Nous dormions tous debout, le sol étant souillé de selles et d’urines

Le journaliste marocain Mohamed Selhami, qui travaillait à Jeune Afrique a écrit un livre, Le camp Mamadou Boiro, l’usine de la mort, d’où est tiré ce billet, dans lequel il rapporte quelques témoignages de survivants de ce goulag guinéen le 3 avril 1984, le jour de la liberté retrouvée.

L’unique hebdomadaire de Guinée, Horoya, décrit cette journée du 3 avril qu’a marquée, à la suite de la prise du pouvoir par l’armée, l’ouverture du Camp Boiro : « Pendant plus de deux décennies, le peuple de Guinée, labouré dans sa chair et son âme par des mains sanglantes, a connu le plus grand calvaire de son existence. Dans l’éclipse totale, il a marché en égrenant le chapelet de la faim, de la soif et de l’ignorance. Dépersonnalisé par une politique de chasse à l’homme, une politique d’individus tarés, avides de pouvoir personnel. Le peuple guinéen n’avait jamais goûté à un seul instant de bonheur… ».

Ce bonheur, la foule qui a afflué au Camp Boiro l’a résumé en un cri : « Vive l’armée ! » En ouvrant les cellules de l’une des geôles les plus sinistres de l’univers, les militaires ont cherché à détruire le symbole — combien concret — de la terreur « sékoutourienne ». « Camp Boiro, c’est plus que l’enfer, c’est la fin du monde… », conclut en effet Mokhtar Baldé.

Ce fonctionnaire des Nations Unies était venu à Conakry, quatre ans auparavant, rendre visite à sa famille. « Dès mon arrivée à l’aéroport, la police m’a expédié manu militari, sans explication, au Camp Boiro. Le commissaire m’a accusé de « menées subversives » contre le régime. Ce qui était faux. Je pense que mon arrestation a été due au mépris que Sékou Touré et sa milice avaient pour les intellectuels… “Suivez nous au commissariat central, n’ayez aucune crainte, il s’agit d’une simple formalité de routine” m’a dit un officier de police. » Et Mokhtar Baldé de raconter son calvaire.

« Cette formalité de routine devait se traduire, après un bref passage au ministère de l’Intérieur à Conakry — une heure environ durant laquelle on m’a fait des photos d’identité — par une incarcération qui allait durer quatre ans. Arrivé au Camp Boiro, les policiers de l’aéroport me remettent au directeur qui, d’emblée, me demande de troquer mes habits neufs contre un vieux pantalon et une chemise en haillons. Ce directeur, Mamadouba Touré, ancien inspecteur de police est, d’ailleurs, toujours en poste, depuis cinq ans. Après que je me sois changé, le même directeur, sur un ton apaisant, m’assure qu’il est de mon intérêt de tout avouer.

Avouer quoi ? Devant mon silence, il sort d’un placard, presque au hasard, un dossier d’où il tire une feuille écrite à la main. “De votre bureau de New-York, vous travaillez contre le pays. J’ai ici des rapports concernant vos activités subversives. Avouez que vous êtes un opposant”. Puis, n’attendant même pas que je réponde, il appelle un gardien et lui ordonne de me conduire à la cellule n° 16. Là, je me trouve avec une dizaine de détenus tous plus pitoyables les uns que les autres ». Les jours qui vont suivre apprendront à Mokhtar Baldé que la réputation du Camp Boiro en matière d’atrocité n’était pas le fruit de l’imagination de la presse, mais bel et bien une réalité.

Lire également: Camp Boiro: Crimes révolutionnaires et sadisme de Sékou Touré

Ecoutons le récit de M. Kaba, arrêté lui aussi pour « menées subversives contre la sûreté de l’Etat », un matin de décembre 1980. En entrant au Camp Boiro, il pesait 78 kg. Maintenant, ce poids est tombé de moitié. « Je ne faisais pas de politique. Je venais à peine d’ouvrir mon épicerie, dans le quartier Madina, à Conakry, lorsque deux miliciens me demandèrent de les suivre. “Pour interrogatoire” dirent-ils.

Et c’est au Camp Boiro que je me suis retrouvé, les mains liées par une corde et les yeux bandés. » La raison de cette arrestation, Kaba la met sur le compte d’un milicien à qui il ne voulait pas payer la taxe syndicale. « Parce qu’un gendarme l’avait déjà précédé et qu’il n’était pas question que je paie deux fois. Et me voilà transformé en détenu politique au même titre que ceux qui ont osé contester Sékou Touré que soit dit en passant, je détestais. Dès le premier jour de mon arrestation, on me fait passer par la “cabine technique”. Jy ai souffert, atrocement souffert. »

La « cabine technique » est un lieu de passage obligatoire pour tous les détenus d’opinion. Une sorte d’échoppe de dix mètres carrés environ au plafond bas d’où pend une corde. Au milieu de la pièce, une immense table en fer et une gégène électrique de fabrication soviétique. Ces trois éléments constituent le matériel de torture, sous la lumière d’une lampe à pétrole. Comme les soixante-seize cellules du camp, la « cabine technique » ne désemplissait jamais. « J’ai appris à la connaître plus que ma propre maison », déclare un tortionnaire repenti.

Lire également: Voici les 6 premiers complots des 24 que le tyran Sékou Touré a dénoncés

M. Kaba raconte un de ses nombreux passage dans la « cabine technique » : « On commence par me déshabiller entièrement. Je me sens ainsi humilié. On m’attache les mains et les pieds avant de me mettre à plat ventre sur la table en fer. Ensuite, on branche un fil électrique sur mon orteil, et un autre fil sur mon sexe. Des fils reliés à une gégène qui, mise en marche, crache de fortes décharges électriques. J’ai l’impression que mon corps est la proie de millions de fourmis. Pour étouffer mes cris, le tortionnaire, un virtuose du sévice, m’enfonce brutalement un gros chiffon noir de saleté dans la bouche. Après les décharges électriques, on marque un arrêt de quelques minutes pour que j’avoue mes activités subversives.

J’ai d’ailleurs l’impression que les “aveux” ne les intéressent guère. Ils veulent que je cite des noms, que je reconnaisse des faits que j’ignore. Par exemple, d’avoir fait parvenir à un cousin lointain exilé en Belgique des informations sur le pays. Ce cousin, je ne l’ai pas revu depuis quinze ans. J’ai fini par donner quelques noms de voisins du quartier et par reconnaître mes relations avec mon cousin. Je mentais, bien sûr, croyant ainsi qu’ils arrêteraient de me tourturer. Pensez-vous ! Les sévices ont redoublé. Après la pause, on me pend par les mains et les pieds. On allume un feu en-dessous de moi.

La peau de mon dos est dévorée par les flammes. Le supplice dure quelques minutes qui m’ont semblé une éternité. Certains prisonniers sont d’ailleurs morts calcinés sous les yeux de leurs tortionnaires. Après la corde, le supplice du pneu [de camion rempli de granit] qu’on pose sur mon dos alors que je suis à plat ventre sur des pierres tranchantes. C’est la terre entière qui m’écrase sous son poids… ».

Kaba, qu’on a ensuite installé dans une cellule de six mètres carrés avec six autres détenus, devait fréquenter la « cabine technique » vingt jours de suite. Très vite, il a faibli, à cause des sévices, mais aussi à cause de la « diète noire » : « Parfois on restait dix jours sans avoir à manger ni à boire. Certains, n’ayant rien à se mettre sous la dent pendant des mois, meurent réduits à l’état de squelettes. J’en ai vu dans ma propre cellule. Je n’oublierai jamais ces cris plaintifs et ces yeux qui ressortaient de cavités osseuses. Nous dormions tous debout, le sol étant souillé de selles et d’urines. Il nous arrivait d’en consommer ».

Kaba n’a toutefois pas connu la cellule dénommée « tête de mort » : quatre murs sans toit où l’on enfermait les opposants « dangereux » qui, à l’instar du plus célèbre d’entre eux, Telli Diallo, devaient périr à tout prix. Combien y en a-t-il eu ? Dix mille aux propres dires des tortionnaires. On en arrêtait deux cents par mois et il en mourait six par semaine, presque un opposant par jour.

Deux des quatre pendus du Pont Tombo. 25 janvier 1971
25 janvier 1971. Magassouba Moriba et Kara Soufiane Keita : deux desquatre pendus du Pont Tombo

Ces hommes étaient-ils à ce point criminels qu’ils ont réduit leurs compatriotes à l’indifférence de simples spectateurs ?

Dans la « tête de mort », les prisonniers se retrouvent à cinquante. En pleine saison des pluies, l’eau envahissait la cellule, montant chaque jour un peu plus. Cela durait des mois. Certains mouraient noyés. Les survivants, agrippés aux cadavres, perdaient des lambeaux de peau quand l’eau se retirait. Sans doute avaient-ils à boire plus qu’ils ne l’auraient souhaité. Mais que pouvaient-ils manger ? Ceux que nous avons pu interroger ont toujours éludé la question ; tel Mokhtar Baldé qui doit sa survie à sa grande taille, 1,82 mètre « Mais je devais y retourner à la prochaine saison des pluies. Heureusement, le 3 avril… ».

Lire également: Le 3 avril 1984, les portes du Camp Boiro s’ouvraient, révélant toute son horreur

Parmi les libérés, une femme, la quarantaine, qu’on avait mise à part dans une cellule où elle était torturée et, en plus, quotidiennement violée par les geôliers. Il y a également « Monsieur le doyen », doublement doyen : cet octogénaire a fait quinze ans de cellule. Lui, il avait fait de la « politique ». Il entretenait des relations avec ses trois petits-fils installés en Côte d’Ivoire. Tous des opposants à Sékou Touré. Pour les punir, le président défunt avait fait arrêter le grand-père. Quand celui-ci est sorti de Camp Boiro, une grimace perpétuelle lui tenait lieu de sourire. Comme beaucoup d’autres, il était devenu fou. Des petits enfants s’agrippaient à ses haillons. Mais lui, inconscient, poursuivait sa marche titubante. La marche de la liberté ! Avant de se perdre dans la foule, il a jeté un dernier regard sur la cité maudite, l’usine de la mort, le Camp Boiro.

Pourtant, vu de l’extérieur, ce camp ressemble à un paisible quartier populaire. Une centaine d’agents de la garde républicaine y vit, en famille, dans des maisons en préfabriqué et en dur. A longueur de journée, on voit des enfants s’adonner gaiement aux jeux de leur âge ; des vieillards assis en tailleur, à l’ombre des manguiers, parler de la pluie et du beau temps ; des femmes portant des habits multicolores attiser le feu sous des marmites ventrues, remplies de légumes provenant du jardin d’à côté… L’aire de culture la plus fertile de tout le pays ! Jouxtant les cellules, ce jardin a servi de cimetière — plutôt de charnier — pour les cadavres des prisonniers. « On creusait des fosses, et on les comblait avec les corps», révèle aujourd’hui un ex-tortionnaire.

Une cité dans la cité, ce Camp Boiro. Avec sa population, ses maisons, ses épiciers et ses marchands des quatre saisons, ses « hôtels », sa mosquée … son cimetière. Il doit son nom au premier « martyr de la répression », Mamadou Boiro. Cet ancien commissaire de police est mort en 1966, éjecté de l’avion à bord duquel il convoyait des prisonniers destinés au camp… On n’a jamais retrouvé son corps. Sékou Touré l’a immortalisé en baptisant Mamadou Boiro ce camp dont ses conseillers tchécoslovaques venaient de superviser la construction.

Laisser un commentaire avec Facebook

About konakryexpress

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

Check Also

1955-58: Sékou Touré déchaine ses loubards contre l’église et ses opposants pour mieux asseoir son pouvoir

  Revnu et corrigé le 8/10/21 Dans ce billet extrait du chapitre XIX de son …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.