Droits de l'HommeGouvernancePolitiqueSékou Touré

Le role des acolytes de Sékou Touré dans la mise en oeuvre du système de destruction massive de la Guinée

le gouvernement constitué au lendemain de l’indépendance a déjà vu dix de ses membres arrêtés et emprisonnés. Cinq d’entre eux au moins ont déjà péri, tandis que les autres ne donnent plus de leurs nouvelles.

Le Prof. Ibrahim Baba Kaké nous présente ici les complices du tyran Sékou Touré dans son oeuvre de destruction de notre pays, en présentant les membres du cercle le plus proche du tyran et le rôle de chacun d’eux.

Le titre original était Le séducteur aux abois chapitre 8 d’une publication de Jeunes Afrique livres entièrement disponible sur webguinee.net. Ce site de référence met à la disposition des lecteurs gratuitement de nombreux écrits sur les camps de la mort que le système que Sékou Touré et ses acolytes ont utilisé pour exterminer des milliers de guinéens au cours de ses 26 ans de sa dictature sanglante.

Le système de gouvernement par la méthode du complot permanent n’est évidemment pas sans effet sur la composition de la classe dirigeante. Le vide, petit à petit, se fait autour du dictateur aux abois. C’est ainsi que sur les dix-sept membres qui composaient le bureau politique du Parti démocratique de Guinée au lendemain de l’indépendance, six seulement jouent encore un rôle à la fin du complot dit des Peuls en 1976 :

Les autres ont été tous limogés et parfois emprisonnés, quand ils ne sont pas morts-de mort naturelle ou exécutés, comme Camara Bangali ou Mme Camara Loffo.

A la même date, le gouvernement constitué au lendemain de l’indépendance a déjà vu dix de ses membres arrêtés et emprisonnés. Cinq d’entre eux au moins ont déjà péri, tandis que les autres ne donnent plus de leurs nouvelles. Suite au débarquement des opposants et de leurs alliés portugais, plus récemment, seize membres du gouvernement sur vingt-quatre ont été arrêtés.

Du côté des ambassades, la répression est encore plus dévastatrice. Sur les trois ambassadeurs qui se sont succédés à Paris avant Seydou Keita, en 1975, le seul à avoir échappé à la prison, Nabi Youba, est condamné à mort par contumace. Il en est de même pour les représentants de la Guinée à Moscou où, sur cinq personnalités accréditées, l’une a été fusillée en 1965, deux se trouvent au camp Boiro et deux autres sont en fuite, le dernier après avoir abandonné son poste et sa famille.

Amara Touré, le demi-frère, analphabète, se retrouve ingénieur agronome !

Sur les cinq ambassadeurs affectés à Washington, un seul a réussi à s’en sortir, El Hadj Mory Keita. La même hécatombe a frappé les chancelleries de Pékin, d’Alger, de Bonn et de Berlin-Est.

Le corps des officiers a lui aussi été pratiquement décimé. En 1971, le dictateur déclarait aux membres de la commission d’enquête des Nations unies venus à Conakry que tous les commandants de garnison et 90 % des membres de l’état-major de l’armée étaient des comploteurs.

Et du côté des gouverneurs (préfets) la situation est à peine meilleure: sur les trente en fonction en 1971 plus de la moitié ont été arrêtés.

En 1976, des artistes, des footballeurs, des miliciens, des médecins, des ingénieurs, des commerçants croupissent en cellule depuis des années, à côté de militants de la première heure comme El Hadj Mamadou Fofana, Jean Faragué Tounkara ou Emile Condé ou d’anciens espoirs du parti tel l’ex-secrétaire général de la Panafricaine des jeunes Idrissa Traoré. Un écrivain officiel , Emile Cissé auteur de Et la nuit s’illumine, pièce primée au festival panafricain d’Alger (1969), est mort d’inanition dans une cellule du camp Boiro en 1971.

Quant à l’ancien secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères Kassory Bangoura, il a également succombé au régime de la diète noire. Les femmes n’ont pas été épargnées par ces purges de type stalinien. Elles ont été arrêtées par dizaines en 1970 et 1971. Parmi ces victimes du régime, de grandes passionarias de la révolution, dont la voix était familière à toutes les tribunes internationales: Soumah Tiguidanké, Fatou Touré, Diédoua Diabaté, etc.

En 1976, elles étaient encore nombreuses au camp Boiro. Le maniement du complot, une technique de gouvernement particulièrement efficace ? Uniquement, bien sûr, dans la mesure où elle a permis au leader guinéen de rester au pouvoir jusqu’à sa mort. Mais n’était-ce pas son objectif quasi unique si l’on en croit l’ancien professeur de lettres en Guinée, Yves Benot, qui écrit dans son livre Les Idéologies de l’indépendance africaine: Le régime de Sékou Touré, c’est le « stalinisme moins le magnitogorsk »31 entendant par là que la répression ne s’accompagne pas de développement économique. La seule préoccupation du chef de l’Etat guinéen semble être de prendre de vitesse ses ennemis. Peut-on vivre ainsi indéfiniment ?

Comme le disent les sages africains, le bébé qui s’acharne par ses pleurs nocturnes à empêcher sa mère de dorrnir ne parvient pas lui-même à dormir pendant ce temps-là.

On a quelques raisons de croire que Sékou Touré en fait se montrait parfois sensible au grand vide créé autour de lui. L’ambassadeur français André Lewin, un des rares intimes européens du dictateur, nous révèle cet aspect particulier de sa personnalité quand il dit:

Il m’est souvent arrivé de l’interroger sur des hommes comme Camara Balla, Karim Bangoura, Noumandian Keita, Keita Fodéba, Diallo Telli. Il n’éludait pas la question. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, il évoquait volontiers ses anciens collaborateurs et amis condamnés à mort ou exécutés (la même chose dans son esprit). Au sujet de Camara Balla, il m’a dit à quel point il avait apprécié de le voir se mettre au service de la Guinée en 1958, alors qu’il aurait pu faire une brillante carrière ailleurs; il avait été un excellent ministre et il concluait laconiquement:
— « C’est dommage, il a trahi. »
Paradoxalement dans ces récits, il adoptait plus le ton d’un ami déçu que d’un procureur. Je lui ai dit un jour :
— « Vous avez laissé éliminer des hommes qui étaient plus fidèles à la révolution que ceux qui vous entourent maintenant.»
Il a approuvé sans réticences.

Nous n’irons pas jusqu’à dire avec l’ambassadeur André Lewin que deux aspects totalement contradictoires se conciliaient en la personne de Sékou Touré, d’un côté le tyran haï et haïssable et de l’autre côté un personnage bonhomme et paternel. Nous avons plutôt été frappé par son aptitude à bâtir et à nourrir sinon son bonheur —qui sait s’il fut heureux ?— du moins son pouvoir et celui de son entourage sur le malheur du plus grand nombre.

Plus le peuple souffrait, mieux le dictateur et les siens se portaient. Car si Sékou Touré fait preuve d’une sollicitude plus que mesurée envers la population, il n’en est pas de même avec ses proches. Voilà pourquoi il n’est certes pas inutile de présenter succintement le clan familial, autrement dit le cercle étroit des premiers bénéficiaires du régime.

Parmi les parents directs, le premier dont la mention s’impose est Amara Touré. Il n’est que le demi-frère du dictateur, mais il exerce les fonctions prééminentes de doyen de la famille. A ce titre, c’est lui qui tranche souverainement les grands et petits litiges qui agitent le clan familial. Secrétaire […] de la fédération du parti unique à Faranah, il y exerce une dictature sauvage. Analphabète, il se trouve classé dans le corps des ingénieurs agronomes ! Cela, bien entendu, pour pouvoir émarger largement au budget de l’Etat. Mais ses revenus ne s’arrêtent pas là, puisqu’il est devenu, dans tous les secteurs, l’intermédiaire obligé de la grande masse des militants de la région. Pour faire payer les services qu’il rend, il n’hésite pas en particulier à transformer nombre de ses solliciteurs en main d’oeuvre servile dans ses champs à Faranah, de grands domaines que ce serviteur du socialisme a tout simplement extorqués à leurs véritables propriétaires.

  • Le second des demi-frères, c’est Ismaël Touré. Son physique malingre est devenu légendaire. Le commun des Guinéens évoque sa mine délabrée. Ses cheveux, précocement blanchis, sont le plus souvent hirsutes. On sait qu’il a de tout temps souffert d’asthme chronique, mal qui le ronge autant que la haine misanthropique qui semble l’habiter. En revanche, on ne sait pas très bien quelles études il a faites, sinon qu’il est rentré en Guinée, après un séjour en France, avec une vague spécialité météorologique. Il sera chargé, au sein du gouvernement, de l’immense secteur des mines. Comme on pouvait s’y attendre, il en a tiré une fortune considérable. C’est probablement pour se maintenir à ce poste en or qu’Ismaël Touré prendra d’énormes risques en inspirant au dictateur toutes les purges successives advenues en vingt-six ans de règne. De même, il n’hésite pas à prendre la tête des tribunaux révolutionnaires et à faire office à l’occasion de parfait tortionnaire en mettant la main à la pâte au camp Boiro.
  • Il faut ensuite citer une femme, Fatima Touré, demi-soeur du dictateur. Sa spécialité: les combines à l’ombre des allées du pouvoir, où elle s’empresse d’installer son mari dans les fonctions de gouverneur de province. Ses deux enfants,
    • Alpha Baba et
    • Bintou Camara, se font également connaître comme des barons du régime.
  • Quatrième parent proche: Mamourou Touré, cousin paternel de Sékou Touré. Apprenti mécanicien et à l’occasion vendeur de journaux, cet homme plutôt primaire devient successivement consul, conseiller culturel à Paris, ambassadeur en Yougoslavie, gouverneur de région à Gueckédougou puis ambassadeur à Rome.

Parmi les alliés moins directs mais toujours apparentés à la famille de Sékou, on ne peut oublier deux autres personnages en vue.

  • Sékou Chérif d’abord, ancien tirailleur sénégalais de l’armée française, qui fait une carrière rapide et brillante grâce à son mariage avec Nounkoumba, soeur même père et même mère, comme on dit en Afrique, de Sékou Touré. Membre du bureau politique national et du comité révolutionnaire, ministre délégué, il se distingue par une culture toujours restée, hélas, au niveau de celle du bon troufion sac au dos.
  • Siaka Touré, ensuite, véritable descendant, par la lignée paternelle, de l’Almamy Samori, se fait passer—on est là en pleine confusion—tantôt pour le neveu, tantôt pour le cousin du dictateur. Militaire de carrière, Siaka se verra confier le commandement du sinistre camp Boiro aux heures cruciales, après le débarquement de 1970, avant d’être ministre des Transports. C’est dans ses premières fonctions, au camp Boiro, qu’il se sera fait à la fois un nom et une réputation—du genre de celles qui provoquent aussitôt la chair de poule. L’homme, fourbe, ne paie pas de mine, et sa voix fluète lui ferait donner le bon Dieu sans confession. On le dit capable de vous poignarder dans le dos tout en gardant son sourire et son apparente gentillesse. Il sera ainsi considéré par les familles comme le dignitaire du régime qui sait garder le contact et donner régulièrement des nouvelles d’un parent détenu. Sa rengaine est bien connue de ceux —ses victimes— qu’il lui est arrivé de croiser dans la cour du camp Boiro: Et le moral, il est bon ? Comment mieux faire apparaître l’hypocrisie d’un tortionnaire, qui n’hésite d’ailleurs pas à mettre la main sur les biens et même parfois sur les épouses des infortunés qui sont tombés dans la trappe de la répression aveugle. Il considérait, semble-t-il, comme son droit le plus souverain de séduire, pour s’en emparer, les femmes des autres, fussent-ils de proches parents emprisonnés, comme Petit Touré ou Emile Condé

Laisser un commentaire avec Facebook

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page