Accueil » Camp Boiro » Comment un écolier de Dubréka qui a rêvé d’être président … mourra en 1975 au camp Boiro

Comment un écolier de Dubréka qui a rêvé d’être président … mourra en 1975 au camp Boiro

e vous ai déjà présenté quelques extraits des livres de personnalités qui ont survécu aux affres du Camp Boiro ou bien de l’ambassadeur Lewin ou bien l’actuel président, Alpha Condé, traitant du côté superstitieux de Sékou Touré. Sa croyance à ce que lui racontaient ses marabouts, sorciers et autres l’ont conduit à faire plusieurs sacrifices humains. Des centaines de guinéens ont été extirpés de Cité Solidarité et d’autres endroits pour être sacrifiés. 

Le texte que je vous présente aujourd’hui traite d’un enfant dont la seule faute a été d’avoir rêvé d’être devenu président de son pays. J’ai extrait le texte du livre du Professeur Ibrahima Kaké, intitulé  Sékou Touré : Le Héros et le Tyran. 

Le  Prof. Ibrahima Bana Kaké, agrégé d’histoire est décédé en 1994. Par ses écrit et ses émissions radiophoniques il a contribué à faire connaitre un peu plus l’histoire africaine.Il a collaboré avec RFI et la compagnie multinationale “Air Afrique”. 

Mécréant et même communiste déclaré au début de sa carrière, Sékou Touré, en effet, se révèle être un grand superstitieux, fasciné par tous les manipulateurs de la chose occulte. Il n’est un secret pour personne que nombre de marabouts feront partie de ses agents de renseignements et qu’avec d’autres oisifs, délinquants et mystificateurs de l’entourage de Sékou Touré, ils se nourriront du budget national. C’est déjà par voie occulte, très tôt, que Sékou Touré apprend, ou plutôt croit apprendre bien sûr, que son successeur sera un ressortissant de la Basse-Guinée. Que fait-il ? Sans tarder il s’empresse de neutraliser les éventuels présidentiables de cette région. Les prédictions se font hélas bientôt plus précises : l’ange exterminateur du régime, lui dit-on, doit s’appeler David ou Ibrahima.

Du coup la police secrète recherchera tour à tour David Soumah, syndicaliste chrétien de renom, David Tondon Sylla, un ancien de William Ponty, Ibrahima Diané, directeur des douanes, et tous les David et les Ibrahima imaginables de la Guinée. On vous jette en prison rien que pour le port d’un de ces deux prénoms. Et ce n’est pas par hasard que David Tondon Sylla, David Camara et Ibrahima Diané se retrouveront tous au camp Boiro à l’occasion de l’un ou l’autre complot.

Autre méfait imputable aux voyants : l’un d’entre eux évoque la ville de Dubréka comme pouvant devenir un centre de subversion. Par malheur un écolier de l’endroit dit un jour en jouant avec ses camarades :

  • J’ai rêvé que je suis devenu président.

Crime de lèse-majesté ! Le pauvre garçonnet, dénoncé, est impitoyablement traîné jusqu’au comité de base local puis à la fédération. Il mourra en 1975 au Camp Boiro.

Les tendances occultes du dictateur guinéen, nous l’avons déjà signalé, se déploient également dans un autre domaine : il semble avoir une prédilection pour les infirmes, les handicapés, les albinos, etc. Bon nombre de ces êtres très particuliers appartiennent à sa police secrète et certains joueront un rôle important dans la vie nationale.

C’est ainsi que Bangali, un petit bossu originaire de Faranah, simple planton aux PTT, peut réussir, par des allégations mensongères, à faire destituer le ministre de son département qui avait refusé de lui rendre un service illégal. Si Sékou aime tant les albinos et autres individus bizarres ou anormaux, c’est aussi, dira une rumeur insistante, parce que ceux-ci constituent d’excellentes proies… pour des sacrifices humains.

La Guinée, sous Sékou Touré, est en fait un pays administré à deux vitesses : d’un côté on adopte les techniques rationnelles de l’Occident, de l’autre on conserve l’usage des méthodes et comportements non moins éprouvés de l’Afrique ancestrale. C’est évidemment à cette seconde catégorie qu’appartiennent les prédictions dont est si friand le leader guinéen.

Les marabouts qui en sont les auteurs se livrent à des exorcismes, des substitutions au plan symbolique qui exigent l’immolation de cabris, de boeufs , voire, c’est le nec plus ultra, d’hommes. Est-ce pour avoir ainsi des sacrifiés à portée de la main que Sékou Touré a fait construire, à la demande des marabouts, une résidence pour les infirmes ? La rumeur, là encore, le dit.

Cet asile, implanté à Matoto, un endroit discret à côté de Conakry, porte l’appellation très évocatrice de cité de la solidarité. Celle-ci, d’aucuns remarqueront la coïncidence, est inaugurée le dimanche 18 juillet 1976, au moment même où l’on va déclencher les dernières grandes opérations contre la Cinquième colonne impérialiste, au cours de cette nuit infernale où sont arrêtés les Diallo Telli, David Camara, Sékou Philo Camara, Souleymane Sy Savané, Dramé Alioune, Dr. Barry Alpha Oumar. On dit que les désertions sont fréquentes à Matoto, même parmi les aveugles et les lépreux les plus atteints. Ce serait le sauve-qui-peut, chacun craignant de disparaître selon le bon vouloir du dictateur et de ses marabouts.. .

À propos konakryexpress

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Distributed by Agence web kindy