Camp BoiroDroits de l'HommeGouvernancePolitiqueSékou Touré

Le 3 aout 1971, arrestation de Diallo Abdoulaye Porthos

 

Ce 3 aout 2020, cela fait 49 ans depuis que Abdoulaye Diallo dit PORthos fut arrêté. À cette occasion je vous propose ce billet extrait de son livre La vérité du ministre. Dix ans dans les geôles de Sékou Touré.

Dans ce billet l’auteur explique comment après avoir eu l’honneur de participer à la reception du Président Moctar Oul Dada et passer une séance de travail avec le tyran, il est lâchement arrêté et conduit au Camp Boiro.

Mardi 3 août 1971

Depuis hier, il pleut sur Conakry, une pluie forte et continue, parfois intermittente et faible. Temps normal du mois d’août. Mon programme est chargé. Dans la matinée, je procède à la distribution des instruments de musique que j’avais commandés pour les trois orchestres nationaux : Kélétigui Traoré et ses Tambourinis, Balla et ses Baladins, Hamidou et son Bembeya Jazz national.

L’atmosphère gaie de mon bureau transformé en dancing contraste avec la tension qui règne en ville : les arrestations se multiplient et déjà une bonne partie des membres du gouvernement est enfermée à deux pas, au Camp Boiro où la garde a été renforcée depuis le début des événements. Personne ne comprend grand-chose à ce qui se passe.

On m’annonce le journaliste togolais Polycarpe Johnson. Impossible de le recevoir au milieu de ce vacarme. Nous nous retirons dans un coin. Je sais que je suis surveillé, comme tous les membres du gouvernement.

« Au Togo, nous ne comprenons rien à ce qui se passe en Guinée, dit-il. Les amis togolais de la Guinée m’ont demandé de venir m’informer à la source sur la situation. J’ai une audience avec le président mais j’aurais voulu m’entretenir avec toi soit avant, soit après cette audience. »

Nous convenons de nous retrouver après son audience avec le président.

Je retourne à mon bureau. Le protocole m’informe de l’arrivée du président Mokhtar Ould Daddah de Mauritanie, et me prie de me rendre directement à l’aéroport. Le président mauritaniens’efforce d’améliorer les relations, actuellement très mauvaises entre la Guinée et le Sénégal. Les entretiens auront lieu en Bureau politique, les membres du gouvernement n’y étant pas admis.

L’hôte repartira l’après-midi, et, après son départ, je suis du nombre des ministres qui raccompagneront le président Ahmed Sékou Touré à son palais. Nous nous installons dans le petit salon. Le président retire ses chaussures, ses chaussettes, les place à côté de lui. La conversation porte sur la courte escale du président mauritanien et sur l’objet de sa mission. Je suis le dernier à prendre congé :

— « Président, je vais rentrer.
— Oui ! Merci mon cher.  »
Il se lève et me serrant la main, il ajoute
— « Que Dieu te protège!
— Merci, président.  »

Je ne laisse rien paraître, mais je suis intrigué. Il n’a pas l’habitude de se lever pour me dire au revoir. Et cette formule , « Que Dieu te protège », que signifie-t-elle ? Et cette lueur fugace que j’aperçois, une fraction de seconde, dans ses yeux, comment l’interpréter?

Dans l’escalier, je rencontre Fily Cissoko qui me serre chaleureusement la main. Je remarque en lui quelque chose d’inhabituel : le geste ? l’intonation de la voix ? le regard ? Il a quelque chose d’indéfinissable. Je cherche un instant, intensément. Je ne trouve pas. Je renonce.

Je me rends au ministère du Développement économique où j’attends, dans le hall, mon ami MBaye Cheik Omar, alors directeur de cabinet du ministre d’État Lansana Béavogui. Il pleut légèrement, un fin crachin plutôt qu’une véritable pluie.

Je me laisse aller à mes pensées. Toutes ces arrestations… Les rangs des ministres de plus en plus clairsemés. A qui le tour ? Je me sens malheureux, car je ne peux pas intervenir auprès du chef de l’Etat, qui a envoyé une lettre-circulaire confidentielle aux ministres, pour leur interdire toute intervention en faveur d’un membre de la « cinquième colonne » : quiconque enfreindra cette interdiction sera lui-même arrêté.
— « Tu n’es pas gentil. »

Le ministre Béavogui m’arrache à mes pensées. Il poursuit :

— « Tu viens jusque-là et tu ne montes même pas me dire un petit bonjour.
— Si, si, je suis monté mais votre planton m’a dit que vous étiez occupé.
— Tu sais bien que je ne suis jamais occupé pour toi. »

Pendant près de dix ans, j’avais été son plus proche collaborateur au ministère des Affaires étrangères. Je pensais pouvoir m’ouvrir à lui et lui dire mon sentiment sur l’affaire de la « cinquième colonne ». Peut-être, pourrait-il intervenir, lui, auprès du président, son ami intime, son collaborateur de longue date, avec lequel il passait le plus clair de son temps ?

— « Vous savez, je suis de plus en plus perplexe, de plus en plus sceptique, quant à cette histoire de « cinquième colonne ».

Il sembla surpris.

— « Actuellement, on arrête à tort et à travers. Des ennemis se sont glissés dans nos rangs pour y semer la confusion et salir les meilleurs d’entre nous. Je ne crois pas à la culpabilité de beaucoup de ceux qui ont été arrêtés.

— Et pourtant, mon cher, tous ceux qui ont été arrêtés sont effectivement coupables, ils ont trempé dans cette affaire.

— J’en doute en ce qui concerne Cissé Fodé. Nous le connaissons bien vous et moi. Il a été notre collaborateur à tous deux. Il ne peut pas être comploteur. La peur physique à elle seule l’en empêcherait.

— Pourtant il est bien dedans. Et il l’a reconnu.

— Et Kassory ? Comment pouvez-vous admettre qu’il fasse partie d’un complot contre son ami de toujours ?

— Lui aussi, il est dedans, nous avons toutes les preuves. C’est pour cela que le président a autorisé son arrestation.

— Et Mamadi ? Vous le connaissez, et moi aussi, de très longue date. Son tempérament …

— Il a reconnu les faits. Il a avoué que c’est Zoumanigui qui l’a recruté, qu’il était le dépositaire des armes à Bofossou .

— Alors, Koro, je suis vraiment surpris, mais très surpris…

— Ah ! Mon cher, il y a des choses encore plus surprenantes. »

Ma dénonciation

Alors que nous dînions mon épouse et moi le speaker de la radio, Oumar Diabaté, débite sa litanie d’une voix imposante :

« Ici la Voix de la révolution, radio-diffusion de la république de Guinée, émettant de Conakry sur l’ensemble de son réseau. Camarades militants du P.D.G., aimables auditeurs d’Afrique et d’ailleurs, bonsoir. Nous vous proposons d’entendre la suite des dépositions des éléments de la cinquième colonne, ces hommes tarés qui ont vendu leur âme au diable, leur pays à l’impérialisme et hypothéqué l’avenir du peuple. Aujourd’hui nous commencerons par le sinistre Diallo Souleymane Yala, ex-directeur des Prix et Conjonctures au ministère du Commerce… »

J’écoute, mais j’entends à peine ce qu’il dit. Je ne distingue rien. Je n’y suis vraiment pas et pourtant je ne veux pas fermer le poste. Mon esprit est ailleurs. Je pense à la famille de Kassory qui a été arrêté la veille. Je me propose d’aller rendre visite aux siens pour leur apporter le réconfort de ma sympathie et de mon amitié.

Brusquement me voici tiré de mes rêveries. C’est bien mon nom qui est martelé avec force. On dirait que Yala qui lisait d’une voix monocorde, monotone, se réveille brusquement :

« … il y avait encore à cette réunion le Dr Accar Najib Roger, El hadj Fofana Mamoudou, Modi Oury Barry, Diallo Alpha Abdoulaye Porthos, secrétaire d’Etat à la Jeunesse…»

Je regarde un instant le poste, comme si c’était Yala. Je souris. Quelle ânerie ! Ce mensonge est trop énorme. Je continue de manger. Ma femme s’est levée de table. Elle pleure. J’essaie de la consoler, de lui faire entendre raison. Tout cela est tellement facile à détruire. Elle murmure :

— « Ils ne te donneront pas l’occasion de t’expliquer. Je sais que c’est un mensonge, mais cela leur importe peu. Ils t’arrêteront et ce sera dur. De toute façon, je t’attendrai aussi longtemps qu’il faudra. »

Le téléphone. Je décroche. C’est MBaye, mon ami MBaye. D’une voix étranglée, il me dit :
—  « J’arrive.
— Non. Non… MBaye, reste où tu es, auprès de ta famille. Avec les barrages qu’il y a sur la route, tu n’auras pas le temps d’arriver ici avant qu’ils viennent me chercher. Tu sais que tout cela est mensonger. Tu t’occuperas de ma famille, que je te confie. A bientôt. »

A peine ai-je raccroché que le téléphone sonne à nouveau. C’est mon père. Sa voix qui semble cassée est pourtant très claire :

— « Je sais que tu es innocent de ce dont on t’accuse, mais la volonté de Dieu est insondable. Ses voies et moyens insoupçonnables et Ses décrets imprescriptibles. Je L’implorerai nuit et jour pour ta survie et pour ta libération, mais je ne verrai pas âme qui vive à ton sujet. Ma seule recommandation, c’est que si tu dois mourir là-bas, il faut tâcher de mourir en homme, avec courage. »

Ils sont enfin là, ces « camarades » chargés de m’emmener, envoyés par la section de l’arrondissement. Ils bavardent, font des commentaires, rient aux éclats. Ils garent la voiture devant la porte de la villa. Ce n’est pas une jeep soviétique mais une Peugeot 203. Quel honneur ! Le chauffeur en descend, suivi de deux miliciens armés de P.M. AKA. Tous, en treillis. Je suis sur le perron de la porte :
— « Bonsoir, m’seu.

— Bonsoir. Vous venez me chercher?

— Oui, m’seu.

— Alors allons-y, je suis prêt! »

Sans me retourner, sans faire un signe, je monte dans la voiture sur la banquette arrière, encadré par les deux miliciens.

Ils garent la voiture non loin de là, chez le Dr Nanamodou Diakité. Il habite derrière l’hôtel de France. Les miliciens vont le chercher. Il sort, brisé, visiblement bouleversé. Des cris, des pleurs s’élèvent de la maison comme à l’occasion d’un décès. J’aperçois des femmes qui se roulent par terre, comme prises de convulsions. Elles pleurent, crient, s’arrachent les cheveux, lancent en malinké des paroles indistinctes. Le Dr Nanamodou s’installe à côté de moi, répétant :

— « Yala aussi. Pourquoi ment-il de façon si éhontée ? »

Laisser un commentaire avec Facebook

konakryexpress

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
risus sed nec Donec venenatis in commodo