Accueil » Gouvernance » Etats-Unis: Confrontés aux crimes racistes, musulmans et juifs se serrent les coudes
Source http://fr.timesofisrael.com/juifs-et-musulmans-si-loin-si-proche-un-documentaire-a-ne-pas-rater/
Source http://fr.timesofisrael.com/juifs-et-musulmans-si-loin-si-proche-un-documentaire-a-ne-pas-rater/

Etats-Unis: Confrontés aux crimes racistes, musulmans et juifs se serrent les coudes

Depuis l’élection de Donald Trump, l’Amérique vit un phénomène inattendu. La spectaculaire libération de la parole et des actes racistes et antisémites a pour effet, entre autres, de souder les communautés juives et musulmanes du pays.

 On ne compte plus les attentions de l’une à l’autre. Le 27 février, un Marine musulman déclarait sur Twitter, au sujet des menaces et alertes à la bombe pesant sur la communauté juive: “Je suis un #Marinemusulman dans les environs de Chicago. Si votre synagogue ou cimetière juif a besoin d’un gardien, je suis là. L’islam l’exige.” Plusieurs autres tweets de musulmans proposant leurs services ont fleuri sur le réseau.
Dans la même veine, deux musulmans ont lancé une campagne de crowdfunding autour du 22 février pour réparer 170 tombes juives profanées dans un cimetière du Missouri.

Dans l’autre sens, le 24 février, alors que l’un des fidèles d’une mosquée brûlée par un incendie criminel organise une campagne de financement pour la réhabiliter, il remarque des montants étonnants, multiples de 18 uniquement. Il regarde les noms des donateurs et comprend qu’il s’agit de Juifs pour qui ce nombre veut dire “Chai” en hébreu, ce qui signifie “longue vie”.

 Lorsque le feu a dévoré cette mosquée, les Juifs de la congrégation voisine ont offertles clés de leur synagogue aux fidèles musulmans pour qu’ils puissent prier dans un lieu convenable.
“Les personnes qui ciblent les synagogues sont les mêmes qui attaquent les églises et les mosquées”, expliquait l’imam d’une mosquée de Harlem, à New York, au Los Angeles Times. “Nous avons des intérêts en commun”, avait-il ajouté. Ce responsable religieux figurait parmi les manifestants à Brooklyn, en novembre, après que des tags pro-Trump et des croix gammées aient été dessinés dans la cour d’une école.

S’il est impossible d’en rendre compte de manière globale, le rapprochement entre communautés est quoi qu’il en soit inattendu puisque tout a été fait dans la campagne de Trump et sa présidence pour favoriser les divisions. Mais les Américains ne s’y résolvent pas. Nombre d’entre eux s’emploient à recoller les morceaux. Comment est-on arrivé là?

L’effet Trump

La campagne de Donald Trump s’est construite autour de la crainte du terrorisme islamiste. Le candidat a amalgamé musulmans et terroristes à de multiples reprises. Les effets ne se sont pas faits attendre. Une vague de haine raciste et antisémite a frappé dès le lendemain de la victoire de Donald Trump. Un compte Twitter est d’ailleurs créé dans la foulée pour collecter les phrases et les actes violents d’Américains galvanisés par les résultats de l’élection.

En ce qui concerne les actes anti-musulmans, selon le Huffington Post américain“des mosquées ont été vandalisées, incendiées, une défenseuse célèbre des droits civiques des musulmans a été agressée -celle-là même qui a aidé à récolter de l’argent pour reconstruire un cimetière juif profané– et des prospectus racistes ont été distribués dans des universités”.

Le Conseil musulman des affaires publiques tient “Donald Trump pour responsable et comptable de l’augmentation des crimes de haine contre les musulmans, les Juifs et les autres minorités”.

L’effet “Muslim ban”

L’administration Trump fait d’ailleurs monter d’un cran les tensions avec le “muslim ban”. Ce décret, signé le 27 janvier (puis rejeté par la justice), interdit aux ressortissants de sept pays musulmans d’entrer sur le territoire américain. À partir de cette date, la solidarité inter-communautaire est devenue un phénomène encore plus palpable, resserrant les liens entre juifs et musulmans, usés par l’importation du conflit israélo-palestinien.

Ce décret a renvoyé de nombreux Juifs à leur propre histoire. Le 5 février, des délégations juives ont manifesté leur désapprobation dans les rues de New York, rassemblant 10.000 personnes. Sur l’une des pancartes, on pouvait lire: “Petite-fille de survivant de l’Holocauste solidaire des réfugiés et des immigrants musulmans”, rapporte le Los Angeles Times.

Presque chaque jour, à New York, une conférence interreligieuse ou un service de prières -impliquant des musulmans, des Juifs, mais aussi des chrétiens- se tient pour surmonter cette crise qui vise en premier lieu les migrants et réfugiés de culture musulmane. Aux États-Unis, la place de la religion dans l’espace public est telle qu’elle est en mesure de jouer les conciliateurs.

 

Lire la suite en cliquant: huffingtonpost.fr 

 

À propos konakryexpress

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie. Elle est vieille de bientôt 4 ans, mais entretemps il n'y a pas eu beaucoup de changement: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Distributed by name369.com