Accueil » Camp Boiro » Devoir de mémoire – Il y a 47 ans, le 25 Janvier 1971
Le 25 janvier 1971, quatre vingt un (81) Guinéens ont été tués par pendaison sur toute l'étendue du territoire national. Video téléchargée sur Youtube par Balde Nouhou
Le 25 janvier 1971, quatre vingt un (81) Guinéens ont été tués par pendaison sur toute l'étendue du territoire national. Video téléchargée sur Youtube par Balde Nouhou

Devoir de mémoire – Il y a 47 ans, le 25 Janvier 1971

Comme chaque année l’Association des victimes du Camp Boiro, les démocrates et leurs amis  commémorent la mémoire des pendus du 25 janvier 1971, Malheureusement, les mensonges des régimes qui se sont succédés en Guinée ont eu l’effet de faire croire que les massacres commis sous la première république ne concernaient que des opposants au pouvoir d’alors, des traitres ou que c’était un problème d’ethnie.
 
Ces pendaisons dans tout le pays prouvent bien le contraire. Jeunes, apprenez à mieux connaitre ce qui s’est passé dans notre pays sous la dictature.
 
Les difficultés que vous connaissez encore aujourd’hui proviennent du mauvais départ enregistré depuis lors, avec l’élimination de nos cadres, entrepreneurs, artisans et autres. Si vous entendez dire que ce régime avait construit des usines et laissé des infrastructures, ne le croyez pas. Il n’a laissé que des larmes et des deuils.
 
Après sa chute, pour payer la facture dans un restaurant mauritanien, l’ancien ministre des TP, Bah Ousmane, un cousin, qui m’avait invité avec ma famille, avait un sac à dos plein d’argent. A la fin du repas, il a versé l’argent sur la table. Le garçon est venu avec une bassine. Il l’a pris sans compter. Pour aller de Conakry à Pita, il fallait deux jours tellement la route était mauvaise.
 
Tant que les régimes tenteront de faire passer Sékou Touré comme un héros ou l’unique père de l’indépendance de notre pays, ils trompent notre peuple. Tant qu’il n’y aura aucune tentative de retrouver les fosses communes dans lesquelles gisent des dizaines de milliers de guinéens, nous ne lirons pas la même page de notre histoire commune.
 
Ces dizaines de milliers de victimes doivent être réhabilitées, leur honneur restauré et les biens illégalement confisqués, restitués.

Déclaration de l’Association des victimes du Camp Boiro

Il y a 47 ans, le 25 Janvier 1971, notre pays fut le théâtre d’exécutions macabres sur toute l’étendue du territoire. Conscients des effets dévastateurs que ces assassinats et ceux de la chaine du gouvernement par complot du PDG ont sur l’histoire de notre nation, les membres et sympathisants de l’Association des victimes du Camp Boiro (AVCB) invitent la nation à se remémorer de cette page sombre de notre histoire.

Suite à l’attaque du 22 Novembre 1970 par des troupes coloniales portugaises pour libérer des prisonniers détenus par le PAIGC, une commission d’enquêtes dirigée par Mr. Alhassane Diop, alors ministre des Postes et Télécommunications, fut mise en place. La commission conclut que l’attaque avait utilisé la couverture d’opposants guinéens exilés. Mais qu’il n’y avait pas eu de complicités internes. Sékou Touré en personne avait annoncé que la Guinée était attaquée par des troupes colonialistes. Il avait demandé l’intervention des casques bleus de l’ONU. De sérieuses présomptions montrent que Sékou Touré était au courant de l’attaque. En effet, peu de jours avant le débarquement, les prisonniers détenus par le PAIGC avaient été transférés des prisons de l’intérieur du pays à Conakry, pour être plus accessibles à une attaque venant de la mer. Ce transfert avait été fait sans consultation du leader PAIGC de l’époque, Amilcar Cabral qui était absent de Conakry. Certains prisonniers étaient à l’hôpital Donka. Il est utile de rappeler que les troupes portugaises étaient au courant de leur localisation précise et les récupéreront sans difficultés.  

Les forces de sécurité guinéennes avaient été mises en déroute par les assaillants. En effet, suite aux purges sanglantes de 1969 notamment, l’armée guinéenne était quasi-inopérante. La milice nationale que le PDG avait mise en place pour contrer l’armée, n’avait aucune formation militaire sérieuse. Elle était surtout spécialisée dans la délation, la prévarication et les provocations. Mais l’annonce d’une attaque étrangère avait indigné les guinéens. Les populations et plusieurs cadres du gouvernement se levèrent pour défendre leur pays malgré l’impopularité du régime. Parmi eux, on peut citer Barry III et Alhassane Diop qui organisèrent tant bien que mal la riposte.

Le conseil de sécurité de l’ONU tint une session extraordinaire pour condamner l’attaque portugaise. L’OUA, avec à sa tête Diallo Telli, fit de même. Une fois assuré du soutien international, Sékou Touré changea le ton. Il déclara le 8 Décembre 1970 que des réseaux de complicité existaient à l’intérieur du pays. La commission d’enquêtes dirigée par Alhassane Diop fut dissoute. Alassane Diop est sommé d’aller se reposer en Bulgarie. Sékou Touré nomme une deuxième commission d’enquêtes dirigée par son demi-frère, Ismaël Touré. Au bout de 24 heures, Ismaël conclut que l’attaque avait bénéficié de complicités à tous les niveaux de l’administration du parti et de l’Etat. Il accusa Alhassane Diop lui-même d’en faire partie en dépit des nombreux témoignages indiquant que ce dernier avait placé des miliciens sur différents endroits clés de Conakry pour faire face aux envahisseurs. Alhassane Diop sera arrêté et fera des aveux sous la torture. Il ne sera libéré que dix ans plus tard, grâce à l’intervention du président sénégalais, Léopold Sédar Senghor à la condition qu’il garde le silence sur les événements dont il fut un témoin clé.

Ainsi se poursuivra l’exécution d’un plan prémédité d’arrestations massives, de parodies de justice et d’exécutions sommaires en violation des règles les plus primaires de droit et d’humanisme. La prétendue « instruction judiciaire » des dossiers sur des accusations de graves crimes de complicité de guerre ne dura que 58 jours. Elle consista à des « aveux » arrachés par les tortures et la famine. En même temps, le PDG engagea des campagnes contre les personnes arrêtées avec des slogans de « traitres », de « mercenaires », « d’apatrides ». Les campagnes étaient relayées jour et nuit par l’unique radio du parti. L’appareil judiciaire – avec toutes ses règles – fut mis à l’écart des enquêtes et de l’instruction. Les instances du parti furent érigées en « tribunaux populaires ». Elles encouragèrent la délation et des règlements de compte anonymes.  Les accusés étaient jugés en leur absence dans tout le pays – sans égard de lieux des prétendus crimes – par des acclamations publiques des foules chauffées à blanc par les incessantes et hystériques campagnes médiatiques.

Le 25 Janvier 1971, des cadres connus pour leur probité morale et politique furent pendus à Conakry en plein centre-ville : Barry III, Baldet Ousmane, Magassouba Moriba et Keita Kara de Soufiana. Chacune des trente régions de la nation reçut un lot de deux personnes à pendre. L’identité de certaines de ces victimes reste encore inconnue. Le PDG déchaîna des instincts de barbarie jusque-là inimaginables dans nos sociétés. Les foules furent incitées à mutiler les corps des victimes, dans une atmosphère d’hystérie dénuée des formes élémentaires de décence morale et accompagnée de chansons improvisées. Les familles ne seront jamais notifiées des lieux d’enterrement des victimes. Elles furent soumises à des menaces et à des chantages au silence. Leurs biens furent volés par les dignitaires du parti. Certains de ces biens n’ont toujours pas été restitués à leurs légitimes ayant-droits.

Suite aux exécutions du 25 Janvier 1971, le régime marqua une pause de quelques mois avant d’engager d’autres purges qui culmineront le 18 Octobre 1971 et verront l’extermination de l’élite guinéenne et la soumission des populations à une psychose de peurs et de tourmentes.  

Les douleurs accumulées et non gérées de la terreur du PDG planent sur notre nation. Le refus de les confronter par les gouvernements successifs met la cohésion de notre nation en danger. Il engendre un déficit citoyen incompatible avec la démocratie que souhaitent les populations de notre pays.

En ce jour de mémoire, notre association en appelle à tous les guinéens épris de justice pour exiger la restauration de la vérité historique et l’éradication du silence coupable des dirigeants. Nous demandons au gouvernement guinéen d’engager des efforts sérieux pour que cette époque de notre histoire soit éclairée. Au premier chef, il doit abandonner la réhabilitation déguisée de Sékou Touré à laquelle il se livre pour des gains ethniques éhontés.

Nous invitons tous les leaders politiques et de la société civile à se joindre à cette lutte indispensable pour que la démocratie prenne pied dans notre pays. Toute hésitation de leur part dans cet effort ruinera le message de changement qu’ils prônent.

Nous encourageons la société civile à veiller à ce devoir de mémoire dont dépend le salut de notre nation.

Nous implorons le Tout-Puissant pour qu’il accorde sa miséricorde aux nombreuses victimes du PDG et des régimes successifs en Guinée.

Nous réitérons notre engagement pour que les sacrifices ultimes des victimes de la violence politique dans notre pays soient des pierres dans la construction d’une Guinée viable et démocratique.

 

Le Bureau de l’AVCB.

À propos konakryexpress

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie. Elle est vieille de bientôt 4 ans, mais entretemps il n'y a pas eu beaucoup de changement: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

5 plusieurs commentaires

  1. Force est de reconnaître aussi que toutes les pendaisons effectués à cette époque n’est qu’un concenssus tirer par la population toute entière il s’agit pas de s’asarder par la conséquence du fait en oubliant la cause du fait

    • Merci pour votre commentaire qui démontre que vous êtes ou jeune, donc pas sensé être au courant de l’atmosphère de haine qui prévalait dans le pays, ou bien vous êtes de ceux qui sont prêts à défendre le régime du PDG au delà de la vérité.

      Je vous réponds au cas où vous feriez partie de la première supposition. Par ses discours qui duraient des heures à la radio, le tyran avait chauffé la population à fond. Déjà en temps normal si vous ne disiez pas de manière convaincante VIVE LA REVOLUTION”, vous pouviez être qualifiés de révolutionnaires tiède, sinon contre-révolutionnaire. Après ses discours, même si on disait à un guinéen de lapider sa propre mère il l’aurait fait.

      Ensuite, ses martyrs ont été tués sans avoir eu la possibilité de se défendre car ce sont les cellules du PDG qui avaient été érigées et l’assemblée nationale qui faisaient fonctions de tribunaux, sans même la présence des accusés. Le peuple ne faisait que crier des slogans qui lui ont été impartis. Tous les gestes étaient imposés par ceux qui voulaient tuer. Ils n’avaient aucune possibilité de faire appel. Autrement, pensez-vous que des élèves même guinéens pouvaient dilapider des cadavres ou toucher mêmes les parties génitales de pères de familles pendus, qui de surcroit avaient occupé des postes de responsabilités?

      Dans ces conditions, on ne peut pas ne pas condamner au moins la procédure, la vérité ne pouvant être que celle voulue par celui qui condamne.

      • Je ne suis pas guinéen, mais rien ne peut justifier ces atrocités, ces animalités. Le “peuple” a bon dos, on peut faire toutes les horreurs en son nom Que l’Eternel Tout Puissant punisse pour l’éternité les auteurs de tels crimes contre l’humanité, amiina

  2. Je suis Mauritanien mais l’humanisme transcende les barrières politique et me permet d’inférer que Sékou Touré valait moins un chien enragé. C’était une bête sans vergogne au même titre que les charognards.

    • L’intérêt, mieux le combat, pour les droits humains ne doit connaitre aucune barrière. Le combat de la société civile mauritanienne contre certaines formes archaïques d’autrefois m’intéresse au même titre que celui contre le mauvais traitement des Rohingyas en Birmanie ou la dissolution au Cambodge du principal parti d’opposition, le Parti du sauvetage national.

      Mais, je vous prie de modérer votre langage en intervenant sur ma page, pour éviter de me créer des problèmes.

Répondre à konakryexpress Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Distributed by name369.com