Accueil » Droits de l'Homme » Les Afro-descendants de Jérusalem, un quotidien difficile, entre misère et racisme
Les Israéliens membres de la communauté éthiopienne lors d'une manifestation contre le racisme et les abus de la police israélienne, dans le centre de Tel Aviv, Israël, 18 mai 2015. Photo EPA / ABIR SULTAN. Source afriquematin.net
Les Israéliens membres de la communauté éthiopienne lors d'une manifestation contre le racisme et les abus de la police israélienne, dans le centre de Tel Aviv, Israël, 18 mai 2015. Photo EPA / ABIR SULTAN. Source afriquematin.net

Les Afro-descendants de Jérusalem, un quotidien difficile, entre misère et racisme

En Israel, il y a deux types d’afro-descendants, en plus des migrants de date plus récente, les juifs venus d’Ethiopie en 1984 et début 1985, lors de l’opération Moïse, qui avait permis à 12 000 Falachas d’être transférés d’Éthiopie en Israël grâce à un pont aérien. En 2009, on estimait leur nombre à environ 110 000 et en 2014, à 138 200.

Le 22 mai 2020, aussi 119 immigrants juifs éthiopiens sont arrivés à l’aéroport Ben-Gurion de Tel-Aviv accueillis par la nouvelle ministre de l’Intégration et de l’Immigration, Pnina Tamano-Shata, la première ministre née en Ethiopie de toute l’histoire d’israël.

Le programme du retour des juifs éthiopiens ou falachas continuait en 2017. Mélanie Lidman écrivait sur le site fr.timesofisrael.com que:

En novembre 2015, le gouvernement a annoncé qu’il permettrait aux Juifs éthiopiens en attente d’immigration de faire leur alyah. Le ministère des Finances a alloué des financements pour permettre l’alyah de 1 300 Éthiopiens sur 2017 – la première étape d’un programme quinquennal visant à attirer de nouveaux immigrants au rythme d’environ 100 par mois.

Bien qu’officiellement reconnus comme Juifs, les Falachas font objet de discriminations dans tous les domaines de la société. Le site .afriquematin.net rappelle dans un billet publié le 20 novembre 2017:

Dans son rapport de mai 2013, le Contrôleur Général de l’État, Yossef Shapira, fait le bilan des discriminations sociales :

18 % des Éthiopiens sont au chômage (le taux de chômage en Israël est de 5,6 %),

65 % des jeunes Éthiopiens vivent sous le seuil de pauvreté (51,7 % des familles),

la majorité des lycéens n’obtiennent pas le baccalauréat,
plus de 20 % ne vont pas au bout de leur service militaire à cause de ce que l’armée qualifie de «  comportement particulièrement mauvais  ».

Ensuite il y a les musulmans palestiniens qui y sont arrivés depuis plusieurs siècles. L’article qui suit traite de ces derniers. Ecrit en anglais par la The African Community in Jerusalem (Communauté africaine de Jerusalem) et publié sur le site palestine-family.net, j’en ai fait une libre traduction.

“Les origines de la communauté africaine remontent aux racines arabes pures. La majorité des membres sont issus de la tribu arabe musulmane appelée Al Salamat. La tribu vivait à Jeddah, Hijaz (maintenant en Arabie Saoudite), puis a migré vers le Tchad et le Soudan et d’autres pays africains. Cependant, les membres de la tribu ont maintenu le contact avec Hijaz, en particulier La Mecque et Médine pour le Haj, et après le pèlerinage, ils sont allés à Jérusalem pour continuer leur culte dans la mosquée Al Aqsa, lieu du voyage nocturne du prophète Mohammed aux Sept. Cieux.

La plupart des membres contemporains de la communauté africaine sont venus à Jérusalem en tant que pèlerins. Ils sont également venus à Jérusalem pour défendre les sanctuaires musulmans à Jérusalem.

D’un autre côté, certains d’entre eux sont venus travailler sous le mandat britannique de Palestine (1917-1948). Ils venaient principalement du Sénégal, du Tchad, du Nigeria et du Soudan. Certains des Africains sont arrivés dans le cadre de l’Armée de salut dirigée par l’Egypte qui visait à libérer les zones palestiniennes détenues par les Juifs en 1948. Après la défaite de cette armée et son retrait en Egypte, beaucoup d’Africains sont retournés dans leurs pays d’origine.

De plus, les Africains vivant à Jérusalem sont fiers de leur rôle historique de gardiens des lieux saints islamiques depuis l’époque des Mamelouks au treizième siècle. Ils occupent les bâtiments mamelouks de chaque côté de la rue Al’a Ad-Deen menant à la mosquée Al Aqsa. D’un côté, les bâtiments Al’a Ad-Deen Busari, achevés en 1267 et nommés d’après le fondateur mamelouk du quartier. De l’autre côté se trouvent les bâtiments d’Al Mansouri qui ont été achevés en 1282. À l’origine, les deux Ribat étaient des foyers pour les pèlerins qui vénéraient à la mosquée Al Aqsa.

Pendant la période ottomane, les Ribats étaient occupés par des Africains qui travaillaient comme gardiens des propriétés de la mosquée et du waqf. En raison de leur honnêteté, ces Africains détenaient des clés aux portes de la mosquée et étaient responsables d’empêcher les non-musulmans d’entrer dans la zone de la mosquée. Vers la fin de l’ère ottomane, les Ribats furent transformés en prisons: le Ribat Ad-Deen devint le Habs Ad-Dam tandis que le Ribat Mansouri devint le Habs Ar-Ribat. Cette situation s’est poursuivie jusqu’en 1914.

Après la prise de la Palestine par les Britanniques en 1918, les prisons ont été fermées et la responsabilité du bâtiment a été rendue aux autorités du waqf qui ont utilisé les bâtiments pour abriter temporairement les pauvres, y compris les Africains. Lorsque Haj Amin Al Husseini, Al Mufti, qui dirigea la lutte contre les Britanniques et les Juifs jusqu’en 1948, prit en charge le waqf à Jérusalem, il loua les deux Ribats aux Africains à un taux nominal. Certains des Africains ont continué leurs traditions et ont travaillé comme gardes du corps au Mufti lui-même. Haj Othman Al Takrori a perdu sa vie aux portes de la mosquée Al Aqsa quand il a essayé de protéger Haj Amin, contre l’arrestation par les forces du mandat britannique.

En outre, en raison de leur courage et de leur intégrité, de nombreux Africains ont également travaillé comme gardiens pour certaines églises et monastères au 19ème et 20ème siècle, comme Saleh Bin Adam Takkrori qui a travaillé comme gardien de l’église catholique en 1890. Comme les autres membres du société principale; Les Africains travaillaient dans de nombreux domaines, comme les transporteurs d’eau (Saqa), vendant de l’eau dans la vieille ville et autour de Jérusalem, travaillaient aussi comme maçons et dans les champs agricoles, les fermes et les rues commerçantes, humbles, près des maisons communautaires. sortes de produits, en particulier les fameuses cacahuètes grillées soudanaises.

Les habitants de Jérusalem peuvent oublier l’arôme et la bonne odeur provenant du petit gril rond fumé de Um Al Abed, bien connu pour ses arachides rôties. Elle avait son propre espace désigné dans l’un des coins de la Porte de Damas.

Les hommes venus d’Afrique à Jérusalem au cours de ce siècle ont épousé des femmes locales, dont beaucoup étaient d’origine africaine. Les liens avec les différentes villes palestiniennes et la ville où de nombreuses communautés africaines existent sont particulièrement forts, comme Jericho, Acre, etc. D’autres femmes palestiniennes mariées qui n’ont aucun lien avec l’Afrique. Bien que les afro-palestiniens de Jérusalem constituent une communauté distincte des Bédouins noirs, certains mariages se produisent entre eux.

Bien souvent, lorsqu’un membre de la communauté africaine cherche un conjoint en dehors de la communauté, il rencontre une résistance solide. En fin de compte, cela dépend généralement de la force du couple et de sa capacité à tenir tête à sa famille.”

 

À propos konakryexpress

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Donec suscipit in risus. sit id massa venenatis, eget Lorem velit,
Distributed by Agence web kindy