Entrée du Camp Boiro. Photo d'Aboubacarkhoraa, via Wikipedia
Entrée du Camp Boiro. Photo d'Aboubacarkhoraa, via Wikipedia

Emplacement des camps et conditions de détention, selon Amnesty International

Ce billet est extrait d’un rapport d’Amnesty International. Dans l’introduction, l’ONG de défense des droits humains met en relief les motifs de sa préoccupation, qui sont:

  • le recours généralisé à la détention prolongée, au secret et sans procès d’opposants présumés au gouvernement du président Sékou Touré;
  • l’insuffisance des procédures judiciaires et l’utilisation de tribunaux sommaires et souvent secrets pour juger les prisonniers politiques;
  • les dures conditions d’emprisonnement et de famine des prisonniers politiques;
  • l’utilisation de la torture des détenus politiques à la fois pour obtenir des «aveux» et en général pour intimider les opposants au gouvernement;
  • le recours à la peine de mort.

La principale prison politique de Guinée est le Camp Boiro, situé à Conakry. C’est le camp de prisonniers le plus grand et le plus notoire du pays, et contient quelque 1 500 prisonniers dans des conditions exiguës et surpeuplées. La plupart des prisonniers éminents y sont détenus. Un autre camp de prisonniers majeur, le camp de Kémé Bourema, se trouve à Kindia, à l’intérieur à 100 kilomètres de Conakry. Plus de 1000 prisonniers y sont détenus. Un plus petit nombre de prisonniers politiques sont détenus dans les prisons des villes et les camps militaires dans toute la Guinée.

Lire également: Camp Boiro: Crimes révolutionnaires et sadisme de Sékou Touré

Outre le camp Boiro, il existe au moins quatre autres prisons à Conakry ou à proximité: la prison de la gendarmerie, les camps Alpha Yaya et Samory, et un autre camp à 36 kilomètres de Conakry, sur la route de Coyah. Dans l’est de la Guinée, le camp militaire de Kankan contiendrait 120 prisonniers, et un nombre similaire serait probablement détenu au camp El-Hadj Omar à Labé dans les hauts plateaux du Foutah Djalon. Les autres camps de prisonniers comprennent ceux de Dabola, Kissidougou, Koundara et N’zérékoré.

Les conditions seraient extrêmement dures dans tous les camps de prisonniers de Guinée, et en particulier au Camp Boiro et à Kindia, où sont détenus la plupart des prisonniers politiques. Le mauvais traitement que reçoivent les détenus est, dans une certaine mesure, directement dû au niveau général de pauvreté en Guinée et à la conviction que les prisonniers, politiques et criminels, ne devraient pas recevoir une meilleure alimentation et un meilleur traitement médical que le reste de la population.

Cependant, il est évident, tant dans les déclarations publiques de Sékou Touré que dans les récits cohérents reçus d’anciens prisonniers, que le Gouvernement a adopté une attitude particulièrement vindicative à l’égard des prisonniers politiques. Ils sont traités comme des parias virtuels de la société et leurs proches sont officiellement encouragés à rompre tout lien avec eux. Aucune tentative n’est faite pour réhabiliter les prisonniers politiques afin qu’ils puissent éventuellement être réintégrés dans la société. Au lieu de cela, ils sont maintenus en détention prolongée et soumis à des conditions particulièrement sévères comme moyen de punition.

Les camps de prisonniers sont gravement surpeuplés. Au Camp Boiro, par exemple, les prisonniers sont si étroitement entassés dans des cellules qu’ils ont peu de place pour bouger. Les cellules sont maintenues verrouillées presque en permanence et les prisonniers ne sont autorisés à aucun exercice officiel. Le seul moyen de ventilation est un petit trou placé haut dans la paroi de la cellule et les conditions à l’intérieur des cellules sont aggravées par les toits en tôle ondulée qui provoquent une chaleur insupportable.

De nombreux détenus, en raison de leur surpeuplement et de leur exigence ainsi que de leur alimentation pauvre en vitamines, souffrent de maladies récurrentes. Des maladies telles que le béri-beri, le scorbut, le paludisme et la dysenterie chronique sont courantes, de même que les rhumatismes, les infections cutanées et l’hypertension.

Pourtant, les installations médicales sont presque inexistantes et aucune tentative n’est apparemment faite pour isoler les détenus atteints de maladies infectieuses. Un témoin oculaire a rapporté qu’en 1974, au Camp Boiro, 25 prisonniers ont été entassés dans une cellule dans laquelle un prisonnier venait de mourir de la tuberculose. Sept prisonniers ont ensuite été transférés dans d’autres cellules, mais 16 des 18 prisonniers restants sont morts dans les six mois.

Les détenus reçoivent un régime composé en grande partie de pain ou de riz avec un peu de sauce; ils reçoivent rarement des fruits, des légumes frais, du poisson ou de la viande. Les prisonniers européens ont affirmé qu’ils étaient mieux traités que les prisonniers africains et qu’on leur donne parfois du poisson ou de la viande et quelques légumes. Ils ont également rapporté que certains prisonniers africains avaient été délibérément affamés jusqu’à ce qu’ils soient trop faibles pour marcher ou qu’ils meurent. Tous les prisonniers sont tenus à court d’eau malgré la chaleur en Guinée.

Lire également: « Les exécutions étaient de plus en plus fréquentes, de plus en plus massives ».

Les dispositions relatives à l’hygiène et à l’assainissement sont également tout à fait insuffisantes. Les détenus ne sont autorisés à se laver que rarement et les méthodes d’évacuation des eaux usées sont primitives.

Les détenus sont complètement coupés du monde extérieur: ils ne reçoivent ni visite ni courrier.

Les conditions de détention des prisonniers politiques ne sont manifestement en aucun cas conformes aux exigences de base énoncées dans la Norme minimale des Nations Unies

L’attitude vindicative du Gouvernement à l’égard des prisonniers politiques signifie qu’ils sont soumis à des traitements cruels, inhumains et dégradants dans le cadre d’une politique délibérée.

Laisser un commentaire avec Facebook

About konakryexpress

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

Check Also

Quelques formes de trahison et d’arrestations de Sékou Touré, au nom de sa révolution assoiffée de sang

Révisé le 30/06/21 Pour le doyen Alpha Abdoulaye Diallo ‘Portos’ dans son livre La vérité du ministre. …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.