires en alerte, il sequestra l’arsenal militaire terrestre et aerien, et veilla à faire acheminer les prisonniers du PAIGC au camp Boiro, dans ce qui semblait une véritable mise à disposition, dont profita largement et clairement l’armada portugaise qui leva l’ancre aussitôt les prisonniers du PAIGC récupérés.

De mon coté, j’ai invité le frère Sidikiba Kaita à mettre ses souvenirs par écrit:

Quand vas-tu nous écrire un livre sur cette tragique page noire de notre histoire, frangin??? Tu es un témoins privilégié car tu étais assez grand pour te rappeler certains des faits qui se sont déroulés devant toi. Tu es une vraie encyclopédie de notre histoire. Je m’excuse de reprendre ce commentaire avant que FB ne le fasse disparaitre. Je vais l’incorporer dans un article, que je vais modifier ( déjà publié il y a 3 ans) sur mon blog konakryexpress reprenant le même passe du livre de Porthos. Merci

Boubacar Bah de puis Conakry: 

Éeee bro Sidiki non mais c’est inimaginable. Celui qui le met à l’école et celui qui a donné un coup de main, tous deux tué par leur protégé ! il y a quelque chose de maléfique dedans. Digne d’un roman d’horreurs avec ce tueur en série ayant le pouvoir entre ses mains. Et dire qu’il y a encore des négationnistes et certains qui tentent de justifier ses crimes horribles et peut-être même pour certains, rituels, le diable en personne.

Ce à quoi j’ai répondu:

A propos de négationnistes, tu ne peux imaginer les insultes que des jeunes qui n’ont rien connu de cette période me balancent, à mois, à mes parents et sur mon ethnie sur konakryexpress.org

Mamadou Lamarana Diallo, quant à lui, il a écrit:

Témoignage important et crédible. Vous êtes à féliciter pour cela, Mr KEITA:

J’ai ajouté comme:

Cette histoire me rappelle celle de Hailé Sélassié, victime de Menghistu, fils d’une esclave, qu’il avait élevé et protégé. Ce dernier le fit étouffer par un oreiller, en aout 1975. J’étais arrivé à Addis-Abéba depuis à peine deux mois!!!!

À propos konakryexpress

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

8 plusieurs commentaires

  1. Vous êtes un ancien fonctionnaire de l’ONU et donc votre idéologie votre mentalité est devenu depuis longtemps occidentale je m’excuse du terme. Je veux dire par là que les occidentaux ne diront jamais quelque chose de bien à sekou touré , parce que son refus de collaborer avec eux en votant “NON” en disant que les guinéens voulaient une liberté totale et non partielle a été perçu pour la France comme une défaite.
    Voilà pourquoi elle a tout fait pour déstabiliser sekou touré en l’occurrence le gouvernement guinéen de l’époque.<> disait un des éléments de Jacques focard qui œuvrait pour l’éliminer politiquement, économiquement et physiquement. Cette élimination était impossible sans la complicité de quelques Guinéen pro-francais( yavaient des malinkés , Peulh , sousssou…) et voilà pourquoi il a prit des mesures pour lutter contre l’impérialisme à nouveau .
    Vous n’êtes pas sans savoir QuIl ya eu plusieurs d’évaluation de la monnaies guinéenne causes les français et leurs complices déversaient des millions ou mm des milliards de faut billets pour déstabiliser l’économie. Quand l’économie est touché celà affecte directement le mode de vie de la population et elles risque de révoltée et haïr le président et ce celà l’objectif des blancs ternir l’image des gouvernants pour faire monter les opposants esclaves de l’idéologie blancs. Et cest ce que le feu sekou touré avait compris dés le début mais malheureusement il n’avait pas eu de soutient solide et ç pourquoi notre Guinee et notre Afrique est toujours en arrière.
    Et donc pour moi tout ce qu’il disent de sekou touré dictateur sanguinaire est fausse par contre ç vrai que ya eu quelques uns qui ont été tué sans raison mais pas comme ils le décrivent et puis celà est presque inévitable dans une république.

    • M. Diallo, je suis encore plus occidentalisé que vous le pensiez. Je me suis marié chez le Pape, au Vatican avec une blanche, comme vous diriez, en 1969. Et à vous dire la vérité, l’essentiel pour moi est qu’elle continue à me rendre heureux. Bien qu’actrice, peintre et prof, elle m’apporte encore aujourd’hui le café le matin au lit. Que quelqu’un de connu ou d’inconnu ait quelque chose à dire, je m’en fous.

      Pour revenir à notre sujet, je vous signalerai ce qui suit:

      1. C’est une erreur de penser que c’est AST seul qui est le père de l’indépendance guinéenne. Il fut le dernier à se prononcer pour le NON, bien que son parti était le plus suivi par les jeunes qui militaient pour l’indépendance. Il se prononça après les pressions des étudiants et la diaspora africaine à Paris.

      Lui-meme, il a reconnu que l’homme-clef de l’indépendance guinéenne a été Barry Diawadou. Mais d’autres leaders aussi ont joué un role important car si un seul d’entre eux avait fait une option différente, le pouvoir colonial aurait tout fait pour que le SI l’emporte, comme cela s’est passé au Niger où le parti SAWABA de Djibo Bakary avait invité à voter NON, mais où les colons avaient saboté son choix et forcé à l’exil.

      2. Ce que la Guinée a obtenu avec ce NON, les autres pays l’ont obtenu aussi, en 2 ou 3 ans. Mais, ils ont réussi à améliorer ensuite les conditions de vie de leurs populations.

      3. Quant à la Guinée par ses tueries, AST a réussi à transformer tout un pays en un goulag. A sa mort, un tiers de la population avait fui et vivait en exil dans les pays voisins.

      Pour votre information, voici comment l’unique hebdomadaire de Guinée pendant la dictature, Horoya, organe du PDG, a décrit le 3 avril 1984 (lorsque les militaires ont pris le pouvoir), le cauchemar vécu par les guinéens sous le tyran AST:

      « Pendant plus de deux décennies, le peuple de Guinée, labouré dans sa chair et son âme par des mains sanglantes, a connu le plus grand calvaire de son existence. Dans l’éclipse totale, il a marché en égrenant le chapelet de la faim, de la soif et de l’ignorance. Dépersonnalisé par une politique de chasse à l’homme, une politique d’individus tarés, avides de pouvoir personnel. Le peuple guinéen n’avait jamais goûté à un seul instant de bonheur… ».

  2. Je voudrais tout d’abord vous remercier pour cette page d’histoire meme si je trouve beaucoup plus d’information sans preuve. A votre place, j’aurais tranduit les faits sans passions ni haine afin que cela puisse profiter a l’unification de notre chere pays. Honorons nos martyr, c’est la seule voie vers le Salue car c’est ce qui permettra de nous developer lorsque les brave personne s’aurons qu’il seront honore a leur mort, ils se battrons pour faire plus de bien. Mao est une reference en Chine et pourtant il etait pres a faire sacrifie plus de 30 millions de chinois pour faire de la chine ce qu’elle est aujourd’hui( https://www.youtube.com/results?search_query=mao_une_histoire_Chinoise) ce lien est une preuve de mon affirmation que vous pouvez visionner sur Youtube.

    Vive la Guinee, que Dieu nous benisse et benisse notre cher pays la Guinee….Amen

    • Merci pour les compliments que vous m’adressez. Mais, si je comprends bien nous devrions etre reconnaissants à quelqu’un que vous ne nommez pas. Je voudrais savoir si les conditions de vie des citoyens de notre cher pays ont eu une amélioration quelconque et si des bases ont été bâties pour que cela change.

      Des affirmations sur ce qui s’est passé, ce n’est pas moi qui les fais. Je reprends ce que les victimes ont raconté après leur libération. Tout au plus, j’y ajoute une introduction, en me basant sur ma connaissance des faits. Si vous avez des informations qui contredisent ce que je publie, je vous invite à me les faire avoir pour que je les partage avec mes lecteurs. Pourvue que ce ne soit pas le fruit d’un repli identitaire qui fait que certains défendraient meme le diable s’ils étaient de la meme ethnie.

      Si vous trouvez que ce que je publie contient de la haine, là aussi je vous prie de me citer les parties qui vous poussent à dire cela. Si, je trouve que votre argumentation est justifiée, je ferai amende honorable.

  3. Après avoir lu les propos des uns et des autres, ma conscience patriotisme me frappe à réagir pour faire une analyse Constructive qui pourrait aider notre chère patrie à déposer des fleures significatives sur la tombe de nos martyrs.
    Le plus grand problème de la guinée à toujours été un problème de trahison. Les intellectuels guinéens ont toujours trahi la guinée à la veille de l’indépendance jusqu’à nos jours. Il est temps pour nous de retourner la page noir , la page douloureuse de notre commune histoire. Il est temps pour nos intellectuels d’oublier certaines parties complexes de notre passé afin d’écrire une nouvelle page pour donner plus de chance à la génération pré – indépendance. il est temps pour nos intellectuels de se mettre dans la peau de Martin Luther King de la restauration morale.
    Pourquoi créer une montagne de haine entre le peuple ? Ahmed Sékou Touré s’est totalement sacrifié pour instaurer notre indépendance. Quand sekou réclamait en toute énergie pour l’indépendance de son pays où étiez – vous Monsieur ? Quelle a été votre contribution positive pour cette lutte Monsieur ? Je n’aurais confiance à toute personne occidentalisé comme vous. Aurait été moi je publierai des propos pleins ds rentabilité pour ma chère patrie au lieu d’inciter à la haine.
    Si les afro américains se pensent aux situations désastreuses dans lesquelles leur ancêtres esclaves se trouvaient, ils tenteront de brûler la maison blanche, mais ils pensent bien que cette histoire un passé donc qu’il faut viser loin. Alors si vous vous donner ce devoir qui consiste à rendre triste et haineuse ces familles victimes. A ma façon de voir les choses je dirais que vous n’êtes pas encore prêt à aider ce pays.
    Moi je considère toutes ces victimes comme les martyrs sans distinction ethnique et religieuse. Ahmed Sékou Touré restera toujours notre père de l’indépendance.
    Que Dieu bénise la guinée!

  4. Cher lecteur/lectrice, votre vision est plus basée sur une conviction injustifiée et privée de toute base historique que sur une conniassance historique. Le drame de notre pays c’est que dès qu’on parle du tyran Sékou Touré, certains jeunes, heureusement minoritaires, se mettent à le défendre, sans prendre la peine de vérifier la validité de ce qu’ils affirment avec tant de conviction.

    À la veille de l’indépendance j’avais 17 ans. Malgré cet age précoce, j’avais déjà fait mon choix comme tant d’autres jeunes, pour AST. Par la suite, j’ai meme occupé des postes de responsabilités dans les sections de la JRDA dans les pays où j’ai vécu. Je n’ai découvert que plus tard la nature meurtrière de son régime. En vacance en 1964, j’ai été arreté le jour meme de mon arrivée, pour un simple controle d’identité devant mon habitation. J’ai failli finir au Camp Boiro, rien que pour cela. C’est à la porte du bureau d’enregistrement à l’intérieur du camp qu’on a pu me délivrer.

    Lorsqu’on traite de ses crimes, on ne cible aucune ethnie. Des membres de toutes les ethnies ont contribué à installer et à maintenir le régime d’AST. De meme toutes les ethnies ont été victimes de sa dictature. Ce n’est pas en essayant de masquer la réalité que l’on va soigner ces maux.
    Je suis sur que tous les guinéens ne veulent que la paix et la cohésion sociales pour leur pays. Mais pour cela il y a des préalables qui ne peuvent être ignorés. Nous devons nettoyer l’histoire de notre pays des mensonges qui l’ont souillée en nous penchant tous ensemble sur ce sombre passé.

    Savez-vous qu’il y a des familles qui ne savent toujours pas où sont enterrés les restes de leurs martyrs? Que des biens illégalement confisqués par la révolution ne sont toujours pas restitués à leurs légitimes propriétaires?

    Si vous étiez un membre de ces familles, dans ces conditions seriez-vous d’accord de tourner une page comme si rien ne s’était passé?
    Savez-vous que des pays, où des crimes ont été commis contre des innocents, ont réouvert les pages de leur passé pour réhabiliter les victimes innocentes et leur restituer leur dignité violée par des pouvoirs coupables, après plus de temps que celui qui nous sépare de la mort d’AST? Parmi ces pays, il y a le Canada, l’Australie, l’Ile Maurice, etc. Un peuple qui ne connait pas son passé est toujours exposé à répéter ses erreurs!

    Quand vous parlez de l’histoire des africains-américains, renseignez-vous bien. C’est du 24 septembre, l’ouverture du dernier hommage qui leur a été dédié, avec l’ouverture du Musée de l’histoire afro-américaine à Washington, symbole de la place centrale des Noirs aux Etats-Unis.

  5. je deviens de plus en plus désenchanté quand je vois des guinéens continuer à chanter la gloire de AST. Êtes vous dépourvus de raison? Ne réfléchissez vous pas? Voulez vous persistez dans votre orgueil alors que vos mains sont tachetées de sang. Des innocents oui de pauvres innocents ont été tués à tord et à travers. Des waliyou et fils de waliyou ont peris dans le fameux camp boiro. Pensez vous que Dieux dort ? Vous ressemblez aux peuples de Noé ou encore aux Tamud qui ont transgressé dans le passé et furent anéantis sans trace. Qu’attendez vous donc pour demander pardon à votre seigneur. Accourez vite dans les mosquées et églises au dernier tiers de la nuit repentez vous devant votre seigneur et revenez à Lui d’un repentir sincère, avant que la foudre ne vous emporte. Putain vous y êtes encore? Grouillez vite!

    • Merci pour ce commentaire clairvoyant, M. Le Désenchanté. Le plus triste, c’est que cette minorité qui étale son ignorance de l’horreur que notre peuple a subi, a tendance à attribuer ma dénonciation à mon appartenance ethnique. Ils pensent que je prends mes positions parce que je suis peul et que le régime dictatorial a sévi contre uniquement contre les peuls alors qu’il l’a fait contre toutes les ethnies et toutes les régions. Des cadres de toutes les régions ont contribué à fabriquer cette machine à tuer d’AST que fut son parti.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

consectetur ut Praesent dolor odio Lorem ut id
Distributed by Agence web kindy