EducationPolitiqueSékou Touré

Sékou Touré entre l’Eglise, le Parti communiste français et la CGT

David Soumah prit l’initiative en 1943 de réunir une fois par mois et dans le même esprit des camarades chrétiens, musulmans et laïcs ; Sékou Touré se retrouvait régulièrement parmi eux

Avant de diriger le Parti démocratique de Guinée, Sékou Touré a milité au sein de plusieurs partis et associations politiques et syndicales. André Lewin, ancien ambassadeur de France à Conakry nous le révèle dans son énorme oeuvre doctorale Ahmed Sékou Touré (1922-1984). Président de la Guinée de 1958 à 1984 en 8 volumes pour 2500 pages, d’où ce billet est tiré.

André Lewin, a représenté la France en Guinée de 1975 à 1979. Il fut l’artisan de la reprise des relations diplomatiques entre la France et la Guinée.

Avant la fin de la guerre, Sékou Touré subit indirectement l’influence des cours du soir organisés par le père Maurice Le Mailloux. Celui-ci, né en 1913 en Bretagne, ordonné prêtre en 1939, était arrivé en Guinée en 1941 comme vicaire à la cathédrale pour s’y occuper de l’Action catholique ; il fut rapidement considéré par sa hiérarchie comme une forte tête, sinon comme un rebelle. On le soupçonna, alors que la majorité de l’administration coloniale et de la population française de Guinée était plutôt en faveur du maréchal Pétain et hostile au général de Gaulle, d’avoir fait déposer une Croix de Lorraine au monument aux morts le jour de la Sainte Jeanne d’Arc, alors fête pétainiste, le 9 mai 1943.

Le père Le Mailloux lança en 1942 les JOC (Jeunesses Ouvrières Chrétiennes) avec douze jeunes de 18 à 30 ans (ses “douze apôtres”) et poursuivit cette action en 1943 pour les jeunes de 16 à 22 ans, afin d’étudier pendant un an le rôle de l’Evangile dans la vie familiale et sociale ; ces cours, essentiellement destinés aux “Jocistes” (membres de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne), avaient lieu à la Mission le soir après les heures de travail ; on y retrouvait notamment Antoine Lawrence et David Soumah. Ce dernier prit l’initiative en 1943 de réunir une fois par mois et dans le même esprit des camarades chrétiens, musulmans et laïcs ; Sékou Touré se retrouvait régulièrement parmi eux, ainsi que Madeira Keita 75 et Mamadou Traoré, dit Ray-Autra.

Mais le cercle du père Le Mailloux fut fermé après quelques mois de fonctionnement sur l’ordre du Vicaire apostolique de Conakry, Mgr Raymond Lerouge. Ce dernier demanda la mutation du père Le Mailloux, qui quitta donc Conakry le 5 septembre 1944 pour Bamako. En eut-il été autrement, Sékou ne se serait peut-être pas engagé ultérieurement sous la bannière du marxisme et d’un syndicat proche du communisme !

Dans le courant de l’année 1945, il participe encore assez régulièrement aux activités de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne, animées par le père Chaverot et consacrées aux problèmes syndicaux et à la vie des travailleurs. Mais il s’en détachera progressivement — et puis définitivement — lorsqu’il se lie de plus en plus avec la CGT.

Car en réalité, par calcul et par inclination, Sékou Touré se sent plus proche des formations progressistes et radicales; il fréquente successivement et parfois simultanément toutes les émanations locales du PCF, jusqu’à ce que qu’il pressente toute l’influence que pourrait exercer un parti qui serait totalement africain et guinéen et qu’il modèlerait à sa guise ; tel sera ultérieurement le RDA-PDG.

Le Parti communiste français (PCF) — ses ministres participent au gouvernement de la métropole jusqu’en mai 1947 —, dont la politique coloniale n’est pas encore très “progressiste”, n’eut jamais en Guinée de parti-frère officiel ; ainsi que l’écrivait l’un de ses militants, futur habitué de la Guinée, “fidèle à ses principes de non ingérence dans les affaires intérieures d’un autre peuple, il se met à la disposition des Africains progressistes pour les aider à former des cadres (…) Il ne cherche à aucun moment à constituer artificiellement un Parti communiste guinéen”.

Lire également: Été 1945: Sékou Touré devient le secrétaire général adjoint du Front National 

Ceci est sans doute formellement exact, mais le PCF est très présent sur place dès la Libération et la fin de la guerre par l’intermédiaire du Front National, du Groupe d’Etudes Communistes (GEC), du Parti Progressiste Africain de Guinée (PPAG), de la CGT, puis par toutes sortes d’autres canaux, comme le Conseil Mondial de la Paix.

Le Comité d’Etudes Franco-Africaines, créé le ler mars 1945, est ouvert essentiellement aux Africains, relativement peu nombreux au sein des GEC, à l’origine presque exclusivement européens ; le rapprochement entre les deux formations date de l’été 1946, après le rejet du premier projet de Constitution, lorsque l’offensive des milieux coloniaux paraît menacer les quelques acquis des années précédentes. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que de 1947 à fin 1950, les députés du RDA sont apparentés au groupe parlementaire communiste; cet apparentement a été décidé alor que le parti communiste était un parti gouvernemental ; après mai 1947, du fait de l’exclusion des ministres communistes du gouvernement Ramadier, le RDA se trouve de facto allié à un parti d’opposition, ce qui n’était probablement pas l’option envisagé à l’origine par les dirigeants du Rassemblement.

Dans les premiers jours de 1945, Sékou Touré s’inscrit à un petit mouvement politique, l’Union Patriotique, affiliée à une organisation métropolitaine placée sous le signe de la renaissance française issue de la Résistance, mais en fait proche du Parti communiste français qui la noyaute rapidement: c’est le Front national, créé en France le 30 janvier 1945, avant même la fin de la guerre.

Présidée par Frédéric Joliot-Curie, cette formation s’implante Outre-mer avec le concours de jeunes Français progressistes ; la section guinéenne est fondée quelques semaine après. Sékou milite au Front national avec toute l’ardeur de la jeunesse, en compagnie de quelques “évolués” guinéens (Abdourahmane Diallo, dit “l’homme à la pipe” ou encore le “pharmacien africain”, les instituteurs Nabi Youla et Tibou Tounkara, Saïfoulaye Diallo), de Madeira Keita (originaire du Soudan français, l’actuel Mali, devenu préparateur à l’IFAN) et de quelques Français aux idées avancées, parmi lesquels Gabriel Féral, chef de cabinet du gouverneur.

Laisser un commentaire avec Facebook

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page