Accueil » Droits de l'Homme » Le tragique destin de l’athlète olympique somalienne Samia Yusuf Omar, conté dans une BD en macédonien

Le tragique destin de l’athlète olympique somalienne Samia Yusuf Omar, conté dans une BD en macédonien

Extraits promotionnels. De gauche à droite : "Hé toi, ne bouge pas!", "Tout va bien, je ne cours pas!" Avec l'aimable autorisation de Comics Bookshop Bunker.

Extraits promotionnels. De gauche à droite : “Hé toi, ne bouge pas!”, “Tout va bien, je ne cours pas!” Avec l’aimable autorisation de Comics Bookshop Bunker.

Le 4 décembre à Skopje, l’éditeur indépendant Comics Bookshop Bunker a fait la promotion d’un roman graphique inhabituel : une biographie de la coureuse olympique somalienne Samia Yusuf Omar fr], qui a péri en essayant de traverser la mer Méditerranée en tant que réfugiée en 2012. L’édition de bandes dessinées est une rareté en Macédoine, tout comme la publication de livres faisant la promotion de l’empathie pour les migrants.

Touché par l’histoire de Samia Yusuf Omar, l’auteur et journaliste allemand en bandes dessinées Reinhard Kleist a publié en 2015 le roman graphique biographique Un rêve olympique – L’histoire de Samia Yusuf Omar [fr]. Depuis, l’histoire a été traduite en anglais, français, arabe et slovène.

Jovan Bitoljanu. Avec l'aimable autorisation de Comics Bookshop Bunker.

Jovan Bitoljanu. Photo courtoisie de Comics Bookshop Bunker, utilisée avec permission.

En ma qualité d’éditeur de Global Voices pour l’Europe centrale et orientale, j’ai parlé avec Jovan Bitoljanu, copropriétaire de Bunker Comics Bookshop, de son expérience de la publication des traductions en macédonien et en albanais.

Filip Stojanovski (FS) : Qu’est-ce qui vous a inspiré pour publier le roman graphique “Un rêve olympique”?

Јован Битољану (ЈБ): Во 2011 ја отворивме книжарницата која е посветена специјално на стрипот. По 6 години ни се наметна следниот логичен чекор, создавање на сопствена стрип-продукција.

Кога се договаравме за првенчето (и воопшто, каква линија би сакале да пратиме како издавач) издвоивме неколку работи кои ни се многу важни: создавање на понуда на стрипови на наш јазик, таа во моментов воопшто не постои или постои во многу мал обем, потоа, разбивање на стереотипот за стрипот како средство за евтина разонода, и поттикнување на читателите на поактивен социјален ангажман, преку избор на социјално-општествени теми со силна хумана порака.

Мислам дека Олимписки сон ги исполнува сите критериуми, и лесно влага во тоа што сакаме да го работиме како издавачка куќа.

Jovan Bitoljanu (JB) : En 2011, nous avons ouvert une librairie dédiée à la bande dessinée. Après six ans, nous avons fait le second pas logique en lançant notre propre production.

Lorsque nous avons discuté de notre premier-né (et de notre politique de publication en général), nous avons souligné plusieurs choses qui sont très importantes pour nous : créer dans notre langue une offre de bandes dessinées, pour l’instant inexistante ou minuscule ; puis, combattre le stéréotype selon lequel les bandes dessinées ne sont qu’un simple passe-temps bon marché ; et inspirer nos lecteurs à s’impliquer plus activement dans la société, par le choix de thèmes avec des messages humains forts.

Je pense que “Un rêve olympique” remplit tous ces critères et s’intègre facilement dans notre vision en tant que maison d’édition.

FS : Était-ce difficile ou facile à accomplir ?

ЈБ: Почетокот секогаш е тежок. За правата се договоривме многу брзо, иако мислевме дека работата може да запне. Но, луѓето беа многу љубезни и спремни за помош, се работи за една од водечките издавачки куќи во Германија со преку 60 годишно искуство, беа воодушевени од иновативноста на идејата.

Самата техничка изведба ни одзема многу време, затоа што сакавме да се увериме дека нема да направиме некоја кардинална почетна грешка. Сигурно го прочитавме стрипот повеќе од сто пати и веројатно пак ни се протнала некоја грешка. Тоа се некои детски болести кои очигледно мораме да ги прележиме на почетокот.

Од пресудно значење беше поддршката од Македонскиот Олимписки Комитет. Во таа насока би сакале да апелираме до сите кои можат да го поддржат стрипот и ширењето на стрип-културата кај нас. Ако постои добра волја, секогаш може да се најде решение.

На крај, морам да кажам дека сме задоволни од тоа како искочи изданието. Имавме прилика да видиме некои други изданија од овој графички роман и без лажна скромност можеме да кажеме дека нашето е барем на исто ниво со нив.

JB: Un début est toujours dur. Nous pensions que nous aurions des difficultés à régler le droit d’auteur, mais cela a été étonnamment facile. Les représentants du détenteur des droits d’auteur, une importante maison d’édition allemande avec plus de 60 ans d’expérience, ont été ravis de l’idée et se sont montrés très gentils et désireux d’aider.

La préparation technique a pris beaucoup de temps, car nous voulions nous assurer de ne pas commettre des erreurs sérieuses de débutants. Nous avons dû lire les bandes dessinées plus d’une centaine de fois, et il est toujours possible que nous ayons manqué quelque chose. Mais ce sont-là des douleurs croissantes que nous devons endurer au début.

Le soutien du Comité Olympique macédonien a été crucial. À cet égard, nous aimerions faire appel à tous ceux qui peuvent soutenir le milieu de la bande dessinée et la propagation de la culture de la bande dessinée en Macédoine. Là où il y a de la bonne volonté, des solutions peuvent être trouvées.

Enfin, je dois dire que nous sommes satisfaits de la façon dont le parcours pour la publication s’est terminée. On pourrait le comparer avec d’autres éditions du même roman graphique et sans fausse modestie on peut dire que la nôtre est au moins au même niveau.

Au cours des dernières années, les populistes de droite ont visé les citoyens de la Macédoine à travers une propagande destinée à diaboliser les réfugiés qui traversent le pays le long de la route des Balkans [fr]. Dans les mois qui ont précédé les élections d’octobre 2017, l’intensité de cette campagne xénophobe et islamophobe a augmenté, mais elle n’a pas réussi à atteindre des niveaux élevés de mobilisation politique. Cependant, ces efforts soutenus semblent avoir accru les tensions ethniques et religieuses entre les populations locales. Un livre faisant la promotion de l’empathie pour les réfugiés africains pourrait être considéré comme un défi direct pour ces récits.

FS : Comment le roman graphique a-t-il été accueilli jusqu’à présent ? La campagne anti-réfugiés ou d’autres facteurs xénophobes l’ont-ils affecté ?

ЈБ: Живееме во немирни времиња во кои, за жал, дневно-политичките настани го диктираат расположението. А на нас воопшто не ни паѓа на памет да се занимаваме професионално со политика. Ние само сакаме да издаваме стрипови.

Меѓутоа имаме стрип кој се занимава со судбината на бегалците, па уште го печатиме на македонски и на албански јазик, некој неминовно ќе сака да не вовлече во машината.

Особено на овие простори со сите конфликти и поделби, лесно е да се разгоруваат нетрпеливости и да се пронаоѓаат мани. Наместо таквиот пристап кој очигледно не функционира, ние мислиме дека е време да се обидеме да пронаѓаме поврзувачки елементи меѓу нас, а љубовта кон стриповите би можела да биде токму таков, поврзувачки елемент меѓу луѓето.

JB: Nous vivons dans une époque turbulente où les événements politiques quotidiens affectent l’humeur de beaucoup de personnes. Et nous n’avons pas l’intention d’entrer dans l’engagement professionnel en politique. Nous voulons juste publier des bandes dessinées.

Cependant, nous avons ici une bande dessinée traitant du sort des réfugiés et, en plus, nous l’avons imprimée en macédonien et en albanais. Il est inévitable que certaines personnes essaient de nous entraîner dans la polémique.

En particulier dans cette région, avec tous les conflits et divisions, il est facile d’attiser les tensions et de trouver des failles. Cette approche ne fonctionne manifestement pas, alors au lieu de cela, nous pensons qu’il est temps de trouver les éléments communs qui nous lient, et l’amour pour les bandes dessinées peut être un tel facteur de connexion entre les gens.

Les éditions en macédonien et albanais de “Un rêve olympique” de Reinhard Kleist. Avec l’aimable autorisation de Comics Bookshop Bunker.

Certains commentaires négatifs des nationalistes, qui pensent que le macédonien devrait être la seule langue officielle en Macédoine, incluent des accusations stéréotypées selon lesquelles la publication d’un livre en albanais contribue à ce qu’ils appellent le “démembrement” du pays.

ЈБ: За среќа, негативните реакции не преовладуваат, воглавно се работи за изолирани случаи и многу не радува што луѓето избраа да и посветат внимание на приказната на Самија, а не на некои други, тотално небитни, работи. Нејзината приказна (како и многу други) е премногу драгоцена за да се пребројуваме според крвните зрнца.

Од друга страна, нашето искуство покажува дека ако се свртиме едни кон други и работиме заедно, можеме да постигнеме фантастични резултати. И повторно, придобивките од заедничката работа далеку ги надминуваат поделеностите.

На пр. нас ни доаѓаат љубители на стрипот од Косово кои купуваат стрипови на српски или хрватски јазик, или доколку овој стрип не беше печатен и на албански, на пример, малопродажната цена на македонското издание ќе беше многу повисока, поради помалиот вкупен тираж итн.

Упатени сме едни на други, да работиме кон синергија и ширење на некои поинакви вредности. Затоа ни е важно што приемот на стрипот до сега е навистина одличен, и се надеваме дека и продажбата ќе го прати тој тренд.

JB : Heureusement, nous avons reçu beaucoup moins de réactions négatives que positives. Ce sont pour la plupart des cas isolés et nous sommes heureux que les gens aient choisi de concentrer leur attention sur l’histoire de Samia, plutôt que sur d’autres problèmes totalement non pertinents. Son histoire (comme beaucoup d’autres) est trop précieuse par rapport au “comptage des cellules sanguines” [expression idiomatique décrivant le penchant des nationalistes balkaniques pour une analyse biaisée des origines ethniques ou raciales].

D’autre part, notre expérience a montré que si nous nous tournons les uns vers les autres et travaillons ensemble, nous pouvons obtenir des résultats fantastiques. Et encore une fois, ces avantages du travail conjoint dépassent de loin les divisions.

Par exemple, les fans de bandes dessinées du Kosovo viennent souvent à notre magasin pour acheter des bandes dessinées publiées en serbe ou en croate. L’impression de nos bandes dessinées en albanais a contribué à abaisser le prix du marché pour les deux clientèles, en raison de l’augmentation du volume général des ventes.

Nous sommes liés les uns aux autres, pour travailler à la synergie et à la diffusion des différentes valeurs. Il est donc important pour nous que la réception et les critiques du roman graphique aient été excellentes jusqu’ici, et nous espérons que les ventes suivront dans la même tendance.

Billet écrit originalement par Filip Stojanovsk, weberdevelopper et réviseur des billets de globalvoices.org pour l’Europe centrale et orientale. La traduction en français, faite par moi a été publié le 26 décembre 2017.

À propos konakryexpress

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie. Elle est vieille de bientôt 4 ans, mais entretemps il n'y a pas eu beaucoup de changement: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Distributed by name369.com