Politique

Afrique: Spéculation sur les pauvres d’Afrique

Le blog grigrinews.com a publié un article sur le bradage des terres agricoles africaines par les gouvernements au profit d’investisseurs étrangers. Abou Cissé y décrit brièvement comment:

les fameux fonds de pension internationaux en majorité basés en Angleterre par le biais de la société « Emergent » une capitalisation de trois cents cinquante millions d’euros… tous ces fonds sont investis pour acheter en masse les terrains agricoles Africains : une aubaine pour ces spéculateurs rachetant ces terrains pour une bouchée de pain vu l’extrême pauvreté des populations! Le secteur de l’agriculture étant vital pour pallier aux besoins alimentaires des populations une famine gigantesque s’annonce! La société « Emergent » espère un rendement supérieur à vingt cinq pour cent annuellement… L’Afrique crève de faim et cela n’est pas prêt de cesser avec le pillage de ses richesses naturelles c’est maintenant le tour au pillages des richesses agricoles. Si aucunes mesures sont prises par les présidents des pays concernés : Ethiopie, Tanzanie, Sud-Soudan, Sierra Leone, Mali et Mozambique on coures inexorablement à une catastrophe humanitaire à grande échelle! Que fait l’ONU, le PAM et la communauté internationale…

D’après un article paru sur le blog legriot.info:

le gouvernement éthiopien nourrit de grandes ambitions agricoles : il vise à atteindre 245 000 hectares de terres principalement dédiées à la culture de la canne à sucre, laquelle, comme les autres cultures mineures qui y seront développées, sera exporté. A cette fin, des terres situées dans la vallée de l’Omo (Sud-Ouest) auraient été cédées à des compagnies malaisiennes, italiennes et coréennes. Pourtant, 90 000 personnes issues des tribus indigènes survivent grâce aux mêmes terres agricoles. Ainsi, pour qu’elles ne fassent pas entendre leurs réclamations, le gouvernement éthiopien aurait interdit d’accès la région  à la presse et aux étrangers. En parallèle, la police réprimerait sévèrement toute revendication par la torture, l’emprisonnement ou d’autres pratiques dissuasives. Conséquence : un climat de terreur s’est substitué au calme habituel de la vallée de l’Omo.

Un autre blog au nom original de toiquiviensdethiopie.com, nous révèle que:

Alors que des millions de personnes sont gravement menacées de famine dans la Corne de l’Afrique, des investisseurs étrangers récoltent dans la même région des tonnes de céréales à destination de l’Asie ou des pays du Golfe. Et d’ajouter:

Dans l’un des pays les plus pauvres au monde, l’accaparement des terres agricoles ne fait que commencer, et au pire moment. L’Ethiopie a faim. La sécheresse dévastatrice qui frappe toute la Corne de l’Afrique depuis quelques mois menace plus de 10 millions de personnes.

« Ici c’est encore une région désertique, mais bientôt nous allons y construire de nouveaux champs de canne à sucre et d’huile de palme », confie Karmjeet Singh Sekhon, à bord de son pick-up Toyota.

A droite et à gauche de la piste, la brousse est déjà en feu. A 68 ans, l’investisseur indien est pressé. Son énorme ferme dans l’ouest de l’Ethiopie couvre une superficie de 300 000 hectares, une des plus grandes de la région.

Ce n’est pas étonnant qu’en Ethiopie et autres pays de la Corne de l’Afrique des millions de personnes innocentes sont entrain de mourir de faim. C’est comme si les intérets du gouvernement d’Addis-Abéba et ceux de ses populations ne correspondaient pas.

Laisser un commentaire avec Facebook

konakryexpress

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
sem, luctus quis risus vulputate, mattis ipsum eget elit. accumsan venenatis pulvinar