Accueil » Camp Boiro » Le différend Guinée-Côte-d’Ivoire de 1967 et l’affaire Achkar Marof selon d’Issoufou Saidou Djermakoye, sous-secrétaire général des Nations-Unies

Le différend Guinée-Côte-d’Ivoire de 1967 et l’affaire Achkar Marof selon d’Issoufou Saidou Djermakoye, sous-secrétaire général des Nations-Unies

Beavogui Louis Lansana, ministres des affaires étrangères guinéen avec son homologue allemand Gerhard Schroeder, en 1964. Source: wikipedia.org

Beavogui Louis Lansana, ministres des affaires étrangères guinéen avec son homologue allemand Gerhard Schroeder, en 1964. Source: wikipedia.org

L’histoire qui suit montre comment Sékou Touré pouvait inventé une histoire pour créer des tensions sans aucune raison. Ensuite, il accuse d’autres personnes d’avoir voulu monter un complot pour se débarrasser de lui.

L’histoire est extraite du Chapitre 39 — Annexe 2, de l’oeuvre monumentale que l’ambassadeur de France en Guinée, André Lewin aitre de  consacré à son ami dictateur, sous le titre de Ahmed Sékou Touré (1922-1984).Président de la Guinée de 1958 à 1984.

Le titre de l’Annexe 2 est Le différend Guinée-Côte-d’Ivoire de 1967 et l’affaire Achkar Marof d’après les souvenirs d’Issoufou Saidou Djermakoye, sous-secrétaire général des Nations-Unies.

Le président Houphouët-Boigny était venu en visite officielle à Washington mais s’arrêta à New York pour discuter avec le Secrétaire Général d’un conflit qui l’opposait à la Guinée. Le Président Sékou Touré avait arrêté des Ivoiriens se rendant en Guinée et avait arraisonné leur bateau. Le Président Houphouët riposta en maintenant en Côte-d’Ivoire, où ils avaient fait escale, le Ministre des Affaires [étrangères] de Guinée Louis Lansana Béavogui et son ambassadeur Achkar Marof. Ces personnalités guinéennes revenaient d’une session ordinaire des Nations Unies. U Thant ressentit cet acte comme une non-observation de la charte des Nations Unies et envoya en Guinée son chef de cabinet adjoint Rolz-Bennett pour recueillir le témoignage de Sékou Touré. Celui-ci organisa une grande réception à l’envoyé de U Thant et lui fit un cortège grandiose depuis l’aéroport jusqu’au palais présidentiel. Rolz-Bennett, sensibilisé déjà par l’ambassade de Guinée à New York, n’avait jamais, de mémoire d’homme, reçu de sa vie une réception d’une telle ampleur où la foule en délire scandait “Vive les Nations Unies, Vive U Thant”.

Ce dernier m’avait consulté au début du conflit, me disant qu’il ressentait cette affaire comme une offense personnelle. Je lui fis comprendre avec beaucoup de doigté qu’il faisait une très grande erreur de jugement. Houphouët n’a pas l’habitude d’aller à l’encontre des instances internationales. Le problème doit être vu simplement sur le plan africain et dans ce cas celui qui a tort est évidemment celui qui a commencé à attaquer, l’autre n’a fait que de l’autodéfense. Par ailleurs ce conflit se terminera comme il a commencé, brusquement et à l’amiable entre deux chefs d’État, de même parti. Ils finiront par s’entendre et ce sera le plus jeune qui vous attaquera pour avoir blessé son aîné en transposant le problème sur le plan international. Il ajoutera d’ailleurs qu’il ne vous a rien demandé et que c’est vous-même qui avez grossi l’affaire pour votre image de marque. Il me remercia de mes conseils, mais sa pression sur Houphouët ne faisait que continuer. Houphouët proposa alors l’envoi de deux secrétaires généraux adjoints pour l’échange des otages: moi en Côte-d’Ivoire, Rolz-Bennett en Guinée.

Aussitôt que les bateaux ivoiriens seraient dans les eaux territoriales de son pays, un avion décollerait d’Abidjan pour y déposer le Ministre et l’Ambassadeur, ainsi ils atteindraient Conakry avant que les bateaux n’atteignent Abidjan avec leurs passagers. U Thant refusa cette proposition, nous envoya Rolz-Bennett et moi voir Houphouët à Paris avant son voyage à Washington. Rolz-Bennett, que Houphouët reçut entre deux portes, lui parla avec force et exigea le relâchement immédiat des deux diplomates guinéens, sans mentionner les bateaux ivoiriens et leurs passagers. Juste le ton qu’il ne fallait pas utiliser avec Houphouët. Je ne dis mot mais pensai, Rolz vient de perdre la partie. Ce dernier s’en aperçut bien vite car Houphouët ne lui répondit même pas, il dit simplement de sa voix douce, qui devenait encore plus douce pour voiler sa colère : “Usher, occupe toi d’eux”, puis il referma la porte sur lui, nous laissant dans un grand salon avec son ministre des Affaires étrangères.

De retour à New York, il rendit compte à U Thant de l’échec de sa mission. Un débat spécial fut ouvert en 5ème commission. Les conclusions de la commission furent l’échange, mais reconnurent toutefois que le cas des diplomates engageait la responsabilité de U Thant. U Thant, sachant que Houphouët était de passage, m’envoya au quai de débarquement pour lui souhaiter la bienvenue. Ce dernier ne me confia aucun message pour lui. U Thant se déplaça pour lui rendre visite dans sa résidence de Long Island. Je l’accompagnai sans Rolz-Bennett. La conversation devint plus détendue et Houphouët promit alors de lui rendre visite aux Nations Unies avant son départ.

Il vint, en effet, accompagné de son ministre des Affaires Étrangères Usher et de son directeur de cabinet Nairay. Le débat entre les deux parties s’engagea et je fis un clin d’oeil à Nairay qu’aperçut le Président. Celui-ci devina et parla à l’oreille de Usher pour expliquer notre position. Usher réitéra l’envoi des deux secrétaires généraux adjoints, l’un à Abidjan, l’autre en Guinée pour assister à l’échange, démontrant ainsi qu’il prenait en compte la responsabilité des Nations Unies. On se quitta sans un accord décisif.

Deux mois après, conseil de cabinet du secrétaire général, tout le monde était à sa place sauf lui, occupé à téléphoner à Conakry. Il vint furieux pour la première fois, l’homme se calma et devint impavide, tirant sa sérénité de sa foi en Confucius, vint vers nous un télégramme à la main. He is mad, that man déclara-t-il en s’asseyant, “il est fou, cet homme”. Puis il nous lut le télégramme qu’il venait de recevoir de Conakry de la part du Représentant résident, par lequel ce dernier lui apprenait que toute son équipe et tous les experts américains devaient quitter la Guinée dans les 48 heures sous le motif d’agents de la CIA conspirant à renverser le gouvernement guinéen. L’atmosphère devint pesante, Ralph Bunche assis en face de moi, me lança glacial : It’s a shame for Africa. “C’est une honte pour l’Afrique.”

Je souris et me tus mais pensai, honte à partager tous deux. Ralph devina mes pensées et devint silencieux.
U Thant décida : “Je vais faire appel aux pays voisins pour qu’ils m’apportent leur concours, deux ont répondu déjà positivement, le Sénégal et le Liberia. Je pense pouvoir trouver à temps les moyens nécessaires pour pallier cette situation on ne peut plus inattendue.” La séance fut de courte durée, U Thant nous remercia et reprit ses activités pressantes.

Il m’appela peu après et me dit seul à seul :

— Djermakoye, dans le conflit Guinée/Côte-d’Ivoire, j’ai demandé votre avis que j’ai délibérément écarté pour épouser les vues de Rolz-Bennett. Je me suis trompé et vous fais mes excuses. Désormais pour tout ce qui concerne l’Afrique, c’est vous seul que je consulterai et appliquerai à la lettre vos conseils. Ensuite c’est vous qui préparerez tous mes discours à l’OUA. Les Chefs d’État savaient ce qu’ils faisaient en vous choisissant.

Je le remerciai sincèrement de cette marque de confiance et promis de m’en montrer toujours digne.
L’affaire guinéo-ivoirienne se régla avec le temps comme je l’avais prévu, sans intervention des Nations-Unies, par un commun accord des deux chefs d’État comme je l’avais toujours proposé, connaissant bien le passé et le tempérament des deux chefs d’État concernés.

Les bateaux affrétés au Sénégal et à Monrovia purent évacuer le personnel des Nations Unies, un refroidissement des relations diplomatiques des USA et de la Guinée s’ensuivit pour accusation injustifiée de ce pays contre eux et l’ensemble de la famille des Nations Unies. La guerre des ondes commença avec cet art consommé dont seul Sékou avait le secret de transformer tout à son avantage pour justifier sa décision. Mais les États-Unis firent la sourde oreille après une brève explication du porte-parole de la Maison Blanche. Tout finit par reprendre son cours normal.

À propos konakryexpress

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie. Elle est vieille de bientôt 4 ans, mais entretemps il n'y a pas eu beaucoup de changement: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Distributed by Agence web kindy