Accueil » Camp Boiro » Trente minutes après le meurtre d’Amilcar Cabral à Conakry le 20 janvier 1973, Sékou Touré recevait ses assassins

Trente minutes après le meurtre d’Amilcar Cabral à Conakry le 20 janvier 1973, Sékou Touré recevait ses assassins

Ce billet est extrait du 7ème chapitre d’une lettre que le Prof. Charles Diané a adressée au President français François Mitterand au moment où celui-ci s’apprêtait à recevoir Sékou Touré à Paris en septembre 1982. Le titre complet est Sékou Touré, l’homme et son régime. Lettre ouverte au Président Mitterand. Paris : Editions Berger-Levrault. 1982, 106 pages. 

Dans cette partie, le Prof. Diané nous dévoile comment le tyran guinéen cherchait à mettre sous sa botte le Parti Africain pour l’Indépendance de la Guinée et du Cap Vert (PAIGC) dirigé par Amilcar Cabral et les tensions que ces tentatives avaient fini par créer entre les deux hommes. Il nous décrit aussi la duplicité du tyran dans la libération des prisonniers portugais, détenus par le PAIGC à Mamou. Sékou Touré les avait fait transférer de Mamou à Conakry sans le consentement de Cabral, juste quelques jours après la fameuse attaque du 22 novembre 1970 et la libération des autres prisonniers du Camp Boiro. 

Le Professeur Charles Diané était un chirurgien Guinéen qui a servi en France, au Libéria, au Gabon et en Guinée et même en Guinée. Il est l’auteur de “Feanf et les Grandes Heures du Mouvement Syndical”. 

Monsieur le Président, vous me permettrez de vous rappeler un souvenir douloureux, mais c’est pour mieux cerner le “nationalisme” de Sékou Touré.

Le 20 janvier 1973, Amilcar Cabral a été assassiné à Conakry même. C’était le Secrétaire Général et fondateur du PAIGC (Parti Africain pour l’Indépendance de la Guinée et du Cap Vert). A la date du 22 janvier 1973, dans La Paille et le Grain vous écriviez :

« Cabral, à son tour. J’apprends sa mort. Sékou Touré accuse le Portugal. Caetano s’en défend. Je n’ai pas d’éléments pour juger. »

Amilcar Cabral était votre ami. Il avait eu l’occasion, en Guinée même, de vous “confier ses luttes, ses espoirs”. Il avait engagé la lutte de libération de son pays et son mouvement; il contrôlait les deux-tiers du territoire de la Guinée Bissau. Comme vous le dites justement “le mouvement de libération disposait d’écoles de brousse, d’hôpitaux de campagne et de structures administratives”.

Comme vous même, Monsieur le Président, l’Assassinat d’Amilcar Cabral en plein Conakry, dans les conditions troubles que l’on sait, ont laissé plus d’un observateur sceptique.

Je vais vous apporter des éléments, dont certains vous sont connus, pour vous dire que de Caetano et de Sékou Touré, le plus coupable n’est pas celui que l’on a cru. La PIDE a été accusée à tort. Amilcar Cabral, que j’ai eu l’honneur de connaître, était un grand intellectuel. Vous avez écrit que le Portugal a perdu en lui “l’adversaire le plus sensible, le mieux formé à ses valeurs”.

C’était un nationaliste vrai, un combattant de la liberté, les armes à la main; à qui son courage, son autorité, sa rigueur intellectuelle et sa culture avaient conféré un grand rayonnement et une très grande notoriété en Afrique et une envergure internationale.

C’était là une première tare aux yeux de Sékou Touré, qui n’a jamais ni tiré un coup de feu ni armé qui que ce soit, pour ce faire, contre quelque colonialisme que ce soit. Vous êtes mieux placé que moi pour savoir qu’il s’accommodait fort bien du colonialisme français.

Amilcar Cabral était ingénieur agronome. C’était là, je l’ai suffisamment montré, une autre tare aux yeux du dictateur de Conakry.

Amilcar Cabral avait autant de charisme mais beaucoup plus de relations et surtout de crédibilité que Sékou Touré.

Sékou Touré, certes, par la force des événements, a donné asile au PAIGC dès 1958. Quand les autres pays limitrophes sont devenus indépendants, Sékou Touré apparaissait déjà comme le “tuteur” du PAIGC et la Guinée comme la base des combattants de la liberté de la Guinée Bissau. Personne n’attribuera en cela un mérite particulier à Sékou Touré. D’autres l’ont fait, la Tunisie et le Maroc pour l’Algérie, le Zaïre et le Congo pour l’Angola, le Gabon pour Sao Tomé et Principe, la Zambie pour le Mozambique, le Mozambique pour le Zimbabwe, l’Angola aujourd’hui pour la Namibie; pour ne citer que quelques exemples en Afrique.

Aussi, Sékou Touré avait-il consenti à Cabral toutes les facilités pour l’aider dans sa lutte: détaxes de toute sorte, fréquence spéciale pour ses émissions à la radio nationale guinéenne, avantages diplomatiques et surtout deux camps militaires à Conakry réservés aux combattants du PAIGC.

Mais tout cela n’allait pas sans conflits. Sékou Touré recevait et gérait pratiquement tous les fonds envoyés de l’extérieur pour le PAIGC. Il contrôlait leurs mouvements et tentait de contrecarrer les relations qui ne lui plaisaient pas.

Ces conflits étaient de notoriété publique en Guinée. Ainsi, nul n’ignorait que Sékou Touré détournait, au bénéfice de ses milices, armes et munitions pour la défense de son pouvoir. Parfois, il s’appuyait directement sur certaines fractions des forces PAIGC stationnées à Conakry pour sa police intérieure et la répression.

Ainsi, tout opposait ces deux hommes sauf la géographie qui allait paradoxalement devenir la plus grande pomme de discorde.

Les deux Guinée Occidentales ont des problèmes de frontière que le PAIGC, alors engagé dans sa lutte de libération n’a pas voulu agiter lorsqu’en 1964 Sékou Touré publia un décret reprenant un accord passé en 1960 entre la France et le Portugal, et fixant unilatéralement les frontières maritimes des deux pays. Ce conflit éclata au grand jour en 1980 lorsque Sékou Touré accorda à la Compagnie pétrolière américaine Union Texas des droits de prospection en mer, précisément dans cette zone frontalière litigieuse. On se souvient de la déclaration sèche du Conseil Supérieur du PAIGC, publiée à Praia le 14 août 1980 et dans laquelle il est dit clairement que “toute initiative unilatérale allant dans le sens de l’exploitation des ressources naturelles des zones en litige est illégale et ne peut qu’envenimer et aggraver les relations entre les deux pays”. C’est dire à quel point ces relations étaient déjà tendues.

En plus des zones maritimes, la région frontalière sud de la Guinée-Bissau a toujours fait l’objet de convoitise de la part de Sékou Touré à cause de la bauxite déjà largement exploitée par les multi-nationales en Guinée.

Tout cela explique les appréhensions d’Amilcar Cabral qui ne manquait pas de s’en ouvrir à ses intimes. Sékou Touré avait ses hommes au sein du PAIGC qui attisaient les moindres contradictions, y compris les oppositions entre Cap-Verdiens et Guinéens, métis et noirs.

Bruno Crimi rapporte, dans le Continent du 26 mai 1981, ses dernières conversations avec Cabral, deux semaines avant son assassinat:

« Amilcar m’avait fait part de ses soucis. Son parti, disait-il, était secoué par de profondes divisions. Le conflit toujours latent entre Cap-Verdiens et Guinéens était devenu très aigu.
Nous aurons un jour l’indépendance. C’est sûr. Mais aujourd’hui, je ne peux pas dire que la Guinée et le Cap Vert resteront unis… Je ne sais pas non plus si je serai encore là pour assister à la proclamation de l’indépendance de mon pays. »

Quelles prophéties ! Oui Cabral fut tué quinze jours plus tard.

Aujourd’hui, Guinéens et Cap Verdiens sont séparés par quelque chose qu’Amilcar craignait le plus, le coup d’état militaire. L’on sait avec quelle précipitation et quels délices Sékou Touré s’est jeté dans les bras des militaires de Bissau, sacrifiant par là même le frère d’Amilcar, Luis Cabral, qui n’avait jamais pardonné à Sékou Touré le meurtre de son frère. Parce que Luis Cabral savait. Il savait que, depuis 1970, son frère s’était confié à des ministres de Sékou Touré sur la trahison de ce dernier. C’était avant le débarquement de novembre 1970.

Il savait que, contrairement à ce que les services de propagande de Conakry et les différents bureaux du PAIG affirmaient, Amilcar Cabral avait été tué par des éléments guinéens du PAIGC, appuyés par le stratège de Conakry lui-même.

Il savait que la fameuse police politique portugaise, la PIDE, n’était en rien mêlée à cet assassinat.

Il était au courant du conflit aigu qui avait opposé Amilcar à Sékou Touré avant le fameux débarquement du 22 novembre 1970, qui fut la meilleure aubaine pour la remise en selle du régime de Conakry.

Les Portugais avaient en effet tenté sans succès de faire un échange de prisonniers avec le PAIGC, qui détenait dix-huit prisonniers, dont le fils du richissime Maire de Lisbonne, pilote d’hélicoptère, tombé entre les mains des forces de libération de Cabral. Ce dernier était prêt à miser au maximum pour récupérer son fils. Après le refus catégorique de Cabral, il mit Sékou Touré dans son jeu en y mettant le prix. Toute la classe politique guinéenne sait que le Ministre de l’Armée, Diané Lansana, a été chargé par Sékou Touré de prendre contact avec Amilcar Cabral pour l’amener à accepter l’échange de ce fils à papa.

Prisonniers de guerre portugais du PAIGC, détenus d’abord à Manou, puis transférés à Conakry par Sékou Touré, contre l’avis d’Amilcar Cabral

Devant l’intransigeance de Cabral, l’opération du 22 novembre vint à point, financée en partie par la PIDE et le Maire de Lisbonne.

On sait aujourd’hui que Sékou Touré était informé de l’opération “Enlèvement des prisonniers”. Il ne savait cependant pas, peut-être, qu’elle serait combinée avec celle de la tentative du renversement de son régime. Des faits précis étayent cette affirmation .

Au début de l’année 1970, Sékou Touré avait décidé d’éliminer près de six cent cadres nationaux. Le congrès de son Parti, réuni en janvier 1970, avait pour thème l’épuration du Parti et de l’Etat. Pendant six mois, ce thème sera diffusé à travers tout le pays.

En juin 1970, Sékou Touré réquisitionne toute la toile bleue venue de Chine pour en faire des tenues de prisonniers. C’est cette toile qui servira effectivement au Camp Boiro et dans les différentes geôles du pays.

En juillet 1970, il commande mille menottes au directeur d’Unicomer M. Boris, qui sera arrêté par la suite.

Une édition du journal Le Monde de mai 1970 relate que Sékou Touré s’apprêtait à effectuer une épuration d’une ampleur sans précédent dans son pays.

Sékou Touré savait tout le bénéfice qu’il tirerait d’une opération portugaise pour “épurer” son parti, son état et asseoir dans la terreur un régime enfin élagué et “radicalisé”.

Prévenu vaguement de l’opération début novembre, il décide de transférer les prisonniers portugais. Jusque là, ces derniers étaient détenus à Mamou, sous la surveillance de Habas Diallo, à 350 kilomètres de la capitale.

Le PAIGC, contre l’avis de qui le transfert est décidé à Conakry, demande au moins leur garde dans l’un des camps de la capitale. Sékou Touré refuse. Il les met dans une villa privée, celle de M. Fodé Mangaba Camara, à un kilomètre de la plage. Sur l’insistance du PAIGC, il fait la concession de les laisser garder par seize soldats du PAIGC.

Ce transfert a été effectué le mercredi 9 novembre 1970. Les commandos portugais qui en furent informés, n’auront aucune peine à massacrer les seize malheureux gardes et libérer leurs compatriotes dans la nuit du 21 novembre.

Sékou Touré, qui ne s’attendait pas à une opération combinée visant aussi son régime prend peur, et se réfugie hors de son palais, chez une amie. Pour ce déplacement, il est déguisé en femme par celui-là même qui a pris en main la riposte, qui sera arrêté quelques mois après, le ministre Alassane Diop. Il ne sera relâché qu’après huit ans de détention.

Lire la version, plus fiable, par Alpha Abdoulaye Portos Diallo sur l’évacuation secrète de Sékou Touré cette nuit-là.
— T.S. Bah

Le régime est une fois encore sauvé. Dans son cerveau machiavélique, Sékou Touré prépare la riposte … contre le peuple de Guinée.

Il met en oeuvre la résolution qu’il avait fait adopter par le congrès de son parti en janvier 1970, l’épuration du Parti et l’Etat. Il ressort sa liste de six cents cadres à liquider, les mille menottes et déclenche la répression par une machine mise en place depuis plus d’un an. Six mois plus tard ce sont près de 30.000 Guinéens, hommes, femmes et enfants de toutes conditions qui se retrouvent dans les prisons.

Monsieur le Président,
Dans les enquêtes de ce genre, on demande à qui profite le crime. L’amoncellement des faits désigne l’homme à qui l’assassinat de Cabral a profité. D’ailleurs, d’autres faits ne laissent aucun doute sur l’identité du commanditaire de l’odieuse opération.

On sait à Conakry que trente minutes après leur forfait les cinq assassins ont été reçus au palais de Sékou Touré qui les attendait seul dans son bureau.

Les meurtriers auraient donné comme seule raison de leur forfait le fait que le gouvernement, mis en place par Cabral, ne comportait que des Cap-Verdiens, pas de Guinéens.

L’enlèvement simultané d’Aristides Pereira, le numéro deux du PAIGC, n’aura été qu’une diversion. Après l’assassinat, Sékou Touré a refusé catégoriquement, dans un premier temps, de livrer les coupables au PAIGC, qui se proposait de les juger lui-même. Ils ont été mis sous protection dans le fameux Camp Boiro après un semblant de procès radiophonique dont Sékou Touré a le secret.

Au dire de nombreux compagnons de détention, aujourd’hui libérés, les meurtriers d’Amilcar Cabral protestaient quotidiennement de leur détention par Sékou Touré, qui les avait engagés à commettre leur forfait.

Deux officier guinéens, arrêtés en même temps que l’ancien Secrétaire Général de l’OUA, Diallo Telli, ont déclaré avoir participé à cet assassinat, sur les instructions du “Guide Suprême”.

Selon de nombreux anciens détenus, le capitaine Lamine Kouyaté, ancien garde de corps de Sékou Touré, a en effet déclaré, au sixième jour de diète, quelques jours avant sa mort, qu’il a participé à l’assassinat de Cabral à la demande de Sékou Touré. Le commadant Ibrahima Sylla, ancien chef d’état-major de l’armée de l’air de Sékou Touré a fait le même aveu. C’est ce qui aurait précipité son assassinat par diète noire un mois aprè son arrestation.

Monsieur le Président,
Ce sont là les motifs et les faits que j’apporte au dossier de ce crime contre l’Afrique et l’humanité. L’évolution de la situation dans la sous-région ne fait que corroborer
l’accusation. Après une succession de conflits de tous ordres, Luis Cabral a été écarté le 14 novembre 1980 par le Commandant Nino Vieira, que Sékou Touré a accueilli à bras ouverts.

Conakry vient encore d’envoyer des “coopérants” à Bissao. Nous savons que cette coopération est fortement entachée par l’ambition dominatrice de Sékou Touré, qui s’est toujours posé en champion d’un confédéralisme à sa dévotion.

Les métis et leur Cap-Vert sont écartés. Les conflits sont enterrés. Pourvu que notre renard n’attende pas trop longtemps le fromage du corbeau de Bissau.
Il serait capable d’ingérence surtout que de gros intérêts économiques (bauxite et pétrole) semblent sous-tendre son ambition annexionniste.

À propos konakryexpress

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

accumsan ante. neque. dapibus nec quis,
Distributed by Agence web kindy