Connect with us

Droits de l'Homme

FATOU BENSOUDA AFFRONTERA-T-ELLE LA COMMISSION VÉRITÉ EN GAMBIE ? Partie III

Published

on

Voici la deuxième partie de l‘article de  THIERRY CRUVELLIER ET MUSTAPHA K. DARBOE publié sur justiceinfo.net le 11 juillet 2019. 

« SI VOUS SUIVEZ DE MAUVAIS ORDRES, ALORS VOUS ÊTES FAITE POUR LE JOB »

Photo du journal gambien The Observer, daté du 12 décembre 1995, titrant : We still don't have access to our lawyers - Nous n'avons toujours pas accès à nos avocats
The Observer, le 12 décembre 1995.

Treize mois se passent, pendant lesquels la détention est prolongée sans que le dossier de l’accusation ne se remplisse. « Elle n’a pas présenté la moindre preuve. Elle a dit qu’elle l’apporterait. On l’attend encore aujourd’hui. Il n’y en avait aucune. Ils essayaient de recruter des membres de la NIA pour servir de témoins », explique Jallow.

En novembre 1996, les élections si craintes par les putschistes sont passées et un groupe de militaires se présente à la caserne. « Les charges ont été levées, vous êtes libres, sous conditions », disent-ils aux prisonniers. Ces conditions sont au nombre de cinq, assez redondantes, se souvient Jallow : ne pas s’occuper de politique, ne pas se réunir à plus de trois personnes dans la rue, ne pas participer à des réunions politiques, ne pas apporter de soutien à quiconque occupant une responsabilité dans un parti politique, ne pas appartenir à un parti politique.

Jallow signe. On le ramène chez lui. Pendant deux semaines, deux agents surveillent sa maison. Il fait ses bagages et retourne dans sa province. Dès la fin de l’année, il quitte le territoire et se réfugie au Sénégal. En septembre 1999, il rejoint les Etats-Unis dans le cadre du programme de relocalisation américain. Il ne reviendra en Gambie qu’à la chute du dictateur, en janvier 2017.

« Elle avait peur du régime », dit aujourd’hui Batch Samba Jallow, âgé de 68 ans, en évoquant Fatou Bensouda. « Elle aurait pu démissionner ; beaucoup ont démissionné, ils ne voulaient pas faire partie de ce régime. Mais elle voulait quelque chose de plus gros. Etre ministre », attaque-t-il. « Elle n’est pas le genre de personne qui aide les gens quand ils sont dans le besoin, politiquement. Le jour de l’ouverture de la TRRC, quand elle est venue, nous étions très en colère. »

– « Devrait-elle, selon vous, être appelée à témoigner ?

– Elle le sera.

– Qu’espérez-vous qu’elle dise ?

– On devrait l’interroger sur les choses qu’elle sait. Pourquoi n’a-t-elle pas œuvré réellement sur les dossiers des Gambiens ? Elle a été contactée par la diaspora gambienne pour parler publiquement après qu’elle a quitté le pays. Elle n’a pas répondu. Jamais.

– Ne pensez-vous pas qu’elle devait suivre les ordres ?

– Si vous suivez de mauvais ordres, alors vous êtes faite pour le job.

– Et si elle refuse de venir témoigner ?

– Alors c’est autre chose. Les Gambiens sauront qu’elle a caché beaucoup de choses. »

LE CALVAIRE DE SAINEY FAYE

La petite échoppe de Sainey Faye, perdue dans le dédale du grand marché de Serrekunda, au début d’une étroite allée couverte et sombre, offre toute une gamme de savons, produits de soins traditionnels et miels. Une jeune femme allaite sur un petit banc placé sur le côté, à l’intérieur de ce petit commerce d’à peine 5 mètres carrés. Epaules larges et bras musclés, Sainey Faye a un physique résistant et un visage aux traits harmonieux, qui dégagent une égale impression de robustesse. Ses paupières supérieures, dont le gonflement donne le sentiment de clore à moitié ses yeux, donne à son regard une profondeur séduisante qu’appuie un sourire généreux. Si Batch Samba Jallow, bien que d’allure simple et modeste, a l’assurance et l’éloquence d’un éducateur, Sainey Faye a la retenue et la timidité passagère du petit commerçant.

Sainey Faye, dans sa petite boutique de Serrekunda, raconte à JusticeInfo les tortures qu'il a subi sous le régime de Yahya Jammeh en 1995.
Sainey Faye, dans sa petite boutique de Serrekunda, raconte à JusticeInfo les tortures qu’il a subi sous le régime de Yahya Jammeh en 1995. Interrogé également par la Commission vérité gambienne, il implique Fatou Bensouda dans les décisions qui ont mené à sa captivité et critique son inaction.

Faye a été arrêté ce même 12 octobre 1995 alors qu’il s’était rendu à l’ambassade des Etats-Unis pour y retirer un formulaire de visa. Dans la rue principale, il se trouve nez à nez avec de nombreux civils en état d’arrestation. Et le voici embarqué à son tour. Quand les hommes qui l’ont arrêté lui demandent de s’éloigner de l’ambassade américaine vers un coin plus discret, il refuse et s’y oppose physiquement. On lui brise une jambe et on l’emmène à la station de police de Kairaba, au carrefour dit « Trafic Lights ». Puis il est transféré au siège de la NIA, à Banjul. Le haut responsable de la NIA, Marenah, lui déclare que son échoppe au marché (différente de celle d’aujourd’hui) est le lieu de réunions séditieuses. Il est déshabillé, interrogé, tabassé, reçoit des chocs électriques sur tout le corps, y compris les parties génitales. « Avant que tu nous tues, nous te tuerons », lui disent ses tortionnaires.

Le lendemain, il est envoyé à la caserne de Fajara, où il est soumis à de nouvelles menaces d’exécution. C’est là, en entendant la BBC, qu’il apprend que son groupe est accusé d’avoir aidé à un plan de renversement du pouvoir. « Nous étions tous des civils. Aucune arme, aucun document », précise-t-il.

LES TORTURES ? « TOUT LE MONDE POUVAIT VOIR LES MARQUES, PERSONNE NE POUVAIT LE NIER »

Il raconte le mois sans douche, sans médicaments et sans habits propres, avec une nourriture minimale. Il faut huit mois avant qu’il n’obtienne un avocat. Les preuves de la conspiration qui sont apportées à l’audience par la procureure Fatou Bensouda, explique-t-il, consistent en la photo de l’ancien président Dawda Jawara (renversé en 1994 par Jammeh), ainsi qu’un autre feuillet où figurent les visages des leaders de la junte avec des commentaires hostiles. C’est tout. Son avocat demande si ces documents ont été trouvés sur son client et si c’est un crime d’avoir une photographie de l’ancien dirigeant. La procureure répond que non. Mais quand l’avocat demande une libération sous caution, elle s’y oppose et invoque une menace sur la sécurité.

Témoignage de Sainey Faye devant la Commission vérité (en anglais)

Sainey Faye met en cause Fatou Bensouda dans son témoignage à partir de 1:14:50. (© The Gambia TRRC)

A l’audience, « l’un d’entre nous a été montré comme exemple des tortures infligées. Tout le monde pouvait voir les marques, personne ne pouvait le nier », témoigne Sainey Faye. A l’issue de la seconde audience, le juge ordonne la remise en liberté sous caution. Mais l’espoir est de courte durée. Une heure plus tard, la décision est revisée et Faye retourne à la caserne-prison. La procureure a invoqué un nouveau décret qui autorise les détentions de 90 jours pour raisons de sécurité.

Le premier juge nigérian est remplacé par une nouvelle juge, nigériane aussi. « La nouvelle juge a demandé à Fatou Bensouda de mettre son dossier en ordre », raconte Faye. Puis « la juge a dit qu’elle ne pouvait pas demeurer dans ce dossier. Elle s’est retirée. » La détention de 90 jours est renouvelée à deux reprises. La NIA cherche à convaincre certains membres du groupe à témoigner contre les autres, en échange de « cadeaux », raconte Faye. Puis, après treize mois, on leur annonce qu’ils sont amnistiés, sous les conditions décrites par Jallow.

Dans sa réponse à Justice Info, Fatou Bensouda nie également avoir été au courant des tortures subies par les deux témoins. Elle affirme, en outre, que ce sont ses actions qui ont mené à l’abandon des charges.

LES CONVICTIONS ET LES PRUDENCES D’ESSA FAAL

Lorsque, le 28 janvier dernier, Batch Samba Jallow a témoigné publiquement devant la TRRC et mis en cause Fatou Bensouda, le conseiller principal de la Commission, Essa Faal, a semblé pris de court et embarrassé. Essa Faal est le chef d’orchestre incisif, impeccable de préparation et volontiers intraitable, de ces audiences publiques qui ont, depuis janvier, fait de la Commission vérité en Gambie un événement national auquel est rivé le public. C’est un artisan clé du succès de ce processus de justice et de la crédibilité de ses enquêtes. C’est également un ancien membre éphémère du parquet général de Gambie, en 1994. C’est enfin un ancien collègue de Fatou Bensouda à la Cour pénale internationale. A l’audience, le dialogue entre la victime et le juriste a semblé se solder sur un désaccord sur les conclusions à tirer de l’expérience de Jallow.

– « Qui était le procureur dans ce dossier ? demande Essa Faal.

– Fatou Bensouda. C’était elle le cerveau, répond Jallow.

– Ah, elle était le procureur.

– Oui, c’était le cerveau derrière tout ce que nous avons enduré.

– Ah… Vous seriez d’accord pour dire que Madame Fatou Bensouda, si d’ailleurs c’était elle le procureur, n’a dû intervenir qu’à la fin du processus, au stade des poursuites et qu’elle n’a donc pas pu participer à quoi que ce soit qui se fut déroulé avant cela – n’est-ce pas ?

– Non, je ne suis pas d’accord. »

Il n’en a pas fallu davantage pour que les soupçons naissent d’un traitement de faveur à l’égard de l’ancienne conseillère juridique et ministre de Yahya Jammeh. Dans son bureau spartiate au siège de la Commission, Essa Faal parle avec conviction de la mission de la TRRC. « C’est important le pardon, c’est une manière plus sûre d’accéder à la vérité », explique-t-il. Faal s’ouvre tout aussi aisément à l’autocritique. « Chacun de nous a contribué. Notre silence y a contribué. Surtout les intellectuels. Nous voyions les mauvaises lois. Si nous nous en plaignions, c’était à la maison. Personne ne disait rien et cela a encouragé le dictateur. Il a continué à pousser le bouchon », dit-il. Interrogé au sujet de la mise en cause de son ancienne patronne à la CPI, Essa Faal répond pourtant sans hésiter : « Il s’agit d’une situation malheureuse. La personne [le témoin] ne comprend pas vraiment. Ils disent des choses qu’ils ne comprennent pas. Accuser Fatou Bensouda d’être responsable de tout ce qu’ils ont enduré serait un peu injuste. »

L’EXPLICATION DU MINISTRE DE LA JUSTICE

Interrogé sur la BBC, le 30 juin, le ministre de la Justice Abubacarr Marie Tambadou suit la même ligne qu’Essa Faal. Tambadou est un autre acteur crucial du processus de justice en Gambie. C’est lui qui a imposé Faal à son poste. C’est lui qui donne du muscle à la TRRC chaque fois qu’elle en a besoin, renforçant la crédibilité de la Commission. Son soutien au processus est infaillible. Mais il a également travaillé au parquet général à la fin des années 90, avant de passer au privé et de se distinguer dans la défense des droits de l’homme. Et il a aussi travaillé au TPIR en même temps que Fatou Bensouda, puis sous les ordres d’Hassan Jallow, ancien procureur général du TPIR (et supérieur de Bensouda) et aujourd’hui président de la Cour suprême. Interrogé sur le fait que Fatou Bensouda devrait ou non être appelée à témoigner devant la TRRC, Tambadou répond : « C’est à la TRRC de décider. Mais cela étant dit, en tant qu’observateur attentif de la TRRC, je sais que la procureure Fatou Bensouda n’a pas été citée de manière très crédible. Nous devons nous souvenir qu’elle était seulement une procureure au niveau de l’Etat et que, par conséquent, elle n’intervenait qu’à la fin de tout processus judiciaire. »

Fatou Bensouda assure qu’elle « n’aurait aucune réticence » à comparaître devant la Commission vérité, qu’elle « n’a rien à cacher et sa conscience est claire ». Mais elle laisse planer le doute sur le fait que sa position actuelle à la CPI pourrait ou non l’empêcher de comparaître.

« ELLE DOIT PARLER »

Sainey Faye, âgé de 65 ans, n’a jamais perdu le boitement hérité de ses mauvais traitements en 1995. Et il n’a aucune hésitation sur la question de savoir si les responsabilités de Fatou Bensouda au cours de la période où elle a servi la dictature devraient être débattues publiquement. « On nous a dit qu’elle ne faisait qu’assurer son poste et que c’était son devoir. Mais pour nous, elle n’a pas été bonne. Elle a été dure avec nous », rappelle-t-il. « Elle devrait venir. C’est une juriste. Elle devrait faire la lumière sur la façon dont les gens étaient accusés, le manque de preuves. Qu’elle parle de notre dossier, de la façon dont elle le voit et de la façon dont nous étions traités, illégalement.

– Souhaitez-vous qu’elle exprime des regrets ?

– Oui, si regrets il y a. Je pense qu’elle viendra. Elle a fait partie du système, de bout en bout. Elle doit parler. »

Je revendique le titre de premier clandestin à entrer en Italie, le jour où la mort de Che Guevara a été annoncée. Mais comme ce serait long de tout décrire, je vous invite à lire cette interview accordée à un blogger et militant pour les droits humains qui retrace mon parcours dans la vie: https://fr.globalvoices.org/2013/05/20/146487/

Droits de l'Homme

Les familles kényanes souffrent des retombées des fermetures d’écoles

Published

on

École primaire de Kibera, Nairobi, Kenya, 18 septembre 2012. Photo via ARC / Flickr, sous licence CC BY 2.0.

[box type= »shadow » ]Ce billet que j’ai traduit de l’anglais en français a été écrit par Bonface Witaba pour globalvoices.org qui l’a publié le 16 août 2020. L’auteur est un professionnel des TIC multidisciplinaire avec une expérience de travail en tant que; Rédacteur, traducteur (Eng-Swa), formateur, chercheur, consultant en matière de gouvernance et de politique de l’Internet.[/box]

[Sauf mention contraire, tous les liens mènent vers des sources en anglais.]

Note de la rédaction : cet article a été co-écrit par Bonface Witaba, contributeur de Global Voices et Sri Ranjini Mei Hua, un chercheur et écrivain de Singapour.

En mars, le gouvernement kényan a annoncé la suspension des cours dans les écoles dans le cadre des mesures visant à freiner la propagation du COVID-19. L’annonce a jeté le pays dans le désarroi, affectant 18 millions d’apprenants dans tout le pays, et a également menacé de faire dérailler les progrès vers une éducation inclusive, équitable et de qualité, comme le décrit l’Objectif 4 [fr] de développement durable des Nations Unies.

Dans le cadre des efforts visant à assurer un apprentissage continu tout en protégeant la santé, la sécurité et le bien-être des apprenants et des éducateurs, le ministère de l’Éducation, en collaboration avec les partenaires et les parties prenantes, a conçu le plan d’intervention d’urgence COVID-19 [pdf] pour l’éducation de base au Kenya, avec l’objectif de promouvoir « l’apprentissage hors des classes » par la radio, la télévision, le cloud et les téléphones mobiles.

Aujourd’hui, malgré les efforts du Kenya Institute of Curriculum Development (KICD, en français : Institut kényan de développement des programmes éducatifs) pour étendre la diffusion de contenu en ligne, on estime que 80 % des apprenants n’ont toujours pas accès à des cours à distance, selon une étude réalisée par le réseau de recherche sur l’éducation Usawa Agenda [fr].

Cela est dû, en partie, à un accès inégal aux technologies telles que les ordinateurs de bureau, les ordinateurs portables ou smartphones, ainsi qu’à des coûts d’Internet prohibitifs et à un service peu fiable, en particulier pour les apprenants issus de familles défavorisées et de communautés marginalisées. Même là où la technologie est disponible, il y a des préoccupations concernant l’utilisation d’Internet par les jeunes enfants sans surveillance.

Avant le confinement, les élèves avaient accès à des repas gratuits à l’école. Les filles pouvaient accéder aux serviettes hygiéniques grâce à une initiative visant à les leur fournir gratuitement. Cependant, en raison de la fermeture prolongée, le secrétaire de cabinet chargé de l’éducation, George Magoha, déclaré l’année scolaire « perdue ».Cela signifie que les écoles resteront fermées jusqu’en 2021, laissant des milliers d’élèves dans une situation désastreuse car leurs familles, qui ont récemment subi des pertes d’emploi, ne peuvent pas se permettre de leur fournir la nourriture et les nécessités de base.

Par exemple, à Kibra*, un quartier considéré comme la plus grande zone de résidence informelle de Nairobi (et d’Afrique), la plupart des élèves ne peuvent pas accéder aux programmes d’apprentissage hors des classes du KICD et n’ont pas d’endroit où étudier, encore moins de place pour les jeux ou l’exercice.

Dans une interview Skype avec Asha Jaffar, une journaliste résidant à Kibra qui écrit sur le sort de la communauté locale, celle-ci a déclaré à Global Voices qu’il y avait un nombre limité de bibliothèques gratuites qui permettaient à 10 élèves à la fois de faire leurs devoirs. Cependant, ces élèves doivent céder leur place au groupe suivant après environ une heure. Elle a ajouté que les initiatives de formation gratuite pour les jeunes ont dû être réduites en raison des règles de distanciation sociale imposées par le gouvernement et les responsables de la santé.

La journaliste Asha Jaffar, en gilet réfléchissant orange, montre l'étendue du quartier informel de Kibra à Nairobi, depuis une route avoisinante.

Asha Jaffar, journaliste et résidente de Kibra, indique l’emplacement de son quartier. Photo de Kibra Food Drive, août 2020, utilisée avec permission.

L’impact à long terme des fermetures d’écoles est vaste et encore plus dévastateur pour les familles vivant en dessous du seuil de pauvreté. Étant donné que la sécurité alimentaire prime sur l’éducation, les élèves – en particulier les filles et les jeunes femmes – issu⸱e⸱s de familles vulnérables doivent souvent travailler dans des exploitations agricoles et contribuer aux tâches ménagères ou prendre soin de leurs proches au lieu d’apprendre. Cela s’est produit pendant le confinement, qui coïncidait avec le pic de la saison des semailles en mars.

Certaines filles peuvent même être sujettes à des mariages précoces, ce qui les expose à un risque plus élevé d’abandonner l’école, souvent en raison de grossesses précoces. Par conséquent, les résultats scolaires des enfants issus des familles les plus vulnérables en pâtiront car elles n’auront guère de raisons de les envoyer à l’école lors de la réouverture.

En mars, Mme Jaffar a lancé l’initiative Kibra Food Drive pour aider à soulager la faim dans la communauté de Kibra, grâce à des dons de colis alimentaires aux familles les plus vulnérables. Elle a commencé par la sollicitation de dons via l’application mobile de transfert d’argent M-Pesa, dans le but de nourrir 100 familles vulnérables par semaine. Cependant, les besoins allant croissant, l’initiative a nourri 2 400 familles, à la date du 5 août. Mme Jaffar reconnaît que fournir des repas gratuits ne suffit pas car les familles ont finalement besoin de soutien pour démarrer de petites entreprises. Cependant, la communauté reste dans une impasse alors que le commerce et l’activité économique stagnent.

Un homme en gilet de sécurité portant l'inscription "Kibra Food Drive" porte un gros sac de jute sur son épaule pendant une distribution de nourriture dans le plus grand quartier informel de Nairobi.

Un bénévole livrant de la nourriture aux résidents de Kibra dans le cadre de l’initiative Kibra Food Drive à Kibra, Kenya, août 2020. Photo de Kibra Food Drive, utilisée avec permission.

Le Kenya prévoit la réouverture des écoles pour une nouvelle année scolaire en 2021, mais tout dépend du nombre d’infections au COVID-19, selon le secrétaire de cabinet chargé de l’éducation, M. Magoha.

Plusieurs experts en éducation affirment que cette période est le moment opportun pour le gouvernement de mener une analyse des lacunes du système éducatif et d’effectuer un redémarrage complet en vue d’un accès équitable à l’apprentissage pour tous, comme le prévoit le Plan de réponse d’urgence COVID-19 pour l’éducation de base au Kenya. La première étape consisterait à allouer un budget à l’amélioration des infrastructures scolaires en termes d’éclairage, de bureaux et de chaises et à fournir une alimentation électrique fiable – en particulier dans les zones rurales. Ensuite, le gouvernement pourrait réduire les tarifs de l’eau et de l’électricité pour les écoles, car ces coûts énormes nuisent à leur fonctionnement.

Ce n’est que lorsque ces priorités seront résolues que les efforts pourront reprendre sur un projet d’alphabétisation numérique lancé en 2013 par le gouvernement, actuellement au point mort. Ce programme visait à garantir que les élèves du premier cycle du primaire (3 premières années d’école) puissent utiliser la technologie numérique et les outils de communication, avec pour objectif primordial de transformer l’apprentissage au Kenya en un système éducatif ancré dans le XXIe siècle.

Le projet a eu beaucoup de mal à démarrer après sa phase pilote, en raison de l’incapacité à atteindre les résultats escomptés et du manque de préparation des enseignant⸱e⸱s pendant la période de généralisation de l’initiative. La réussite de ce programme nécessiterait une formation approfondie en technologies de l’information et de la communication (TIC) pour les enseignant⸱e⸱s, qui leur permettrait d’utiliser efficacement ce matériel électronique et de régler les problèmes techniques.

Le Kenya est passé d’un programme d’éducation primaire universelle [pdf] à un programme d’éducation pour tous [fr]. L’éducation primaire universelle, le deuxième Objectif du Millénaire [fr] pour le développement déclaré par les Nations Unies, visait à faire en sorte qu’avant 2015, tous les enfants du monde terminent l’école primaire, alors que l’éducation pour tous était un mouvement mondial dirigé par l’UNESCO[fr], visant à apporter les avantages de l’éducation à « tous les citoyens dans chaque société ». Avec ces gains, le Kenya ne peut pas se permettre de revenir sur ses progrès.

Le prochain défi du Kenya est maintenant de s’assurer que les élèves aient accès à des projets d’alphabétisation numérique qui fournissent non seulement une éducation conventionnelle, mais un apprentissage holistique, autonome et basé sur les compétences, afin de réaliser sa vision de l’éducation et ses objectifs de développement durable d’ici 2030.

*Pendant de nombreuses années, le quartier a été appelé « Kibera », une mauvaise prononciation du mot nubien kibra, qui désigne la forêt. La communauté nubienne du Kenya estime que l’utilisation de « Kibera » les prive de leur identité.

Continue Reading

Droits de l'Homme

Surveillance de masse et espionnage au Rwanda, une réalité effrayante

Published

on

Dans le cadre de l'édition 2017 de la Semaine de la croissance verte du Rwanda, un participant illustre des matériaux de construction zéro carbone. Photo du Fonds vert du Rwanda via Flickr, sous licence CC BY-ND 2.0

[box type= »shadow » ]Je vous propose cet article que j’ai traduit de l’anglais. Il a été écrit par l’avocat rwandais Louis Gitinwya, membre du Media Defence East African Lawyers Network, une ONG basée au Royaume-Uni qui forme des avocats pour faire progresser les droits numériques et la liberté des médias pour globalvoices.org qui l’a publié le 6 aout 2020.[/box]

[Sauf mention contraire, tous les liens mènent vers des sites en anglais, ndt.]

Cet article fait partie d’UPROAR, une initiative de Small Media [petits médias] qui exhorte les gouvernements à relever les défis des droits numériques lors de lExamen périodique universel (EPU) [fr]. 

L’État rwandais est construit sur deux récits concurrents.

D’une part, le Rwanda est le «chouchou des bailleurs de fonds » occidentaux, considéré comme un brillant exemple de développement africain, en particulier en ce qui concerne Internet et la transformation numérique. Le Rwanda a été mondialement reconnu pour sa large couverture de réseau mobile, son impressionnante couverture réseau 4G et sa fabrication locale de smartphones [fr]

D’un autre côté, il fonctionne comme un État autoritaire doté d’un pouvoir hégémonique et étroitement centralisé. Le parti au pouvoir, le Front patriotique rwandais (FPR), s’est positionné comme le seul garant de la paix, de la sécurité et du développement après une transition politique massive à la suite du génocide et de la guerre civile de 1994, lorsque de nombreux politiciens, journalistes et acteurs de la société civile ont été tués, déplacés ou discrédités. 

L’État justifie son contrôle strict sur la liberté des médias, la suppression de la dissidence et l’hostilité envers l’opposition comme des questions d’unité nationale, de sûreté et de sécurité, ciblant spécifiquement une diaspora politiquement active qui a fui le Rwanda pour vivre en exil après la guerre, y compris d’anciens membres des mouvements rebelles basés dans l’est de la République démocratique du Congo, ainsi que d’anciennes personnalités gouvernementales qui ont fui le Rwanda pour rejoindre des partis politiques en Europe et aux États-Unis. 

Compte tenu de l’histoire de violence ethnique qui divise le pays, le gouvernement a élaboré une stratégie sophistiquée de surveillance active et de démantèlement des voix de l’opposition par la cybersurveillance, les menaces et la violence – non seulement dans la région des Grands Lacs mais dans le monde entier.  

Au cours des trois dernières années, l’État a également élargi ses capacités locales de surveillance de masse avec la mise en place récente d’un réseau de caméras de télévision en circuit fermé (CCTV) dans les quartiers de Kigali, la capitale. 

L’État est soupçonné d’avoir fait usage à de nombreuses reprises d’outils technologiques contre des dissidents et des membres de l’opposition, comme en témoignent plusieurs affaires judiciaires où l’accusation a présenté des communications privées provenant d’applications de messagerie mobile. 

En septembre 2017, des preuves ont montré que le service de sécurité nationale et de renseignement utilisait diverses technologies et des logiciels espions pour surveiller les activités en ligne des dissidents et des membres de l’opposition.

Par exemple, quelques mois seulement après que la politicienne Diane Rwigara [fr] ait annoncé sa candidature à la présidentielle en 2017, elle a été arrêtée, avec sa mère et sa sœur, sur la base de fausses accusations d’évasion fiscale et d’incitation à la haine contre le gouvernement. Lors de l’audience préparatoire au procès, l’accusation a présenté un message audio WhatsApp prétendument pris sur les téléphones portables de Mme Rwigara et de sa mère comme preuve contre elles. On pense que les autorités ont saisi les messages grâce à des logiciels espions.

En 2019, un rapport d’enquête du Financial Times a mis davantage en lumière la tendance de l’État à surveiller de près l’utilisation des médias sociaux par les citoyens. Le rapport a révélé l’utilisation possible par l’État du logiciel espion Pegasus, fabriqué par une société de technologie israélienne.  

Grâce à ce logiciel, les agences de sécurité peuvent collecter les données [fr] des smartphones des citoyens sans laisser de trace. Cela concerne les appels téléphoniques, les contacts, les mots de passe et toutes les données transmises via des applications comme WhatsApp ou Skype.

Le droit à la vie privée [fr] est inscrit dans la constitution de la République du Rwanda ainsi que dans le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) [fr] dont le Rwanda est signataire. 

Mais la loi n º60 / 2013 réglementant l’interception des communications autorise le procureur à émettre un « mandat verbal » au service de sécurité nationale et de renseignement pour surveiller, intercepter et décrypter toute information générée, transmise, reçue ou stockée dans toute ressource informatique pour des raisons de sécurité nationale.

En outre, l’absence de législation spécifique sur la protection des données à caractère personnel a donné aux services de sécurité rwandais toute latitude pour collecter des données en toute impunité.

Lorsque l’État abuse des outils de surveillance, il met tous les citoyens en danger. Le Rwanda manque actuellement d’un cadre juridique approprié pour guider l’utilisation des technologies en ligne dans le contexte de la sécurité nationale. 

L’État doit réfléchir à la manière de réglementer l’utilisation et l’application de ces nouvelles technologies. L’autorisation doit reposer sur des preuves objectives provenant d’un juge ou d’un autre organe juridique indépendant. En outre, l’État devrait interdire la collecte systématique de données à caractère personnel, n’accordant des autorisations qu’en cas de nécessité absolue.

Continue Reading

Camp Boiro

Le 27 août 1977: La révolte des femmes contre Sékou Touré

Published

on

Les femmes de Guinée sont spéciales. Chaque fois que le pays se trouve dans une situation difficile, ce sont elles qui se sont levées pour y faire face, aujourd’hui contre les abus pour imposer le 3ème mandat d’Alpha Condé, hier contre les colons et ensuite contre la dictature de Sékou Touré. Contre Ebola elles furent également en première ligne dans les foyers et les hôpitaux ce sont elles qui poussèrent le sacrifice jusqu’à en perdre la vie. C’est pour cela qu’elles furent plus nombreuses à être infectées. Il y a 43 ans, le 27 aout 1977, elles se levèrent pour faire face au tyran Sékou Touré lorsque sa politique démagogique avait détruit les bases de l’économie guinéenne.

Le peuple souffrait d’une faim chronique, les denrées et divers condiments étaient rationnés. Dans les hôpitaux, où on était soigné par d’anciens infirmiers promus docteurs en médecine par décret présidentiel, les malades devaient apporter de chez eux une bassine d’eau et la nourriture. Les prescriptions médicales devaient comporter le choix entre plusieurs médicaments car les pharmacies étant mal approvisionnées. Les médecins devaient faire ainsi car si le malade ne trouvait pas de médicaments, ils étaient accusés de créer eux la pénurie et ils pouvaient être taxés de saboteurs de la révolution. Et surtout la production de riz, denrée alimentaire de base des Guinéens avait dégringolé de 282 700 tonnes en 1957—veille de l’indépendance—à moins de 30 000 tonnes. 

Fatiguées des tracasseries de toute nature que la population subissait, les femmes sont sorties pour crier leur ras-le-bol à Nzérékoré  Macenta, Gueckédou,  Kissidougou,  Beyla et Kankan. Le responsable suprême de la révolution et de nos malheurs, Ahmed Sékou Touré, tente de récupérer la situation.

À l’occasion de ce 43ème anniversaire, l’association des victimes du camp Boiro a publié le communiqué de presse suit:

On dit souvent que « l’histoire est têtue » surtout quand elle est cousue de faits poignants comme cette révolte des femmes guinéennes un certain 27 août 1977.

Comment oublier cette date qui marqua le début de la fin de la dictature sanglante de Sékou TOURE ? Non elle ne peut être occultée tant elle constitua le début de la décadence du pouvoir exterminateur de Sékou TOURÉ pendant 26 ans. 

Pour rappel, la révolte des femmes partit le 27 août 1977 de la résistance de l’une des commerçantes face aux exactions des sbires du régime, les agents communément appelés « Police économique ». Une bagarre entre un agent et cette commerçante devint virale et embrasa l’ensemble du pays. Ce fut la goutte d’eau de trop qui entama la descente aux enfers d’un régime qui détruisit très tôt les espoirs de développement de tout un peuple. Combien de femmes tombèrent ce jour-là ? On l’ignore. Mais ce qui est certain, c’est que le rouleau compresseur, la machine à tuer du régime, le camp BOIRO se mit en marche et fit d’innombrables victimes parmi nos braves femmes. Ironie du sort, celles qui avaient fabriqué le dictateur étaient désormais, ce 27 août les victimes désignées pour le CAMP BOIRO.

Comment oublier ces faits si douloureux où des femmes se battant pour leurs libertés se retrouvent par dizaines broyées par le régime de celui qui les avait toujours trompées ?

L’Association des Victimes des Camps Boiro se souvient et appelle à commémorer ce 27 août 2020 sous le signe de « l’honneur de ces femmes » qui ont par leur bravoure fragilisé un régime moribond qui ne s’illustra que par le crime pour se maintenir au pouvoir.

Braves femmes de Guinée, souvenez-vous de ce que vous avez accompli en mettant fin au mythe du Syli intouchable. Vous avez par cette révolte sauvé vos enfants, vos maris et avez montré que mensonge et duplicité seront toujours mis à nus. Ce combat restera dans la mémoire collective comme celui qui montra à la face du monde les horreurs bien dissimulées de Sékou TOURÉ. Enfin il était démasqué. En s’attaquant aux femmes de Guinée, il avait commis un sacrilège de trop. La chute commença et se poursuivit jusqu’au 26 mars 1984 date de sa fin sur cette terre.

En cette date anniversaire, honorons nos braves FEMMES de Guinée disparues dans les geôles des CAMPS BOIRO. Honorons celles qui y furent exécutées. Honorons celles qui y furent violées ; Honorons celles qui connurent l’opprobre pour avoir résisté. Honorons-les toutes. Ne les oublions pas car elles ont payé cher le prix de notre liberté d’aujourd’hui.

 

Continue Reading

Diallo Telli,

« Les colons étaient plus africains que nous ». Partie I

Published

on

[box type= »shadow » ]Ce billet est la première partie d’un entretien, d’une durée initiale de trois heures, que Mme Kadidiatou Diallo Telli a accordé à Mme Pascale Barthélémy dans le cadre de sa thèse de doctorat publiée sous le titre Africaines et diplômées à l’époque coloniale (1918-1957), Rennes, PUR, 2010.

L’entretien en entier a été publié sur journals.openedition.org Mme Pascale Barthélémy est Maîtresse de conférences en histoire contemporaine, ENS de Lyon et auteure de plusieurs ouvrages sur les intellectuelles africaines. Vu sa longueur, je l’ai divisé en 3 parties. Celle-ci est la première partie. Les autres parties seront mises en ligne le 30 août et le 10 septembre 2020. [/box]

Lorsqu’elle nous reçoit à Conakry, en république de Guinée, ce 22 janvier 2002, Mme Kadidiatou Diallo prépare la commémoration de la « journée des pendus » au cours de laquelle, le 25 janvier 1971, de nombreuses personnes furent exécutées par pendaison à travers toute la Guinée, sur ordre du président de la République Ahmed Sékou Touré.

Mme Diallo Telli a déjà accordé de nombreux entretiens à des journalistes qui l’ont interrogée sur son époux, Boubacar Diallo Telli, une des plus célèbres personnalités de l’histoire politique contemporaine de l’Afrique. Ancien élève de l’École normale William Ponty, diplômé de l’École nationale de la France d’outre-mer, représentant de son pays aux Nations unies et ambassadeur aux États-Unis, premier secrétaire général de l’Organisation de l’unité africaine, où il officia pendant huit ans, de 1964 à 1972

À son retour en Guinée, ministre de la Justice, il fut arrêté en juillet 1976 et mourut au Camp Boiro, ancienne caserne militaire devenue prison politique, le 1er mars 1977.

Cependant, ce n’est pas – seulement – la femme de Diallo Telli que nous venons voir mais l’une des premières filles scolarisées de sa famille, née en 1928 dans un petit village du Fouta Djalon, devenue élève à l’École normale de jeunes filles de l’AOF avant d’abandonner son métier pour endosser le rôle d’une femme de diplomate.

A : Si vous le voulez bien, avant que l’on parle de vos années à l’École normale de Rufisque et de votre carrière, j’aimerais que vous m’expliquiez un peu d’où vous venez, quelles sont vos origines familiales et sociales et comment vous êtes allée à l’école.

B : Ah ! C’est une affaire très compliquée ça. Parce que je suis née à Sampiridji. C’est un petit village au nord de la Guinée. Mon père était un chef de village, administrativement responsable d’un certain nombre de villages, et à l’époque on commençait à ouvrir les écoles aux filles et son chef, le chef de canton, a décidé que l’on inscrive les filles à l’école, et que chaque chef de village devait envoyer une fille à l’école. Donc c’était pratiquement obligatoire, j’étais la seule qui… je suis l’aînée de ma famille – j’étais la seule qui avait 7 ou 9 ans à l’époque, mon père était bien obligé de me scolariser. Donc, on a été obligé de me confier à une famille au village où y’avait l’école, et j’ai commencé là, j’ai fait trois ans dans cette école-là, j’ai du déménager à Labé pour faire les trois autres années.

Et après ça, il y a eu le certificat d’études et j’ai réussi un concours, et je suis allée à l’École primaire supérieure ici. Vous avez peut-être vu Conakry un peu, c’est la petite école en face du château d’eau, on nous appelait d’ailleurs “les jeunes filles du château d’eau”. J’ai fait là deux ans et j’ai préparé l’École normale de Rufisque. J’ai réussi à l’examen et j’ai intégré en octobre 44.

A : Du côté de votre père donc c’était une famille de chefs, lui-même avait été à l’école ?

: Non non non, mon père n’est pas allé à l’école, ma mère non plus d’ailleurs.

A : Quel était le nom de votre père ?

B : Diallo Hamady Diari, élu chef à Samantan2. Ma mère a des origines très islamiques, de Daralabé, c’est dans Labé, à la frontière avec Pita. Du côté de sa mère, de la famille religieuse de Koumba, installée là-bas, et ça c’est vraiment une branche très religieuse, ils n’ont pratiquement pas, au début, mis leurs enfants à l’école, et là maintenant y’en a qui ont des hauts fonctionnaires mais au début ils avaient refusé d’envoyer leurs enfants à l’école. Maintenant ils ont des hauts fonctionnaires, enfin tout a changé, tout a changé.

A : Vous étiez l’aînée ?

: Je suis l’aînée ! Je suis l’aînée des enfants. Quand on a demandé des garçons, mon père n’en avait pas, on a pris des garçons des responsables du village, on les a mis à l’école, et maintenant quand on demande des filles j’avais déjà l’âge d’aller à l’école. On m’a inscrite surtout parce que le chef de canton en visite là m’avait vue, et il avait dit à mon père “c’est mon fils qui l’épousera” or son fils faisait l’école alors quand on a dit “les filles à l’école”, il a dit à mon père tout de suite “ah ! Ma bru doit aller à l’école puisque mon fils est là-bas”. Mais bien sûr ça n’a pas marché (rires). Parce que lui il a abandonné tôt et que moi je n’ai pas voulu abandonner tôt.

A : Et vous vous souvenez de l’effet que ça vous a fait d’aller à l’école ? Est-ce que vous étiez inquiète, contente, parce que vous n’avez pas choisi malgré tout ?

: D’abord j’étais très jeune et j’ai souffert du fait que l’école se trouvait à 30 kilomètres de chez moi et que par conséquent donc il fallait partir et que j’abandonnais tous les miens et j’allais dans une famille que je ne connaissais pas auparavant. Donc j’ai eu cette rupture familiale, mais apparemment ça ne m’a pas laissé de traumatisme.

Je me suis entendue avec la dame chez qui j’étais là-bas, et puis à l’école, ça a cliqué tout de suite, donc vraiment je n’en ai pas souffert. Bon, quand je suis venue à Labé c’était plus difficile parce que je faisais encore 60 kilomètres de plus et là je suis tombée dans une famille très très très gentille mais malgré tout, là j’ai senti l’exil vraiment ! J’ai fait là trois années et chaque fois qu’il y avait même un long week-end, je retournais, je revenais chez mes parents, ça me faisait 80 kilomètres à pieds mais je préférais venir faire deux, trois jours à la maison (rires).

A : Et votre maman, j’imagine que vues ses origines elle ne voyait pas d’un très bon œil peut-être que vous soyez scolarisée ?

B : On lui a imposé ! Elle ne voulait pas, on lui a imposé.

A : Et votre père avait d’autres épouses ?

: Il avait quatre autres, quatre autres.

A : Et est-ce que vous savez, est-ce que tous les enfants ont été scolarisés ?

: J’ai fait un gros effort, plus de la moitié sont allés à l’école. D’abord chez ma mère j’ai mis tout le monde à l’école parce que j’ai réussi à convaincre ma mère, à un certain moment quand la dernière partait, elle m’a dit “maintenant je reste ici, comme une femme qui n’a jamais eu d’enfant”.

Je suis allée chercher une petite cousine chez ses frères, je suis venue la prendre, je suis venue la chercher et je suis partie avec et je l’ai donnée à ma maman.

A : D’accord. Et vous êtes combien d’enfants de même père, même mère ?

B : De même mère nous avons été huit mais y’a que trois qui sont vivants encore.

A : D’accord. Et donc les huit de votre mère sont allés à l’école ?

B : De même maman, non, y’en a quatre qui sont morts très jeunes mais les quatre autres sont allés à l’école. J’ai ma sœur qui vient après moi, qui vient de prendre sa retraite, elle travaille au PNUD et l’autre sœur est mariée à Montréal, elle a un jardin d’enfants dans la ville de Montréal, qu’elle gère encore. Et mon frère qu’on a perdu il y a une dizaine d’années était allé à l’école un tout petit peu, il s’est consacré à l’agriculture, il nous a laissé onze enfants que nous avons encore (rires). Ma sœur aussi, ma sœur a une maîtrise en lettres anglaises, qui est à Montréal.

A : Donc vous avez ouvert la voie en quelque sorte ?

B : J’ai ouvert la voie, même mes demi-frères et demi-sœurs j’ai mis, tous ceux que j’ai pu mettre à l’école je les ai mis à l’école. Y’en a beaucoup qui ont réussi à s’en tirer. Mais vous savez que, ce qui arrive c’est que moi mon père m’a toujours encouragée à rester à l’école, ma mère n’a jamais fait pression sur moi pour que je sorte, mais l’entourage, leurs frères, leurs sœurs, chaque fois que je viens en vacances, ils ont l’impression que je suis rentrée définitivement et puis alors quand on commence à préparer le départ, bon je fais quelques provisions, ceci et cela, alors on venait voir mon père “tu vas la laisser partir encore cette fois-ci, toutes ses camarades sont mariées, y’en a qui ont des enfants, tu vas la laisser partir encore !”

Alors, c’était très difficile pour mon père et ma mère de leur faire comprendre qu’ils étaient d’accord pour que je parte, alors ils disaient toujours “ah vous savez, les enfants de maintenant, ils n’écoutent pas ce qu’on leur dit” (rires). Alors quand je venais lui dire au revoir maintenant, la dernière conversation avant que je parte, il me dit “tu as vu ton cousin untel est avec toi là-bas, ton cousin untel est avec toi là-bas, ton cousin untel est avec toi là-bas”, c’est une compétition, nous allons voir qui va l’emporter et je partais tranquille (rires). Je partais tranquille, ils n’ont jamais fait pression sur moi pour que j’abandonne.

A : Et j’imagine qu’il y avait des prétendants qui faisaient pression aussi ?

B : Oh oui, y’a des prétendants bien sûr, y’a des prétendants. Il y a eu une bataille terrible pour me marier parce que vous savez en Afrique, plus la fille s’en va, plus un certain nombre de personnes se disent “elle est perdue pour moi”, “elle va viser plus haut” donc y’a des freins, des freins énormes : des cousins, des voisins, quelquefois même des enseignants, qui cherchent à vous bloquer à un certain moment parce qu’ils se disent “elle va m’échapper, ou elle va échapper à mon frère” alors ils cherchent à vous bloquer.

A : Et au moment où vous étiez à l’EPS alors, qui est-ce qui a décidé de vous faire présenter plutôt le concours de l’École normale plutôt que le concours de l’École de médecine ?

B : Ça a été pour moi une option, la médecine ça me faisait un peu peur, le sang, ça me faisait un peu peur et puis l’atmosphère du collège je la préférais à l’atmosphère de l’hôpital, donc j’ai pas hésité du tout, j’ai choisi l’École normale.

A : Et est-ce que pendant votre enfance et votre adolescence vous aviez eu autour de vous des exemples d’institutrices qui étaient déjà revenues de Rufisque ou bien de sages-femmes, des personnes qui auraient déterminé un peu votre vocation?

B : Vous savez, quand je suis arrivée à l’EPS ici, les premières promotions des élèves de Rufisque venaient de sortir, donc à l’EPS j’ai eu comme professeur d’éducation physique Kadé Sissoko3. C’était elle notre première surveillante à l’EPS et puis notre professeur d’éducation physique. Ensuite j’ai eu Mme Sultan4 également comme professeur d’éducation physique, elle était toute jeune, elle venait de sortir de l’École, aucune n’était mariée encore. Bon, elles nous parlaient beaucoup de Rufisque. Bon, les sages-femmes on n’avait pas beaucoup de contacts avec elles mais elles, les institutrices, elles nous ont encouragées, elles nous ont vanté l’École normale de Rufisque, la ville même, donc c’était un peu un appât.

___

Articles du même auteur

Kadidiatou Diallo Telli

Continue Reading

Camp Boiro

Sékou Touré en Aout 1976 aux Guinéens « EGORGEZ LES PEULHS, NOUS ASSUMONS ! »

Published

on

Ce discours nous a trouvé à Abidjan, étudiant à l’Institut d’Ethnosociologie de Cocody. Nous, Guinéens nous retrouvions en masse à la Cité Universitaire du Plateau, alors en activité. Autour du thé/café et de la belote. En compagnie de nombreux Ivoiriens. 

Dans notre génération on ne parlait pas d’ethnies ou de tribalisme… 

Il y a plus de 44 ans, les 6, 21 et 27 Août 1976, Sékou Touré, à travers des discours radiodiffusés, reproduits dans les Journaux du PDG/RDA et déclamés lors de Conférences à travers toute la Guinée, déclarait la guerre aux Peulhs ! Rien que ça ! Une guerre qui, à l’image de sa Révolution fut globale, multiforme et transcroissante…

  • Ce qui suit est l’extrait d’une analyse sommaire des discours qui sont le point culminant des crimes commis par le PDG. Les discours sont indigestes et typiques de la propagande du PDG. 
  • Cependant, même dans l’abondante logorrhée de Sékou Touré, ils constituent un témoignage éloquent de la faillite politique du PDG et de la nécessité d’extirper son héritage de notre pays.

 Malgré leur caractère irrationnel et les raisons qui les expliquent, ces discours ont une portée historique profonde dans la mesure où ils ont permis de révéler sa vraie nature.

Ils contredisent et ruinent pour toujours la propagande dont se gargarisait Sékou Touré – révolution, nation, unité et émancipation africaine.

Ils sont antiscientifiques car la notion de race ne tient pas surtout quand on parle d’une ethnie africaine.

Leurs postulats historiques sont mensongers et montrent l’ignorance que Sékou Touré avait réussi à masquer par ses logorrhées verbales.

Les mensonges qui parcourent les discours montrent une ignorance totale de l’histoire des interactions nationales et des luttes hégémoniques dans l’Afrique de l’Ouest voire de l’histoire tout court.

Les motivations qui animent Sékou Touré sont au-delà des antagonismes politiques. Elles révèlent une mauvaise foi intrinsèque de l’homme et un esprit rongé par des phobies maladives. Elles sont fondées sur des complexes psychologiques que, ni la fonction de premier président du pays, ni les acclamations de l’Afrique ignorante de sa nature, n’avaient en fin de compte pu tamiser.

Si ces discours ne sont pas enseignés et expliqués de façon continue, toute ces significations vont être perdues

LA « SITUATION PARTICULIERE DU FOUTAH »

  • Le vocable « Situation Particulière du Foutah » singularise et indexe la région et ses habitants.
  • Il se veut un euphémisme pour minimiser les attaques de Sékou Touré contre les Peulhs.

                        EXTRAITS ET ANALYSES

Extrait #1 : Le Foutah était une région de débauche, d’alcooliques et de voleurs avant l’arrivée du PDG « …….En effet, l’on sait qu’à la naissance du Parti Démocratique de Guinée, le Foutah était menacé, tragiquement menacé de nombreux travers sociaux. Nous avions visité cette province guinéenne de long en large et nous nous étions aperçu que l’alcoolisme menaçait, réellement la population du Foutah, y compris les marabouts qui remplissaient leurs bouilloires de bière ou de vin. Ne parlons pas des jeunes et encore moins des intellectuels : consommer l’alcool était devenu alors, le critère de l’évolution à l’époque. C’est le Parti Démocratique de Guinée qui a mis fin à ce mal, qui l’a dénoncé sans pitié. C’est également le Parti Démocratique de Guinée qui, sans arriver à la détruire, a beaucoup atténué, la débauche dans le Foutah. C’est le Parti Démocratique de Guinée qui a dénoncé le vol devenu alors chose courante. A Conakry, à cette époque, lorsque dix voleurs se trouvaient devant un commissaire ou devant le tribunal, l’on comptait au moins 8 ressortissants de la Moyenne-Guinée. C’est un fait vécu et vous pouvez consulter la statistique des condamnés pour vol.

Il faut sauver le voleur, la prostituée, l’alcoolique, le navétane : c’est un devenir qui sera assumé». La «Situation Particulière du Foutah  » pose donc des devoirs à la Révolution….. »

Lire également: Seize ans avant le Rwanda: L’appel au genocide de Sékou Touré

Commentaire #1 :

Sur le mensonge de la débauche au Fouta-Djallon.

  • L’hôpital se moque de la charité !
  • On sait que c’est avec la mainmise du PDG que furent introduites la prostitution et la débauche politiques au Foutah et dans tout le pays.
    • Des jeunes filles à peine pubères étaient enrôlées dans les services protocoles de force, contre le gré de leurs parents, pour le plaisir des dignitaires du parti.
    • Des femmes sont encouragées à se prostituer pour nourrir leur famille et à dénoncer leurs maris s’ils osent contrevenir.
  • Sékou se livre à une falsification des us et coutumes de la communauté du Foutah où l’on sait que l’alcoolisme et la prostitution étaient sévèrement punis.
  • Sékou Touré recourt à l’amalgame habituel. Il travestit des blagues entre « Sanakou » en armes. Il est en effet courant au Foutah que quelqu’un dise à son « sanakou » que sa bouilloire est remplie d’alcool au lieu d’eau.

Extrait #2 : « comme [les Peulhs] n’aiment pas le respect, nous leur présenterons ce qu’ils aiment, la force brutale ! »

Nous disons donc que toutes les Régions de la Moyenne-Guinée doivent vivre désormais l’atmosphère de la Révolution populaire et démocratique. En plus de la force de nos arguments que partagent les intellectuels militants honnêtes de la Moyenne-Guinée, nous utiliserons la force brutale contre ceux qui ont des yeux pour ne pas voir et des oreilles pour ne pas entendre. Ils sauront qu’on n’a jamais eu peur d’eux, qu’on les respectait, mais que, comme ils n’aiment pas le respect, nous leur présenterons ce qu’ils aiment, la force brutale ! 

Lire également: Les jugements étaient conditionnés et dits populaires

Puisque c’est le racisme qui est utilisé pour mettre le pays à la disposition de l’impérialisme néo-colonialiste, nous devons tout faire pour la déraciner. Nous ne prions plus personne, nous nous imposons ; cela est clair ! Ceux –qui croient que les responsables du P.D.G. ont peur, n’ont rien compris à l’histoire. La peur réelle qui nous étreint, la peur que nous avons partout, c’est la peur d’avoir peur ! Et c’est pourquoi, l’adversité des racistes, nous la recherchons désormais ! Nous voulons, partout, croiser le fer avec eux !

Commentaire #2 :

  • Ce passage est bien du voyou que fut Sékou Touré
  • La tradition et les coutumes du Foutah sont fondés sur le respect. Dans le Pulaaku, les Peulh disent que quand quelqu’un te respecte, il t’a vaincu.
  • Le passage est une rengaine de psychopathe et une incantation contre la peur d’avoir peur ! En réalité, Sékou était un poltron qui masquait sa peur. En outre il savait que l’honneur de diriger la nation était une imposture due à l’aide de Cornut-Gentil son amant.
  • D’où ces menaces publiques et ces bravades. On sait comment il a réagi le 22 Novembre 1970.
  • Cette forme de paranoïa et de peur est très dangereuse. Elle a nourri ses phobies imaginaires et son penchant pour la répression préventive avec des complots fictifs.

Extrait #3 : Devons-nous continuer à leur accorder des bourses ?

Puisque dans plusieurs familles peuhles, le pays a attribué des bourses à 1, 2, 3, voire 4 de leurs enfants qui, au terme des études, ont trahi la Nation pour se réfugier ailleurs et combattre le régime guinéen. Devons-nous continuer à leur accorder des bourses ?
Réponse unanime de l’assistance : NON !

Alors, nous proclamons sans détour : racisme = RACISME, et pour l’illustrer, nous vous rappelons ce proverbe africain qui dit : « lorsque vous dansez avec un aveugle, de temps en temps, piétinez-le pour qu’il sache qu’il pas seul » !

Ainsi nous réaffirmons notre position qu’en Guinée, et, jusqu’à la fin de l’université, tous les camarades sont à égalité : Peulhs, Soussous, Malinkés, Guerzés, Kissiens, Tomas, Bassaris, Koniaguis, etc… Cependant, pour l’extérieur, il ne sera plus attribué de bourses aux Peulh aussi longtemps que ceux restés à l’extérieur n’auront pas rejoint la patrie.
(Applaudissements enthousiastes et prolongés de l’assistance)

Camarades, nous vous remercions de cette approbation enthousiaste et unanime qui traduit «la prise de conscience de notre Peuple face à ceux qui veulent détruire son régime. En effet, nous n’allons pas continuer à multiplier les moyens entre les mains de l’ennemi de la Guinée. »

Commentaire #3 :

  • La culpabilisation collective d’un groupe ethnique et punition collective
  • Ceci est un chantage éhonté au retour forcé des étudiants exilés, dans le paradis de « la dignité et de la pauvreté » du PDG.
  • Presque la totalité des étudiants étrangers refusèrent de retourner en Guinée après la répression de 1961.
  • Mais Sékou indexe les étudiants peuls, et décrète un pogrom intellectuel et l’exclusion de l’ethnie entière.

Extrait #4 : Si aujourd’hui, la Guinée ne peut s’entendre ni avec la Côte d’Ivoire, ni avec le Sénégal, la responsabilité principale en incombe [aux] seuls, cadres Peulh.

Ce sont ces traîtres qui induisent toujours en erreur les autres Peuples, les Peuples d’Afrique, les Peuples européens, les Peuples américains quand il s’agit d’apprécier la situation guinéenne. Ils font plus de mal à la Guinée que l’impérialisme et le néocolonialisme, parce que se réclamant de la Guinée, ils donnent un semblant d’authenticité à leurs mensonges flagrants. Ce sont des traîtres à leur Patrie, rien d’autre.
Mais disons-nous la vérité. Il faut que la trahison soit extirpée et bannie définitivement du comportement du Peulh. Il faut enfin sauver cette partie de la Guinée, car il s’agit d’un problème de fond. Le mal que font ces traîtres-là est profond. Si aujourd’hui, la Guinée ne peut s’entendre ni avec la Côte d’Ivoire, ni avec le Sénégal, la responsabilité principale en incombe vraiment à qui ? A eux seuls, cadres Peulhs !  Mais soyez sûrs que lorsque le Peulh ivoirien (sic !), le Peulh sénégalais accèderont à la liberté, ils écraseront et conduiront à leurs tombeaux tous les cadres racistes Peulhs qui habitent Abidjan ou Dakar ! Soyez en sûrs !

Ce sont eux également qui induisent toujours en erreur les gouvernements français, américain, allemand. Tous les gouvernements désireux de traiter avec la Guinée sont intoxiqués par leurs informations mensongères débitées à longueur de journée, à la seule fin de décourager ces pays dans leurs intentions louables vis-à-vis du Peuple guinéen.

Ils sont sans Patrie, ces racistes Peulhs forcenés, parce qu’ils se disent ne pas être des Noirs.
Ils sont encore et toujours à la recherche de leur Patrie. Ils ne peuvent pas avoir de Patrie, parce qu’ils n’ont pas une ligne de conduite exigeant l’accomplissement de devoirs sacrés. Aliénés qu’ils sont, ils ne pensent qu’à l’argent, et pour eux. C’est pourquoi, nous devons être d’accord de ne plus accorder de pitié aux traîtres. Plus de pitié pour les racistes, plus de pitié pour les saboteurs !

Commentaire #4 : 

  • Un autre trait de Sékou : refuser de tout temps à prendre la responsabilité pour son incapacité politique et sa faillite économique. C’était toujours la faute des autres ! Les Blancs, les fonctionnaires, les commerçants, la diaspora et les Peulhs en particulier !
  • Aucun Guinéen n’a du plaisir à diffamer son pays.
  • Nul ne choisit avec joie d’être un apatride.
  • Les Guinéens de la diaspora (qualifiés d’« anti-guinéens ») avaient fui l’enfer du PDG.
  • Ils se recrutaient dans toutes les ethnies et parmi toutes les couches sociales !
  • Ils ne sont pas des saboteurs.
  • Les vrais saboteurs sont ceux qui après, des décennies de responsabilité, ne surent pas augmenter le standard de vie des populations.
  • Les vrais comploteurs sont ceux qui, face au fiasco par eux créé, décidèrent de faire porter le chapeau à des innocents par des complots inventés de toutes pièces.

Lire également: Après 20 ans de révolution, la production de riz est tombée de 282 700 tonnes en 1957—veille de l’indépendance—à moins de 30 000 tonnes

Extrait #5 : [Les Peulhs] ne voulaient pas de l’indépendance- ils ont humilié notre Peuple avec un vote massif de « OUI- C’est la déclaration de guerre.

Ils ne voulaient pas de l’indépendance, ces Peulhs et ils ont humilié notre Peuple avec un vote massif de « OUI ». Au lieu d’en avoir honte, ils veulent encore détruire notre indépendance. Cela ne se fera plus jamais, et s’il faut que toute la Guinée se mette encore debout, couteaux, marteaux et fusils en mains pour les supprimer, les amener au tombeau et les ensevelir, la Guinée assumera ses responsabilités ! C’est la déclaration de guerre ! Ils veulent d’une guerre raciale ? Eh bien nous nous sommes prêts; quant à nous, nous sommes d’accord, et nous les anéantirons immédiatement, non par une guerre raciale, mais par une guerre révolutionnaire radicale. 

Nous disons donc que ces racistes ont présenté les traits de « Cheytane » avec la trahison, le mensonge, la division et puisque le combat est engagé contre « Cheytane », que nous voulons à tout prix enterrer, nous saurons enterrer ce qui reste de racistes au Foutah. Nous sommes déterminés à libérer le Foutah. Nous répétons que si le Foutah n’a pas été libéré le 28 Septembre 1958, désormais il sera libéré par la Révolution. 

Quiconque violera désormais les consignes de l’honnêteté sociale, de la justice sociale en se livrant à des manifestations racistes, vous avez le pouvoir, Camarades militants, de l’égorger sur place et nous en assumons la responsabilité devant le Peuple de Guinée.

Bah Mamadou Lamine

Continue Reading

Blog konakryexpress

Abdoulaye Bah konakryexpress

Je concentre mes articles surtout sur les violations des droits humains sous le régime de Sékou Touré, le Camp Boiro et les autres camps de concentration qu’il avait semés dans tout le pays en publiant des extraits et des témoignages des nombreux ouvrages qui ont été écrits par d’anciennes victimes qui ont survécu aux tortures.

Facebook konakryexpress

Suivez moi sur Twitter

Advertisement

Actualité